Poétesses d'expression française (du Moyen-Age au XXème siècle)

Poétesses d'expression française (du Moyen-Age au XXème siècle)

Poèmes d'amour au féminin



  

 Quand les femmes chantent l'amour

Faut-il dédier cette page à tant d'auteurs d'anthologies intitulées "Les plus beaux poèmes d'amour de la langue française", qui ne comportent pas  (ou si peu) de poèmes de femmes ? Deux hypothèses: elles ne savaient pas écrire ou bien ne savaient pas aimer... ou encore les deux à la fois.

 

 Ce dont une femme doit se garder : l'expression de ses désirs !

Lire la sévère mise en garde publiée dans l'Echo de la littérature... en décembre 1843   DOIGT 26.jpg

Valmore.jpg


Table des matières et liens en construction 

 A

Ackermann (Louise) 1813-1890 : L'amour et la mort (1ère partie)

Angliviel (Doëtte) 1898-1948 : Les gages

Arbey (Louise) Début 19ème : La novice

Arbouville (Sophie) 1810-1850 : Ne m'aimez pas

Aubépine (Madeleine de) 1546-1596 : Pour le plus doux ébat... (Poésie érotique)

                                                            : Sonnet des tourterelles

Autriche (Marguerite d') 1480-1530 : Belles paroles

Avellaneda : Las Contradicciones (soneto)           

Azaïs (Simonne) vers 1950 : Chant d'amour

 

B

Barney (Natalie) 1877-1972 : (Amour)        

Bataille (Alice) : A un passant         

Baudelaire : A une passante

Bauguion-Cariou (Clotilde) 1887-1976 : Rêve

Baye (Baronne de) 1859-1928

Bectoz (Claude de) 1490-1547 : (Quand vous voyez...)

Bédacier (Durand, Catherine) 1670-1737

Bernard (Catherine)

Bertin (Louise) 1805-1877 : L'amour

Blanchecotte (Malvina) : Elle

Brabant (Marie de) 1602

Brégy (Contesse de) 1619-1693 : Stances

Burnat-Provins (Marguerite) 1872-1952 : Je t'aime

 

C

Catulle-Mendès (Jane) 1867-1955 : Le livre de Cynthia (1) 1912

Champagne (Elise) : l'Aphrodite des faubourgs   

Charasson (Henriette) 1884-1972 : Permets-moi de dire tout bas   

Cluchier (Alice) : Au Rouet de l'Amour 

 

D

D'Alençon (Emilienne) 1869-1946 : Courtisane

Darget (France) 1886-? : Chanson barbare   

Daudet (Julia) : 1844-1940 : Femmes   

Dauguet (Marie) 1860-1942 : Ode à l'amant     

De Baye (Baronne) : Silence 

De Brimont (Baronne de) 1880-1943 : Obsession (dans page 1875)      

Delarue-Mardrus (Lucie) 1874-1945 : La figure de proue

De Montanclos :  (Marie-Emilie Maryon de, Baronne de Prinzen) 1736-1812 : Chant d'un pêcheur

De Nyse (Berthe) : Litanies de la chair

Desbordes-Valmore (Marceline) 1786-1859 : Le réveil créole

Descartes (Catherine) 1637-1706 : Impromptu

Deshoulières (Antoinette) 1637-1694 : Stances (Hé ! que te sert, Amour...)

                                                             : Chanson sur M. l'abbé Testu

                                                             : Stances (Agréables transports...)

Deshoulières (Antoinette-Thérèse (1662-1718) : Stances

Des Roches (Catherine): L'Amour

De Thouars): Epître à Mr de la Trémouille (1545)

Die (Béatrice de) 1140-1175 : Chanson

Dominique (Jean) 1873-1952 : Le don silencieux

Dorian (Tola) 1841-1918 : L'essence de l'amour

Dortzal (Jeanne) : Par delà

Dromart (Marie-Louise) 1880-1937 : Juin

Dufrénoy (Adélaïde) 1765-1825 : L'Amour

Durand (Catherine) : La vengeance contre soi-même

                                : Le chat amoureux

Durry (Marie-Jeanne) 1901-1980 : Attente

 

F

Faubert (Ida) 1882-1969 : Mon amour, attendez

Ferrand-Weyher (Yvonne) 1873-1963 : Combat singulier

Fleurentin (Zoé) 1815-1863 : Les trois couronnes

Fourcade (Claude (19..-1983) : Idylle

France (Marguerite de) : L'amour ressemble un champ

France (Marie de) 12ème siècle : Extrait du lai d'Eliduc

 

G

Gay (Delphine, Mme Emile de Girardin) 1804-1855 : L'étranger

Gello (années 1910-20) : Sonnet à l'inconnue

Gérard (Rosemonde) 1866-1953 : Il faut aimer

Gillot (Marguerite) Début XXème siècle : Veillée

Goll (Claire) 1890-1977 : Sept souhaits

Grignan Simiane (Pauline de) : Madrigal

                                                 : La Pescheuse

Guibert (Elisabeth) 1725-1787 : A Monsieur de...

Guillet (Pernette du) 1520-1565 : Elégie

                                                     : Chanson

Guyon (Jeanne) 1948-1717 : Merveilleuses contrariétés qu'on expérimente dans l'amour

 

H

Haupoul (Anne-Marie d') : Incertitude

Hennique (Nicolette) 1882-1956 : Jalousie

Héritier de Villandon (Jeanne l') 1664-1734 : Rondeau, Impromptu à Madame de ...

Houdetot (Comtesse d') 1730-1813 : Madrigal, Aimer, Chanson sur le départ de Saint-Lambert

                                                           :   Pour un jeune homme à qui une jeune femme avait écrit sous le nom d'une vieille

Huot (Marie) 1846-1930 : Les Statuettes

Huysmans : Sonnet masculin

 

K

Kermorvan (Marie-Aimée) 1904-1985 : Sonnet à l'amour

Krysinska (Marie) 1864-1908 : Les yeux d'amantes

 

L

Labé (Louise) 1526-1566

Lautère (Adrienne) 1886- vers 1964 Le baiser

Lauvergne (Madame de) fin 17ème : Stances

Lavallière (Louise de) 1644-1710 : Sonnet (au Roi Louis XIV)

                                                             : Fragment

L. D. P. P. (Mademoiselle) 17ème siècle : La Nouvelette

Lenclos (Ninon de l') 1620-1705

Liencourt (Madame de) début 18ème : En quel état...

 

M

Masquière (Mlle) 17ème siècle : (Importun souvenir)

M. (Aline de) dates inconnues, vers 1830 : Elégie III 

Montanclos (Marie-Emilie-Marion de) 1736-1812 : Chant d'un pêcheur 

                                                                            : Deux baisers    : Sur un baiser ravi la veille de mon mariage, Sur un baiser trois jours après...

Murat (Comtesse de) 1670-1716 : La Discrétion

 

N

Navarre (Agnès de) vers 1330 : Chanson royale

Navarre (Marguerite de) 1492-1549 : Un ami vif à la Dame morte

Nize (Berthe de, ou Berthe Denyse de Magny) vers 1910-1920 : Litanies de la chair

Nizet (Marie) 1559-1922 : La bouche

                                        : La Chanson de Mahélie

Noiram (Rita del) vers 1920 : Désir

 

O

O'Santry ou O'Carrey (Sybil) 1881-1950 : La Guirlande

 

P

Pape-Carpantier (Marie) 1815-1878 : A une jeune femme

Pascal (Françoise) 1632-1698?) Les Réflexions de la Madeleine

Pascal (Jacqueline) 1625-1661 : Chanson

Paulin (Louisa) : La pauvre morte

Penquer (Augusta) : Aveu

Perdriel-Vaissière (Jane) : Le baiser

Périn (Cécile) : O pauvre amour

Picard (Hélène) : Hymne au bien-aimé

Pigache (Lucie) 1805-1887 : Je ne suis pas belle

Platbuisson (Mme de) début 18ème ? : Quatrain épigrammatique

Pozzi (Catherine) 1882-1934 : Ave

 

R

Ricard (Lydie de) 1850-1878 : Aubade

Rieder-Chabrier (Violette) ?-? : Amante (1933)

Riom (Aline) 1818-1899 : Amour

                                       : Présence aimée

Roches (Catherine des) 1542-1587 : L'Amour

 Romieu (Marie de) : Paix je ne trouve

Rosenmark (Solange) 1887-1963

 

S

Sahuqué (Blanche) : Amour, ô dieu méchant

Salètes (Mlle de) : Réponse au Sieur de Bertaud

Sandelion (Jeanne) 1901-1976 : Pâle fruit...

