Poétesses d'expression française (du Moyen-Age au XXème siècle)

Poétesses d'expression française (du Moyen-Age au XXème siècle)

Armandy (Anne) Années 1920-1940

Anne Armandy

Années 1920-1940

 


 

Poème publié dans la revue "Poésie. Cahiers Mensuels Illustrés.", 1927, Tome 5, page 79 (Gallica)

 

 Largo

 

Splendeurs des jours éteints, torpeur de ceux à naître,

Angoisse du présent et des matins glacés

Où rien d'heureux ne vient s'annoncer ou promettre

Où rien ne viendra plus réchauffer le passé.

 

Les jours tombent trop lourds sur mon coeur solitaire

Qui par sa faute est seul et toujours le sera

Et qui sans fin redit tout ce qu'il faudrait taire

Donnant sans fin, sans foi, même ce qu'il n'a pas!

 

Quel mal a fait de moi cette chose fantasque

Qui toujours veut partir et que rien ne retient,

Qui donc m'invite ainsi à fronder la bourrasque,

Qui donc m'attend au port et me tendra la main?

 

Victime d'un grand rêve à l'ombre de son aile

Je marche dans la nuit tel un oiseau blessé,

Je chante les printemps, comme les hirondelles,

Mais je repars toujours par les vents froids chassée.

 

O splendeur des saisons au rythme monotone

Merveilleux et sacré, donne à mon coeur le goût

Des lourdes fins d'été qui annoncent l'automne

Et des hivers pensifs forgeant les printemps doux...

 

Fais que mon coeur plus fort ait la force de l'être,

Donne courage et foi à tout ce qui devient,

Permets au printemps fous de rire et de promettre

Et donne aux étés mûrs les moissons aux lourds grains.

 

Alors peut-être encor deviendrai-je sereine

Comme l'est chaque jour qui se croit le dernier,

Et le ruisseau pressé qui murmure en la plaine,

Et la mère éperdue devant son dernier-né...

 

 


 

Publié dans la revue "Poésie. Cahiers Mensuels illustrés", 1928, Tome 6, p. 36

 

Mon bien-aimé s'en est venu

 

Mon bien-aimé s'en est venu

Par un soir d'été magnifique,

Il portait au poing son coeur nu...

Mon bien-aimé s'en est venu.

 

Son coeur brûlait, tel un fanal,

Eclairant l'aube nostalgique

Et j'allais, foulant les lentisques,

Me blessant aux dards des nopals.

 

J'allais...foulant sombres lentisques,

Escaladant les rochers roux,

Courant, folle, vers son coeur fou,

Vers son coeur sanglant, magnifique!

 

Par un soir d'été nostalgique

Mon bien-aimé s'en est venu, 

Il portait au poing son coeur nu

Et nous nous sommes reconnus...

 

Depuis, nous allons tous les deux,

Lui, portant son coeur merveilleux

Tel un panache, en les vallées...

 

Moi, portant, enclos dans mes yeux

Mon bel amour miraculeux,

Mon fol amour, tel un trophée!

 

 


 

 Publié dans la revue "L'Auvergne littéraire et artistique", 1924

 

 




25/01/2012
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 109 autres membres