Sandy (Isabelle) 1884-1975 : L'amant

Sauvage (Cécile) : (Dans sa robe à fleurs...)

Scudéry (Madeleine de) 1607-1701 : Madrigal

Ségalas (Anaïs) : un nègre à une blanche

Siefert (Louisa) 1845-1877 : Pourquoi ?

Simiane (Pauline de Grignan) 1676-1737 : La pescheuse

Sormiou (Marie de) 1865-1956 : L'inconsumable

Stern (Daniel) 1805-1876 :  l'Adieu

Stuard (Jaqueline de), 16ème siècle : Envoi

Suze (Henriette de la, 1618-1673 : Jouissance (sonnet)

 

T

Tastu (Amable) 1798-1885 : Lai de la mort d'Amour

Toussaint-Samson (Adèle) 1826-1911 : La jeune morte

Travanet (Marquise de) : Pauvre Jacques (1776)

 

V

Vacaresco (Hélène) 1864-1947 : il passa ...

Vatry (Madame) 1682-1752 : Parodie de la la fable de La Fontaine, "Le Corbeau et le Renard"

                                              : Réponse à l'un de ses amis au sujet de la mort de Quine, la chienne de Mme Vatry

Vaudère (Jane de la) 1857-1908 : La couleur des baisers

Vigne (Anne de la) 1634-1684 : La passion vaincue

Villard (Nina de) 1843-1884 : Deux sonnets

Villedieu (madame de) 1632-1683 : Sonnet et  Jouissance

                                                        : Poésies paillardes

Vivien (Renée) : Sonnet féminin

Vivonne (Héliette de) fin 16ème : A Desportes

 

W

Walter (Judith) 1845-1917 : La pivoine

Willette (Henriette) 1886-1976 : vers l'île d'or

 

X

X (identité inconnue) Années 20 (Chansons pour elles 1923) : Et tu pleures

 

 

 

 

 

Alice Cluchier

 

Au Rouet de l'Amour

 

Mon amour le plus doux est celui que je file

Avec des fils de vierge à l'aube d'un serment.

Il est si délicat qu'un geste malhabile

Arracherait le voile au bel enchantement.

 

Mon amour le plus pur est celui que j'enroule

Aux fuseaux du printemps avec un lin tout neuf.

Je l'enchevêtre au nid de l'oiseau qui roucoule,

Car il a l'innocence et la candeur de l'oeuf.

 

Mon amour le plus fort est celui que je tisse

De mes fibres de chair aux coloris de sang ;

En sa toison d'ardeur le plaisir nu se glisse,

S'électrise aux replis des tons incandescents.

 

Mais l'amour se dévide à l'abandon des heures,

L'écheveau se ternit aux souffles de l'adieu,

La chaîne se distend à l'usure des leurres,

Et mon Rêve en haillons suit le linceul d'un Dieu.

 

Louisa Paulin 

 

La pauvre morte

 

Quand le Prince viendra, adieu ! je serai morte

- Beau jeune homme étourdi s'est trompé de saison -

Tu viendras quand sur moi on fermera la porte,

La porte de la vie et de l'humble maison.

 

Je tissais pour tes pieds un doux tapis de laine,

Je tissais pour tes yeux un doux tapis de fleurs.

Mais le soir est venu qui a noyé la plaine,

Mais la nuit est venue qui a noyé mon coeur.

 

Tu n'es pas le soleil, je ne suis pas la rose ;

Tous deux suavement accordent leur plaisir :

Tu resteras muet devant ma porte close

Et je n'aurai pas su le nom de mon désir.

 

Mai 1933

 

Jeanne Dortzal

 

 

Par delà

 

Donne... Elargis tes yeux jusqu'à sentir le vide

S'engouffrer sous ta peau.

Perçois-tu le rivage où le temps se dévide?

Cette grappe d'air chaud,

 

Cette odeur magnétique et ce bouclier d'ombre,

Cet antre velouté cachant dans ses replis

Les soleils que j'enfourne et ce ciel en décombre,

N'ont-ils pas, sous ta lèvre, un goût de paradis?

 

Allongé comme un dieu sur la stèle qui bouge,

Tes deux bras soulevant ce calice entr'ouvert,

N'as-tu pas déployé, comme une voile rouge,

Mon désir dont l'essor a dépassé ma chair?

 

Ah! que ma volupté te soit comme une amphore,

Où ton front viendra boire et buter ton cerveau;

Ce ciel qui nous enserre et que l'instant redore,

D'un bond nous a remis, ce soir, à son niveau.

 

Je t'ai voulu semblable à ces bêtes qui ploient,

Et dont les reins puissants maintiennent sur le sol

La lumière et l'odeur des saisons qu'on déploie,

Comme si l'univers tirait sur leur licol.

 

Et cependant nous serons tels que cet abîme,

Les astres flotteront un jour entre nous deux;

Chacun se dressera pour toucher l'autre cime,

Le torse balafré de larmes et d'adieux.

 

Viens, la nuit qui descend s'élargit comme une île,

Rien de nous ne saurait mourir; ferme tes bras

Sur la chambre qui plane et dont l'orbe immobile

Concentre l'infini des cieux qu'on n'atteint pas.

 

En me donnant à toi de toute ma tristesse,

T'aurais-je donc courbé vers ma gorge, ô bonheur?

Suis-je un rayon brisé de quelque astre en détresse

Pour sentir ruisseler ces larmes dans mon coeur?

 

Comme tu m'apparais lumineux et profane,

Avec ta chevelure où ma bouche a roulé.

Golfe du souvenir où cinglent des tartanes,

Dans une odeur de miel et de raisin foulé!

 

Ah! dussé-je engloutir ma force et disparaître

Dans cette houle où mon baiser s'est suspendu,

J'irai, léchant la trace où s'imprime ton être,

Pour te sentir peser sur mon torse étendu.

 

J'aurai joui de toi jusqu'à sentir mon rêve

Eclater sous ma tempe. A chaque battement,

Projetée au-delà des saisons qu'on soulève,

J'apercevais notre âme et son aile en suspens.

 

Mais plus battait le soir, plus je croyais entendre,

Dans un chaos de fleurs, de musique et d'encens,

Nos fronts briser cette ombre où nous allons descendre,

Et cette plainte allait toujours s'élargissant.

 

Etreignons-nous! le temps a besoin de pâture.

En lui jetant nos corps, puissions-nous contempler

Un halo formidable autour d'une ossature,

Et ciel qui sur nous semble avoir débordé.

 

La croix de sable, 1927.

 


 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

2 - de Baudelaire à Malvina Blanchecotte 

en passant par Gello et Alice Bataille

 

Baudelaire

A une passante

La rue assourdissante autour de moi hurlait.
Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse,
Une femme passa, d'une main fastueuse
Soulevant, balançant le feston et l'ourlet ;

Agile et noble, avec sa jambe de statue.
Moi, je buvais, crispé comme un extravagant,
Dans son oeil, ciel livide où germe l'ouragan,
La douceur qui fascine et le plaisir qui tue.

Un éclair... puis la nuit ! - Fugitive beauté
Dont le regard m'a fait soudainement renaître,
Ne te verrai-je plus que dans l'éternité ?

Ailleurs, bien loin d'ici ! trop tard ! jamais peut-être !
Car j'ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,
Ô toi que j'eusse aimée, ô toi qui le savais !

 


Malvina Blanchecotte 

 Elle

 (en écho au poème de Baudelaire)


 Sous son vêtement noir, linceul anticipé,
Elle passait, le front penché, la marche lente;
Tu la vis: ton regard craintif, préoccupé,
Suivit sans l'arrêter l'ombre pâle et tremblante.

Au milieu de la foule elle te pressentit;
Elle se retourna d'elle-même, ébranlée;
C'était toi, c'était toi! D'instinct son coeur battit,
Et l'amertume emplit sa paupière gonflée.

Que t'a dit son regard, alors fixe et muet?
As-tu bien constaté cet infini ravage?
As-tu sondé l'angoisse en cet oeil inquiet?
Ce brisement d'un coeur aimé, c'est ton ouvrage.

La vision tremblante a disparu. - Tous deux
Vous avez poursuivi votre route opposée;
Sous l'éblouissement elle a fermé les yeux.

 

 

 

Gello (poétesse des années 1920)

 

 Sonnet à l'inconnue

 

Charme de l'inconnue qu'on ne voit qu'une fois,

O reflet de notre âme et de notre génie,

Toi que je ne verrai plus jamais de ma vie

Et que j'ai rencontrée dans un jardin bourgeois!

 

Je vis passer l'éclair de mes propres effrois

Dans les yeux ombragés de fière nostalgie,

Je connus sur ton front la virile énergie

Qui cache la douleur des âmes aux abois.

 

Mais tu ne me vis point et tes regards stupides

S'attachaient sans la voir à la foule des yeux vides.

Tu n'étais pourtant pas seule car des parents

 

Près de toi déroulaient leur verbe dérisoire

Que tu n'entendais pas; dans mes songes ardents,

Inconnue! tu viendras flotter sur ma mémoire.

 



Rita del Noiram 

 

Désir

 

Au rond-point d'une allée, elle m'est apparue,

Dans le rouge cuivré des feuillages de sang,

L'amazone gracile au souple corps dansant.

Larme à larme, pleurait la lumière décrue,

 

De mauve se fardait l'androgyne statue,

Sa jambe au galbe fier et son sein frémissant,

Les contours moelleux du buste adolescent,

De la hanche en amphore et de l'épaule nue...

 

Penthésilée enfant, la langueur de ta bouche

Me semblait démentir ton regard plus farouche,

Dans l'air énamouré de douceurs d'encensoir.

 

Et mon coeur nostalgique appelait, ô guerrière !

En cette demi-teinte équivoque du soir,

L'impossible baiser de tes lèvres de pierre.

 

)Dans Les Cahiers Mensuels de la Poésie, janvier, 1922)

 

 

 

 

 

Alice Bataille

 A un passant

 

 

-----------------------------------------------------

---------------------------------------------
-----------------------------------


2- De Huysmans à Renée Vivien

 

 

Huysmans (1881)

Sonnet Masculin  

 (toutes les rimes sont "masculines, c'est-à-dire sans "e" muet à la rime)


Les rideaux tout souillés des morves d’un branlé
Enveloppaient le lit. — Un bidet rempli d’eau
Attendait. — Le vieillard entra — mit son cadeau,
Cinq francs, dans une coupe en zinc — et l’enculé

Tournant le dos porta ses jumelles rondeurs,
Dames-jeannes d’amour, au bouchon du miché.
A grand’aide de suif, il fut vite fiché
Dans cette cave en chair où fument des odeurs

De salpêtre et de bran, ce dard qui sautillait,
Éperdu, dans ses doigts! — Après un long effort,
Il entra jusqu’au ventre en ce trou qui bâillait.

Et l’anus embroché sonna son doux flic-flac.
C’est bon, dis, petit homme? — Oh oui! va, va, plus fort,
Ah! reste — assez — laisse — ouf! — Et l’on entendit clac!


 

 Renée Vivien

 Sonnet féminin 

 (En écho au poème de Huysmans: toutes les rimes sont féminines, avec "e"muet à la rime)

Ta voix a la langueur des lyres lesbiennes,

L'anxiété des chants et des odes saphiques,

Et tu sais le secret d'accablantes musiques

Où pleure le soupir d'unions anciennes.


Les Aèdes fervents et le Musiciennes

T'enseignèrent l'ampleur des strophes érotiques

Et la gravité des lapidaires distiques.

Jadis tu contemplas les nudités païennes.


Tu sembles écouter l'écho des harmonies 
mortes;

Bleus de ce bleu des clartés infinies,

Tes yeux ont le reflet du ciel de Mytilène.


Les fleurs ont parfumé tes étranges mains creuses;

De ton corps monte, ainsi qu'une légère haleine,

La blanche volupté des vierges amoureuses.


-----------------------------

-----------------------------------------

--------------------------------------------------

 

 

 Catherine des Roches (1542-1587)   

 

L'Amour

 

Sur un laurier triomphant

Amour regarde la belle,

Puis, fermant l'une et l'autre aile,

Il la suit comme un enfant.

Il repose dans son sein

Et joue en sa tresse blonde,

Frisotée comme l'onde,

Qui coule du petit Clain;

Il regarde par ses yeux,

Parle et répond par sa bouche,

Par ses mains les mains il touche,

N'épargnant hommes ni dieux.

Quand il s'en vient entre nous,

Un souris lui sert d'escorte;

Mais qui n'ouvrirait sa porte,

Le voyant humble et si doux?

Hà, Dieu! quelle trahison,

Sous une fraude tant douce!

Je crains beaucoup qu'il me pousse

Hors de ma propre maison.

 

 

Marguerite de France (1552-1615)

 

(L'amour ressemble)

 

L'amour ressemble un champ, le laboureur l'amant;

L'un et l'autre présument, à la fin de l'année,

Selon qu'elle sera mauvaise ou fortunée,

Moissonner le chardon, la paille ou le froment.

 

La paille est la douceur d'un vain contentement,

Mais le vent la dérobe aussitôt qu'elle est née;

Le chardon, la rigueur d'une Dame obstinée;

Et la grâce est le grain qu'on recueille en l'aimant.

 

L'amant ne peut gagner, pour service qu'il fasse,

Un point d'honneur plus haut qu'être en la bonne grâce

D'une Dame accomplie, objet de sa langueur.

 

La grâce vient du coeur, et toute autre espérance

S'éloigne du devoir d'honnête récompense.

Que désire-t-on plus en amour que le coeur?

 

 


 

 Henriette de la Suze

1618-1673

(Selon Emile Magne, ce sonnet doit plutôt être attribué à Mme de Villedieu)

 Jouissance

Aujourd'hui dans tes bras j'ai demeuré pâmée,
Aujourd'hui, cher Tirsis, ton amoureuse ardeur
Triomphe impunément de toute ma pudeur
Et je cède aux transports dont mon âme est charmée.

Ta flamme et ton respect m'ont enfin désarmée ;
Dans nos embrassements, je mets tout mon bonheur
Et je ne connais plus de vertu ni d'honneur
Puisque j'aime Tirsis et que j'en suis aimée.

O vous, faibles esprits, qui ne connaissez pas
Les plaisirs les plus doux que l'on goûte ici-bas,
Apprenez les transports dont mon âme est ravie !

Une douce langueur m'ôte le sentiment,
Je meurs entre les bras de mon fidèle Amant,
Et c'est dans cette mort que je trouve la vie.

 




Baronne de Baye (1905)

 Silence


Nous nous taisions : c'était l'heure troublante et chaude
Où le soleil frémit sur les rideaux croisés,
L'heure lourde où l'amour, dans l'air assoupi, rôde...
Une rose effeuillait ses parfums apaisés.

Vous ne me disiez rien de vos tristes pensées,
Je ne vous disais rien de mes amers chagrins,
Mais le temps s'écoulait entre nos mains pressées,
Comme un collier de deuil dont on compte les grains.

Nous nous taisions, penchés sur le silence tendre ;
Une caresse errait en cette obscurité,
Et je sentais mon âme éperdument se tendre
Vers votre âme tremblante, éprise de clarté !

L'arôme de la fleur passait, tel un sourire ;
La chambre s'emplissait d'espoir et de regret :
Nous pensions les mots doux que nous n'osions pas dire
Nous nous taisions, gardant chacun notre secret...

Silence ! c'était l'heure troublante et chaude
Où le soleil frémit sur les rideaux croisés,
L'heure lourde où l'amour, dans l'air assoupi, rôde...
Une rose effeuillait ses parfums apaisés.

L'âme brûlante (1905)

 


 

Hélène Picard

 Hymne au Bien-Aimé

 

O jeune corps de joie où la splendeur circule,

Je te glorifierai dans la vague du blé,

Dans les grans horizons, lorsque le crépuscule

Ouvre une route bleue au silence étoilé.

 

O jeune fleur de vie, ô chair pure et sacrée,

O corps du bien-aimé, je te louerai le jour,

Lorsque la terre boit la lumière dorée,

Quand le soleil est beau comme un rire d'amour.

 

Je te retrouverai dans les vignes ardentes,

Dans la mûre si lourde aux doigts de la chaleur,

Dans le parfum du foin et des roses brûlantes,

Et dans le tiède sol et dans les fruits en fleur.

 

Je te désirerai dans les plantes de l'ombre,

Je te savourerai dans le pain du matin,

Je boirai ta douceur au coeur de la nuit sombre,

Et, dans le fleuve beau, je verrai ton destin.

 

Je baiserai le chêne ou tes dieux te saluent,

L'herbe de la vallée où tu dors en riant,

Le lin, l'outil, le blé que tes mains distribuent,

Belle, je chanterai pour toi vers l'Orient.

 

Je te respirerai dans les vents de l'automne,

Dans les vents où tournoient les fous insectes d'or,

Ivres, dans le verger qui s'éffeuille et rayonne,

D'avoir goûté les fruits et pressenti la mort.

 

O bien-aimé, fraîcheur, parfum de la colline

O clarté de mes yeux, ô rythme de mon coeur,

Je mouillerai ta chair d'une larme divine

Et je m'effeuillerai sur toi comme une fleur.

 

Je t'apprendrai les mots dont s'alimente l'onde,

Dont s'avive l'azur, dont se dore l'été;

Pour toi, je lèverai mes deux bras sur le monde,

Et mes gestes, pour toi, feront de la beauté.

 

La source des forêts dira notre jeunesse,

Et ma lèvre, sans fin, dans la tienne mourra;

La lune règnera, haute, sur notre ivresse,

Et l'urne de ma vie à tes pieds coulera...

 

L'instant éternel (1907)

 

 


Marie Dauguet (1926)

 Ode à l'amant


Tu es la vigueur du soleil
Et ta sève embaume.
Elle est un ruisseau de mai sous l'aubépine,
Plus douce que la fleur du sureau.
Tu te dresses et tu es la force de la forêt!

Tes reins blessent mes mains nouées,
Tu es rude comme un chêne.
Je t'ai baisé comme un rouge-gorge dans ma main,
J'aime la tiédeur de ton corps dans ma main.

Je me rassasie de ton odeur sauvage;
Tu sens les bois et les marécages
Tu es beau comme un loup,
Tu jaillis comme un hêtre
Dont l'énergie gonfle l'écorce.
... Le nœud de tes épaules est dur sous les mains;
L'axe du monde est dans ta chair.
... Mais je louerai ton cri sauvage,
Mais je louerai ton corps qui embaume,
C'est un bois sauvage aux rudes fleurs.
Je louerai ta brutalité,
Le sanglot rauque de ta chair;

Je louerai ta sève immense
Où l'univers est en puissance.
Je louerai tes poings et comment ils se dénouent
Tout à coup quand tu retombes
Au creux d'une épaule,
Plus doux qu'un petit enfant
Et plus innocent qu'un ange.

(Extrait de Ce n'est rien, c'est la vie -  Ed. Chiberre, 1926)

 


 

Béatrice de Die

 

Chanson

 

Grande peine m'est advenue

Pour un chevalier que j'ai eu,

Je veux qu'en tous les temps l'on sache

Comment moi, je l'ai tant aimé;

 

Et maintenant je suis trahie,

Car je lui refusais l'amour.

J'étais pourtant en grand'folie

Au lit comme toute vêtue.

 

Combien voudrais mon chevalier

Tenir un soir dans mes bras nus,

Pour lui seul, il serait comblé,

Je ferais coussin de mes hanches;

Car je m'en suis bien plus éprise

Que ne fut Flore de Blanchefleur.

Mon amour et mon coeur lui donne,

Mon âme, mes yeux, et ma vie.

 

Bel ami, si plaisant et bon,

Si vous retrouve en mon pouvoir

Et me couche avec vous un soir

Et d'amour vous donne un baiser,

Nul plaisir ne sera meilleur

Que vous en place de mari,

Sachez-le, si vous promettez

De faire tout ce que je voudrai.

 

(Traduction: Pierre Seghers, 1961)

 


 Madeleine de l'Aubépine ou Héliette de Vivonne

 

 

Le luth

 


Pour le doux ébat que je puisse choisir, 
Souvent, après dîner, craignant qu'il ne m'ennuie, 
Je prends le manche en main, je le tâte et manie, 
Tant qu'il soit en état de me donner plaisir. 


Sur mon lit je me jète, et, sans m'en dessaisir, 
Je l'étreints de mes bras et sur moi je l'appuie, 
Et, remuant bien fort, d'aise toute ravie, 
Entre mille douceurs j'accomplis mon désir. 


S'il advient, par malheur quelquefois qu'il se lâche, 
De la main je le dresse, et, derechef, je tâche 
Au jouir du plaisir d'un si doux maniement : 


Ainsi, mon bien aimé, tant que le nerf lui tire, 
Me contemple et me plaît, puis de lui, doucement, 
Lasse et non assouvie enfin je me retire.

                              Mademoiselle M. D. P. P.

 

 

La Nouvellette
Chanson

Il est certain qu’un jour de l’autre mois,
M’est advenu très merveilleuse chose:
Toute seulette étais au fond du bois,
Vint mon ami, plus beau que n’est la rose.
Il me baisa d’un baiser sage et doux,
Et puis après il me fit chose amère,
Si que je dis, avec un grand courroux:
Tenez-vous coi, j’appellerai ma mère.

Il est certain qu’il devint tout transi,
Voyant courir larmes sur mon visage.
A jointes mains il me cria merci, (pitié)
Et cela fit que je fus moins sauvage.
Alors qu’il vit que je parlais si doux,
L’ami s’y prit de tant belle manière,
Que je lui dis, sans avoir de courroux:
Tenez-vous coi, j’appellerai ma mère.

Il est certain que lors il m’arriva
Chose nouvelle, à quoi n’étais pas faite,
Et quasi morte, un baiser m’acheva,
Qui me rendit les yeux clos et muette;
Puis m’éveillai, mais d’un réveil si doux,
Que remourus, tant il me fit grand’chère.
Enfin, besoin ne fut d’être en courroux,
Il devint coi, sans qu’appellai ma mère.

 

 

 

 

 

Le fameux sonnet de Louise Labé

et autres imitations de Pétrarque

 

Sonnet de Pétrarque

(trad. de F. L. de Grammont, 1842)

Pétrarque.jpg

 

 

Pétrarque

Pétrarque Sonnet 105.jpg

 

 

Louise Labé (1524-1566)

 

Sonnet 8

 

Je vis, je meurs; je brûle et je me noie;
J'ai très chaud tout en souffrant du froid;
La vie m'est et trop douce et trop dure;
J'ai de grands chagrins entremêlés de joie. 

Je ris et je pleure au même moment,
Et dans mon plaisir je souffre maintes graves tortures;
Mon bonheur s'en va, et pour toujours il dure;
Du même mouvement je sèche et je verdoie.

Ainsi Amour me mène de manière erratique;
Et quand je pense être au comble de la souffrance, 
Soudain je me trouve hors de peine.

Puis quand je crois que ma joie est assurée 
Et que je suis au plus haut du bonheur auquel j'aspire,
Il me remet en mon malheur précédent.

 

 

 

Marie de Romieu (entre 1540-1590)

 

Paix ne trouve

Pétrarque Romieu .jpg

 

 

Anne-Marie d'Haupoul (1763-1837)

 

Incertitude

 

Je ne sais plus chanter et je ne sais rien dire;

Mes regards sont baissés, ou rêveurs ou distraits;

Je crains de soupirer, et toujours je soupire,

Je me tais ou gémis, j'expire ou je renais.

 

Je frissonne, et bientôt une flamme rapide

En parcourant mes sens fait palpiter mon sein;

A la fois délirante, incertaine, timide,

Je le cherche toujours, et toujours sans dessein.

 

S'il s'offre à mes regards, mon âme est éperdue;

S'il s'éloigne, je meurs! Trop tendre, je ne puis

Soutenir son départ ni supporter sa vue;

Absent, je le souhaite, et présent je le fuis.

 

Qu'est-ce donc que je sens? est-ce plaisir ou peine?

De ce mal inconnu faut-il mourir un jour?

Il me devient trop cher pour être de la haine,

Et me fait trop souffrir pour être de l'amour.

 

(Dans Sabatier, 18ème siècle, p. 175)

 

 

Avellaneda (1814-1873)

 

Poesias liricas (1850)

 

La contradicciones

Soneto

Pertrarque Avellaneda.jpg

 Vicomtesse de Thouars

Epître de madame la Vicomtesse de Thouars à Monsieur de la Trémouille, Vicomte dudit lieu, son époux, lui étant avec le Roi delà les monts. (1545)

Consulter le texte original DOIGT 26.jpg

 

Je n'ai personne à qui dire mes plains,

Qui sont de deuil et de regret tout pleins,

J'entends personne ou (où?) réconfort je trouve

Et dont avoir je voulusse l'épreuve (l'éprouve).

 

Car vous tout seul, monseigneur vous avez

Mon réconfort, despieça (depuis longtemps) le savez,

Vous seul portez l'amoureuse racine

Qui de mon mal doit être médecine,

Vous connaissez plus qu'autre mon vouloir

Et si voyez ce qui me fait douloir,

C'est votre absence, et votre retournée

M'aurait tantôt de liesse atournée.

 

Mais je sais bien que vous êtes contraint

De demeurer, non de me voir retraint

Et que de l'oeil de mémoire amoureuse

Voyez toujours moi pour langoureuse,

Amour le fait qui de deux nobles coeurs

En a fait un tout arrosé de pleurs,

Ou à monceaux je vois croître pensées

De grands soupirs bien souvent offensées.

 

Par le jardin mon souvenir vous quiert

Et, tant souvent, désir de vous s'enquiert,

Ma voix vous tait, et mon coeur vous nomme

Cent fois le jour, voire cent mille en somme

Mes pauvres yeux vous regardant par tout

Si au (en?) jardin serez en quelque bout

Vous cuidant voir avec vos gentilshommes

Passer le temps, ou souvent trompés sommes.

  Et quand les yeux ont si très fort sailli

Mon pauvre espoir de regret assailli

Ses ailes prend d'affection discrète,

Et va cherchant celui que tant regrette,

Puis me vient dire au secret de mon lit

(Lequel mon corps pour son repos élit)

"Bientôt aurez près de votre personne

Le vôtre époux, et que mot on n'en sonne.

 

J'attends, j'écoute en pensements divers,

Et par mon lit vais et viens à travers,

Mon corps s'endort, et dormant travaille,

Et vraie amour mon tendre esprit réveille,

Et lui présente un millier de bons tours

Qu m'avez fait en loyales amours.

 

Aucunes fois m'est avis que je vous baise,

Et vous embrasse, en honneur à mon aise,

A l'autre fois qu'en vous tenant propos

D'honnête amour prenons notre repos.

 

En quoi faisant, combien (bien) que le corps dorme

Je parle haut voire sans ordre et forme,

Riant, pleurant, chantant, ou lamentant,

Ou en disant hélas je l'aime tant,

Et tellement que mes femmes de chambre

Se vont lever en tremblant membre à membre

Qui tout soudain me viennent réveiller,

Pour empêcher d'ainsi me travailler,

Et souvent suis de pleurs toute couverte,

Froide d'ennui, pâle sous la couverte,

Puis je les fais soudain tourner coucher

Sans leur vouloir de mes pleurs rien toucher,

Disant, allez, ce ne sont fors (que) songes

Troublant l'esprit, et remplis de mensonges.

 

Ce néanmoins, monsieur, il m'est avis

Que tous mes sens sont devant vous ravis,

Et que sans vous je ne saurais plus vivre,

Délibérée  (décidée) en tous lieux de vous suivre.

 

................................

 

Aise n'aurai jamais jour que je vive

Jusques à tant qu'on me die, il arrive,

Qui ! monseigneur, le meilleur des meilleurs,

Qui a son coeur en vous, et non ailleurs.

 

Ce que je suis contrainte vous écrire

Puisque ne puis par ma voix le décrire.

 

Vous suppliant monsieur et mon époux

Voir votre épouse en pitié sans courroux

Et de votre oeil bénin et aimable

Serez, s'il vous plaît pitiable.

 

Si ne pouvons approcher nos deux corps,

A tout le moins soyez de moi recors (souvenez-vous),

Que votre esprit une fois le jour vienne

En mon secret, et amour entretienne,

Et mille fois le mien vers ira

Par bon espoir, qui mot ne vous dira,

Mais attendra votre noble présence

Pour obtenir de mon mal allégeance,

Et sous espoir d'avoir en amour mieux

Il attendra votre retour joyeux,

Qui est la fin de ma douce demande

Fors monseigneur qu'à vous me recommande

Très humblement, et prie au créateur

Qu'il soit de vous toujours le protecteur,

Et vous donner bonheur en votre quête,

Puis retourner glorieux en conquête.

 

Ecrit au lieu de mon secret désir

Sur net papier, d'encre de déplaisir,

Par celle-là qui d'amours le tref (tente du soldat) mouille

De pleurs loyaux attendant la Trémouille.

 

 

Simonna Azaïs

 

Chant d'amour


Que nos cuisses enlacées
L’odeur de nos corps sans honte
Nos bouches infatiguées
Et nos sexes qui s’affrontent
Mes seins
Ton membre dressé
A l’amour qui nous harcèle
Nos sanglots entrecoupés
Que la jouissance appelle
Notre désir épuisé
Qui revit sous nos caresses
Nos chairs
Émues de baisers
Que des doigts plus fiévreux pressent
Nos ventres
Enfin soudés à l’aube conceptionnelle
Fassent de ces nuits passées
Un chant de rut
Éternel.

 

 

 

Anaïs Ségalas (1811-1895)

Cette poétesse n'a pas toujours bonne réputation. Pourtant, on ne peut rester indifférent à certains aspects  de l'oeuvre de cette féministe chrétienne, fille de créole. Le poème qui suit renverse la problématique du Cantique des Cantiques. Y pense-t-elle au début de la 2ème strophe ? "Un nègre a sa beauté" = Nigra sum sed formosa".

 


Un nègre à une blanche


O blanche, tes cheveux sont d'un blond de maïs,
Et ta voix est semblable au chant des bengalis!
Si tu voulais m'aimer, ce serait douce chose!
Un peu d'amour au noir, jeune fille au teint frais:
Le gommier n'a-t-il pas, dans nos vastes forêts,
Sur son écorce brune une liane rose!

Un nègre a sa beauté: bien sombre est ma couleur,
Mais de mes dents de nacre on voit mieux la blancheur;
Tes yeux rayonnent bien sous tes cils fins, longs voiles,
Mais regarde! les miens ont un éclat pareil:
Ton visage est le jour, tes yeux c'est le soleil;
Mon visage est la nuit, mes yeux sont des étoiles!

Sois ma compagne: au pied du morne que voilà,
Vois ce petit carré de manioc; c'est là
Que pour te recevoir, j'ai préparé ma case:
Ton hamac de filet, de plumes est orné;
De peur qu'un maringouin à ton front satiné
Ne touche, je t'ai fait la moustiquaire en gaze.

Viens; je te donnerai tous mes cactus en fleur,
Et je te cueillerai des fruits pleins de saveur,
Goyaves, ananas. Oh! suis-moi, blanche femme,
Afin que je te serve et te parle à genoux!
Qu'importe ma couleur, si je suis bon et doux,
Et si le noir chez moi ne va pas jusqu'à l'âme!

Si tu veux, pour t'avoir coquillage et corail,
Un oiseau-mouche, oiseau d'escarboucle et d'émail,
J'irai dans la savane et près des tièdes lames,
A l'heure où s'enfuirait le blanc le plus hardi;
Lorsque de tous côtés la chaleur de midi
Enveloppe le corps, comme un manteau de flammes.

O blanche, tes cheveux sont d'un blond de maïs,
Et ta voix est semblable au chant des bengalis!
Si tu voulais m'aimer, ce serait douce chose!
Mais quoi! tu fuis le noir, jeune fille au teint frais;
Oh! plus heureux que moi, le gommier des forêts
Sur son écorce brune a sa liane rose!

Poésies diverses (1836)

 

 

Berthe de Nyse

 

Litanies de la chair


Je t'aime, ô mon amant
Ma chair émue garde le souvenir de ton baiser
Baiser doux et subtil, tendre et profond
J'ai la hantise de ta chair pénétrant ma chair
 

Tu m'as fait tienne
J'ai nié le pouvoir de la chair
Blasphème !...
Ô chair, divine chair
Sois bénie
Je me sens lasse
Délicieusement lasse
Je niais la volupté,
Ô crime, je t'avais reniée, ô volupté !
Je te célèbre aujourd'hui sur le mode majeur et sur le mode mineur
Ce soir je renais à l'amour
Vibration divine
Je me sens lasse, infiniment lasse
De la bonne fatigue,
De la fatigue sacrée
J'ai reçu le baiser de la communion
Et bu l'eau du baptême
Je suis ivre d'amour
Ton baiser savant et répété
A fait sourdre des profondeurs de mon être
Où il croyait pour toujours sommeiller,
Le Désir ancestral des faunesses,
Ah ! verse-moi, verse-moi l'ivresse
Prends-moi, prends-moi toute en ta caresse
 

De nos corps confondus s'élève une odeur de folie
Tes baisers ont fait chanter toutes les cordes
De mon corps tendues comme une harpe
Et je m'ouvre en un suprême appel
Pour recevoir l'offrande de ton amour.

 

 

Anne de la Vigne

 

 

La passion vaincue

 

 

 

La bergère Liris sur les bords de la Seine

Se plaignait l'autre jour d'un volage berger.

Après tant de serments peux-tu rompre ta chaîne

Perfide, disait-elle, oses-tu bien changer?

 

Puisqu'au mépris des Dieux tu peux te dégager,

Que ta flamme est éteinte et ma honte certaine;

Sur moi-même de toi je saurai me venger.

Et ces flots finiront mon amour et ma peine.

 

A ces mots résolue à se précipiter,

Elle hâte ses pas et sans plus consulter.

Elle allait satisfaire une fatale envie.

 

Mais bientôt s'étonnant des horreurs de la mort;

Je suis folle, dit-elle, en s'éloignant du bord,

Il est tant de bergers, et je n'ai qu'une vie.

 

 

Elise Champagne

 

 

L'aphrodite des faubourgs

 

 

Les pistons de la fête ont saoûlé les amants,

Les couples ont poussé comme des champignons

Sur les quais où l'on voit trembler de faux brillants

Et l'amour s'étaler sans gêne et sans façon.

 

Mais la misère, un jour, les tire en sa nacelle

Et la barque s'en va sur le sombre canal,

Vers des terrains jonchés de débris de vaisselle,

De paniers éventrés et de vieux fils d'archal.

 

L'amour court les pieds nus comme un petit vaurien

Qui le soir, pour voler, entre dans les boutiques.

Il sait pleurer d'un oeil lamentable en public,

Mais vendrait ses parents que nul n'y verrait rien.

 

Et parfois il revient offrir dans les faubourgs

Des Venus ébréchées en craie éblouissantes

Aux ménages heureux qui ornent leurs amours

D'une mythologie à quatre francs soixante.

 

                                                    Extrait de "Mont-de-Piété" (1932)

 

 

Augusta Penquer

AVEU 

Je ne t'ai jamais dit assez combien j'aimais 
Ta parole éloquente et ta grâce infinie. 
Je ne t'ai jamais dit combien tu me charmais ; 
Combien ta voix avait d'attrait et d'harmonie. 

Je ne t'ai jamais dit mon fol enivrement. 
Ni l'adoration de mon âme en délire. 
Quand vers moi tu venais... ou passais seuiement 
Près de moi. sans un mot, mais avec un sourire. 

Je ne t'ai jamais dit. non jamais tu n'as su 
Combien je te trouvais au-dessus de ma vie. 
Et toi. humble, jamais tu ne t'es aperçu 
De ma dévotion à ton culte asservie. 

Je ne t'ai jamais dit combien tu m'exaltais. 
L'excès d'amour a-t-il une pudeur farouche ? 
Souffle-t-il sur sa flamme?... Eh, bien oui!... je sentais 
Qu'il éteignait le feu de mon cœur sur ma bouche. 

Muette, devant toi, souvent je t'admirais ; 
Muette, devant toi, j'écoutais ta parole; 
Muette, devant toi, de toi je m'enivrais, 
En apparence sage, en réalité folle. 

M'entends-tu?... Dans le monde où tu vis, entends-tu 
Mon aveu?... Me vois-tu tout à coup dévoilée?... 
Dieu me pardonne- t-il, Lui la pure vertu, 
De m'être devant toi, sans pudeur révélée?.. 

 

 

Nizet (Marie) 

La chanson de Mahéli

 
La maîtresse blanche et blonde
Dont l'amour t'ensorcela
Est à l'autre bout du monde:
          Je suis là!
 
Pour ma joie, évoque celle
Qui met ton être en moi.
Désire-la, meurs en elle...
          Et prends-moi!
 
C'est elle qui met la flamme
Au bûcher où je me tords.
Que me fait qu'elle ait ton âme:
          J'ai ton corps!
 
J'ai la chair : elle a le rêve.
Je te presse, je te sens...
Elle a ton coeur : j'ai la sève
          De tes sens.
 
 

Montanclos

(Marie-Emilie Maryon de, Baronne de Prinzen)

1736-1812

 

 

 Chant d'un pêcheur 

 

Le plaisir,

Et non la constance,

Le désir

Sans persévérance,

Voilà ma seule volupté,

Je lui dois toute ma gaîté.

 

Mon état peut offrir l'image

Des ruses qu'inspire l'amour;

Et voici, sur le rivage,

Ce que je fais tour à tour:

 

Dans l'onde agitée ou tranquille,

Je jette en riant mes filets,

Et dans ma nacelle mobile,

Avec art j'ai l'oeil aux aguets.

D'abord le poisson fuit l'amorce,

Je le vois sans m'en irriter;

Il court, revient, s'agite et perd sa force;

L'appât est sûr, il ne peut l'éviter.

En amour, je prévois de même:

Beauté que trouble le désir,

Quand la nature veut qu'elle aime,

Lutte en vain contre le plaisir.

Le plaisir,

Oui, le plaisir,

Et non la constance,

Le désir

Sans persévérance,

Voilà ma seule volupté;

Je lui dois toute ma gaîté.

                                               (Almanach des Muse, 1812)

 

 

 

Mme de Villedieu

 

Jouissance (Sonnet)

 

Aujourd'hui dans tes bras, j'ai demeuré pâmée,

Aujourd'hui, cher Tircis, ton amoureuse ardeur

Triomphe impunément de toute ma pudeur,

Et je cède aux transports dont mon âme est charmée.

 

Ta flamme et ton respect m'ont enfin désarmée,

Dans nos embrassements je mets tut mon bonheur;

Et je ne connais plus de vertu ni d'honneur,

Puisque j'aime Tircis, et que j'en suis aimée.

 

O vous faibles esprits, qui ne connaissez pas

Les plaisirs les plus doux que l'on goûte ici-bas,

Apprenez les transports dont mon âme est ravie.

 

Une douce langueur m'ôte le sentiment,

Je meurs entre les bras de mon fidèle Amant,

Et c'est dans cette mort que je trouve la vie.

 

 

 

Natalie Barney

(Amour)

 

– Amour, sport qui nous nuit 
Mais dans lequel s'ennuient 
Les princes de la nuit. 
– Princesse Å pierre fendre 
Daignerez-vous descendre 
Dans ce pays du Tendre ?

 

 

 

France Darget

 

Chanson barbare

 

A Mme la baronne Augusta de Kabal

 

J'aime un bandit des montagnes.

Il pille dans les campagnes

Et prie au désert.

- Voici le temps de la crue.

Demain, sur la mousse nue,

Le Nil sera vert.

 

Il est parti pour la chasse.

La caravane qui passe

Craint son yatagan.

- L'eau monte, et l'écume y danse...

Demain, sur la roche immense,

Le Nil sera blanc.

 

Mais on l'a pris sur la rive!...

Les cavaliers du Khédive

L'ont pendu ce soir.

- Que de boue au fond du fleuve!

Demain, sur la grève neuve,

Le Nil sera noir.

 

Et moi, dont le coeur se navre,

J'ai mordu sur son cadavre

La jusquiame en feu...

- L'ombre fuit. L'amour demeure.

... Et sur nos corps tout à l'heure

Le Nil sera bleu.

 

 

 Marie-Louise Dromart

 

Juin

 

Hôte des muses bocagères

Et de la belle-au-bois dormant,

Je ressemble au Prince charmant

Qui fait soupirer les bergères.

 

Au souffle des brises légères,

La rose de mon coeur d’amant

S’empourpre et brûle... en parfumant

Mon pourpoint tissé de fougères.

 

Ivre alors des sucs que je bois

A même la fraise des bois,

J’emprunte les ailes de l’ode

 

Pour cueillir à Mimi Pinson

Au cerisier de ma chanson,

Des pendants toujours à la mode.

 

 

 

Claire Goll 

Sept souhaits

 

Que ne suis-je le bandeau autour de ton front

Si proche de tes pensées!

 

Que ne suis-je le grain de maïs

Qu'écrasent tes dents de chat sauvage!

 

Que ne suis-je à ton cou la turquoise,

Chaude de la tempête de ton sang!

 

Que ne suis-je la laine multicolore

Du métier à tisser, qui glisse entre tes doigts!

 

Que ne suis-je la tunique de velours

Sur le flux et le reflux de ton coeur!

 

Que ne suis-je le sable dans tes mocassins

Qui ose caresser tes orteils!

 

Que ne suis-je ton rêve nocturne

Lorsque dans les bras noirs du sommeil, tu gémis!

 

Le coeur tatoué, 1958

Anthologie Seghers 1971

 

 

Adrienne Lautère

 

 

Le baiser

 

Comme on hume l'air tiède au bord d'une fenêtre,

et qui vient du jardin, tout chargé de printemps,

nous avons respiré sur le seuil de notre être

le souffle contenu par l'écrin de nos dents.

 

Ce baiser attendu qui sembla si facile,

plus changeant que le feu, plus léger qu'un soupir,

n'a-t-il été qu'un jeu de nos lèvres habiles?

Engagions-nous par lui tout le vaste avenir?

 

Je vivais sans amour...La solitude austère

donne au courage humain la trempe du métal.

Mon âme s'envolait éprise de lumière,

mon corps était un doux et docile animal.

 

Je suivais sans désir, paisiblement tenace,

le plan précis qu'avait tracé ma volonté;

et je m'accoutumais à lutter face à face,

gaiment, sans amertume, avec l'humanité.

 

De sa houle confuse et comme possédée,

ma barque experte n'effleura que les sommets.

Vagues souples et radieuses, les Idées

lui donnaient un élan que ma raison aimait.

 

J'avais discipliné cette âme trop fervente

à force d'énergie et de réflexion.

Enfin j'avais acquis la maîtrise savante

dans l'art subtil de manoeuvrer mes passions.

 

Faut-il que tout cela, ma liberté féconde,

ce prudent équilibre et le pouvoir aisé

d'aller où bon me semble et jusqu'au bout du monde,

se fonde en la douceur trompeuse d'un baiser?

 

Toi qui viens sans appel, en ton mâle égoïsme,

barrer ma route, es-tu la ruse ou la candeur?

Ne figures-tu pas le traître antagonisme,

l'amour démoniaque empoisonnant le coeur?

 

Si ta jeunesse ardente aux vanités naïves,

Si ce rire d'audace et ces yeux de clarté

devaient semer un jour les rancoeurs agressives,

qui lèvent sur les champs où meurt la volupté;

 

si le trésor que ta beauté m'apporte,

follement dépensé, nous laissait appauvris;

que nous découvrions en nos âmes moins fortes

pour avoir trop rêvé, des détails flétris;

 

si ce qui nous attend était cette détresse,

si la satiété, le morne désespoir

en menace changeaient la brûlante promesse

que ta lèvre ravit à la mienne ce soir;

 

si notre amour était la prison sans issue

où s'étiole un jour toute vitalité,

s'il lui manquait l'air pur qu'on nomme: liberté,

et s'il se consumait comme un feu diminue,

 

j'arracherais de moi le langoureux désir;

et vers un coin caché de cette vaste terre,

mon âme emporterait, plié dans son mystère,

d'un seul baiser d'amour le profond souvenir!

 

Amour et Sagesse, 1921.

 

 

 Hélène Vacaresco

 

Il passa...

Il passa ! J'aurais dû sans doute
Ne point paraître en son chemin ;
Mais ma maison est sur sa route,
Et j'avais des fleurs dans la main.

Il parla : j'aurais dû peut-être
Ne point m'enivrer de sa voix ;
Mais l'aube emplissait ma fenêtre,
Il faisait avril dans les bois.

Il m'aima : j'aurais dû sans doute
N'avoir pas l'amour aussi prompt ;
Mais, hélas ! quand le cœur écoute,
C'est toujours le cœur qui répond.

Il partit : je devrais peut-être
Ne plus l'attendre et le vouloir ;
Mais demain l'avril va paraître,
Et, sans lui, le ciel sera noir.

L'âme sereine, 1896

 

 

Blanche Sahuqué

 

Amour, ô dieu méchant...

 

Amour! ô dieu méchant, qui blesse la jeunesse

Et dérange ses jeux,

Quand ce serait si doux de rire avec ivresse,

Lorsque le ciel est bleu!

 

Quand ce serait si beau d'avoir vingt ans, de croire

Que l'unique bonheur

Est de presser l'été, ses roses et sa gloire

Contre son tendre coeur;

 

D'emplir éperdument son âme et sa poitrine

De tous les chants vermeils

Et de nouer se bras aux branches d'aubépine

Quand flambe le soleil.

 

D'épanouir son être, ô volupté profonde,

Comme un rosier humain,

Et de mêler sa bouche à la splendeur du monde;

En un hymen divin!...

 

Mais tu es là, Amour, et tu guettes ta proie

De ton mauvais regard,

Qui mêle étroitement la truistesse et la joie.

Pour acérer ton dard,

 

Il te faut la beauté, le rire frais des femmes,

Leurs pleurs à tes genoux,

Et le sang de leur coeur, leur douleur qui se pame,

Pour ton plaisir jaloux.

 

Et de tes doigts cruels, tu détruis les beaux rêves

Des vjngt ans enchantés,

En soufflant sur les coeurs, les rayons et les sèves

L'amère volupté.

 

Pages posthumes, 1913

 

 

Claude Fourcade

 

Idylle

 

Jamais en nuls regards n'ont coulé de tels pleurs !

Jamais timide orgueil n'eut plus chastes douleurs !

De l'attente amoureuse où rêve sa pensée

La belle solitaire en revient plus lassée

Mais laisse à l'infidèle un espoir de pardon ;

Puis, n'osant croire encore à ces soirs d'abandon

Pareils aux soirs d'avril repliés sous la nue,

Garde secrète au coeur une flamme ingénue ;

Car toujours le silence est plus doux que l'aveu,

Le reflet du flambeau que l'or même du feu,

Plus que la nudité le mystère du voile

Et plus qu'un sûr bonheur la vacillante étoile.

 

(Publié dans Le Divan, 1939)

 

 

 

 

Solange Rosenmark 

 

 

 

VIEILLES BOUTEILLES

 

Je te revois au comptoir

d'un bar très Toulouse-Lautrec,

parmi les blancs et les métèques.

Sous les ampoules électriques

s'étriquent

tes épaules point symétriques

ô, Maria-Marialaine.

 

Ton teint, qu'un fard électrise,

frise,

la framboise sous le givre.

 

Mais, ô désastre du preneur

quel leurre !

Ton cou maigre, au faisan

mort depuis déjà des temps,

fait tout-à-coup songer.

 

Ah ! Maria-Marialaine

enferme-toi

en des étuis de soies.

Laisse émerger seule ta tête

comme un bouchon sur la bouteille.

 

Et sois dispensatrice

des voluptés et des caprices,

bouteille des ivresses infinies

Marialaine !

 

Je te revois au comptoir

d'un bar, très Toulouse-Lautrec,

parmi les blancs et les métèques.

 

Que sous le ver feu des lampes

Vous êtes toutes bien rangées !

Toi, presque rousse, le champagne sec.

 

Toi, la brune trop frelatée

de nard et de musc

es-tu l'absinthe au goût de crime ?

Fais-tu monter jusqu'aux cimes

des jets de sang pourpré ?

 

Et toi la blonde couleur jonquille

Avec ton teint trop blanc,

comme nacré,

liqueur pour jeunes filles

petit verre pour freluquet ?

Ah ! Ah ! sautez bouchons, sautez bouteilles,

tous les vins de toutes les treilles.

 

............................................................

 

Maria-Marialaine

dans la lumière d'une aurore

dort.

Flacon cassé, vide, répandu,

son corps gît, moitié sur la table

tandis qu'un amateur, bouche empâtée,

attache d'un air entêté

son gilet déboutonné...

...l'aurore se lève.

 

*

**

 

Marialaine, ton corsage entr'ouvert

laisse sortir un sein presque vert,

tableau d'un Van Gogh égaré.

 

*

Mais voici que l'on clôt

de bois sinistre le bar vidé.

Et c'est, dit un client

qui s'attriste, "la petite mort"

que ces quatre planches de bois.

 

Dehors

- inattendu essor - Ah ! Ah !

sur Marialaine, il pleura !

 

 

Marie-Jeanne Durry

Attente

 

  Quand étendu sur moi tu reposes et que je serre entre mes bras ton corps, dans ma poitrine si violemment ton coeur bat que tout en moi se tait pour l'entendre. Que ne puis-je m'endormir d'amour ?

Muette je sens ta vie s'en aller à grands coups et j'épie chacun de nos instants comme le dernier.

(publié dans Marie-Jeanne Durry, Poètes d'aujourd'hui, Seghers)

 

 

Isabelle Sandy



L'amant

 

La foule aux cent regards, aux deux cents mains mouvantes

Qui modèle la gloire ou creuse les tombeaux,

La foule qui dira si mes vers furent beaux,

Si j'eus l'âme des dieux ou celle des servantes,

La foule au vaste front, plein d'avenir, qui tend

Vers moi son blanc miroir où la lumière coule,

La foule, bateau ivre, au flanc de l'océan,

Auquel j'ai confié ma destinée, la foule,

Elle a pour moi ce nom magnifique: l'amant !

Et quand certains jugeront folle ma solitude,

Fou l'orgueil de ma chair qui ne s'est pas donnée,

S'étonnent de me voir attachée à l'étude,

Et belle, et seule, et pauvre, aux genoux d'Athénée,

Je ris : c'est que le soir, ciselant un poème,

En un lieu triste et froid où personne ne m'aime,

Où je n'ai, pauvrement, que mon âme à donner,

J'ai senti sur ma tempe un laurier frissonner...

Tandis que s'avançait, puissant comme la houle,

Cet amant merveilleux et multiple : la foule !

 

 

 

Cécile Périn

 

O pauvre amour

 

L'amour noue un instant les corps vite apaisés.

Divine illusion dans l'ombre de l'étreinte !

O désirs confondus et tôt désenlacés !

L'extase naît, vacille, meurt, lueur éteinte...

 

Le doux bras se détache et la lèvre se tait.

Comme une voile sur la mer le sommeil glisse.

Soupir ! Est-ce un aveu de joie ou de regret ?

Celui qui ne dort pas songe... Ce court délice,

 

Que t'a-t-il donc livré du bel être alangui

Dont le souffle à présent trouble la nuit pensive

Et qui déjà très loin de toi, très loin, s'enfuit,

sans que ton souvenir impuissant le poursuive ?

 

Ne confondrez-vous pas un jour vos vérités ?

Irez-vous à tâtons toujours dans la tendresse ?

Silence des amants ! Ah ! savoir écouter

A l'heure grave, où se dissolvent les caresses !

 

Mais le vent a porté vers le large sans bruit,

Irrésistiblement, hors de toutes atteintes,

O pauvre amour, l'aile invisible des esprits,

O pauvre amour leurré par la poignante étreinte.

 

(publié dans Le Divan, 1941)

 

 

Adine Riom

 

Amour 



Toi qu'on n'ose nommer, esprit, charme, puissance. 
Amour, où donc es-tu ? quelle est ta pure essence ? 
Des astres de l'Ether fils immatériel, 
Es-tu le messager ou l'exilé du ciel ? 

Es-tu dans le parfum de ces fruits qui mûrissent ? 
Dans la sombre fraîcheur de ces bois qui frémissent ? 
Dans ces flots soulevés, dont le rapide flux 
Peint de la passion les accents éperdus ? 

Animes-tu l'oiseau, dont l'aile fugitive 
Vole au-dessus du lac et trouve à l'autre rive 
L'asile et le doux nid aux fragiles réseaux 
Qui semble un fruit chantant aux feuilles des roseaux ? 

Conduis-tu le nuage errant dans la campagne 
Qui flotte et se suspend à la verte montagne, 
Et qui, se dilatant, prisme d'or et vermeil, 
Fond et s'évanouit aux baisers du soleil ? 

Serais-tu dans l'espace ou l'air qui m'environne? 
L'étincelle ou l'espoir qui sur mon front rayonne? 
Quand j'écoute, est-ce toi qui me parle tout bas ? 
Oh ! dis, est-ce vers toi que se tendent mes bras ? 

« Femme, je suis en toi ! j'habite dans ton âme, 
« Tu respires, tu vis par ma divine flamme ; 
« C'est moi seul qui produis ta soudaine pâleur, 
« Moi qui brille en tes yeux, qui palpite en ton coeur. 

« Ecoute sans frayeur : je suis le bien suprême ; 
« Mon séjour est au ciel, et ce grand Dieu lui-même, 
« Qui dit à l'oeil terrestre : « Ouvre-toi, c'est le jour ! » 
"- Dit à l'âme immortelle : << Ouvre-toi c'est l'amour ! »

 

 

 

Marie Huot

 

Les Statuettes

 

Quand la Mort, en riant, nous déshabillera

             De notre manteau de théâtre

Et qu'elle lèvera le masque d'opéra

             De notre orgueil opiniâtre,

 

L'un devant l'autre, alors, elle nous placera,

            Ainsi que deux rêves de plâtre,

Nus, sur la cheminée et nous tendant les bras

            Par-dessus le trou noir de l'âtre,

 

En s'envoyant du geste et de loin un bonjour :

          - Bonjour ! bonjour, ô mon amour ! -

Et, comme deux enfants, deux jumeaux blancs et tendres,

           De leur innocence ébahis,

Nos deux coeurs, qui se sont tant aimés, tant haïs,

           Iront folâtrer dans les cendres !

 

 

 

Tola Dorian

 

L'essence de l'amour

Commencement et but de la Création, 

Lumière qui pour ombre as la clarté du monde, 

Voile vivant, tissé d'âmes en fusion 

Et tramé de soleils... ô fournaise féconde, 

D'où la pensée éclate irradiée et sonde 

Les Mutabilités de la Possession ! 



Sang des veines du Temps! Flot du flux de la vie ! 

Ame de toute chair, chair de l'âme ! Divin, 

Unique accord parfait d'immanente harmonie !... 

Haleine universelle!... Intangible chemin, 

Artère  roule et bat la rumeur infinie 

Du coeur multiplié de l'avatar humain !

 

 

 

Amable Tastu

 

Lai de la mort d'Amour

 

 

Lai de la Mort d'Amour

 
Cy gist amors qui bien amer faysoit,
Li faulx amans l'ont jeté hors de vie ;
Amors vivant n'est rien que tromperie :
Por franc amors priez Dieu, s'il vos plaist.
                 THIBAUD, roi de Navarre.




Merci, gentilles Jouvencelles,
M'avez reçu dans le châtel.
Soyez-tendres autant que belles,
Saurez les chants du ménestrel ;


Les retins de mon noble maître,
Car ai tout appris dans sa cour ;
Vous conterai LA MORT D'AMOUR,
Et vous verrai plorer peut-être !

N'est plus Amour qui bien aimer faisait,
Les faux amans l'ont jeté hors de vie ;
Amour vivant n'est rien que tromperie :
Pour franc Amour priez Dieu, s'il vous plaît !

Que franc Amour avait de charmes !
Quel éclat brillait dans ses yeux !
De sa mort n'avais point d'alarmes,
Le croyais au nombre des Dieux.
 
L'une de vous pourrait connaître
Que n'ai point flatté le portrait ;
Ne veux pas trahir son secret,
Mais la verrai rougir peut-être.

N'est plus Amour qui bien aimer faisait,
Les faux amans l'ont jeté hors de vie ;
Amour vivant n'est rien que tromperie :
Pour franc Amour priez Dieu, s'il vous plaît !

Las ! bientôt, malgré sa jeunesse,
Il sentit la faux du trépas ;
Accablé d'ennuis , de tristesse ,
Amour s'éteignait dans mes bras.


Voyais sa force disparaître,
Ses traits se faner et pâlir ;
Un oubli le faisait mourir,
Un regard l'eût sauvé peut-être !

N'est plus Amour qui bien aimer faisait,
Les faux amans l'ont jeté hors de vie ;
Amour vivant n'est rien que tromperie :
Pour franc Amour priez Dieu, s'il vous plaît !

Mis en bûcher lettre amoureuse,
Sermens félons, trompeurs aveux,
L'azur d'une écharpe menteuse,
Bouquets flétris et blonds cheveux ;
 
L'astre du soir vint à paraître,
Y portai les restes d'Amour.
Alors, pour le priver du jour,
Mes pleurs auraient suffi peut-être !

N'est plus Amour qui bien aimer faisait,
Les faux amans l'ont jeté hors de vie ;
Amour vivant n'est rien que tromperie :
Pour franc Amour priez Dieu, s'il vous plaît !

Dans un bocage solitaire
S'élève la tombe d'Amour ;
On verra naïve bergère
Y rêver au déclin du jour.


Puisse un cœur inconstant et traître
Dans ce lieu passer un moment !
Sur l'albâtre du monument
En soupirant lira peut-être :

« Ci-gît Amour qui bien aimer faisait,
Les faux amans l'ont jeté hors de vie ;
Amour vivant n'est rien que tromperie :
Pour franc Amour priez Dieu, s'il vous plaît ! »

 

 

 

 Adélaïde Dufrénoy

 

               L'Amour
 

 

            Passer ses jours à désirer,
            Sans trop savoir ce qu'on désire ;
            Au même instant rire et pleurer,
Sans raison de pleurer et sans raison de rire ;
Redouter le matin et le soir souhaiter
            D'avoir toujours droit de se plaindre,
            Craindre quand on doit se flatter,
            Et se flatter quand on doit craindre ;
            Adorer, haïr son tourment ;
À la fois s'effrayer, se jouer des entraves ;
Glisser légèrement sur les affaires graves,
            Pour traiter un rien gravement,
Se montrer tour à tour dissimulé, sincère,
Timide, audacieux, crédule, méfiant ;
            Trembler en tout sacrifiant,
            De n'en point encore assez faire ;
Soupçonner les amis qu'on devrait estimer ;
Être le jour, la nuit, en guerre avec soi-même ;
Voilà ce qu'on se plaint de sentir quand on aime,
Et de ne plus sentir quand on cesse d'aimer.

Opuscules poétiques, 1806

 

 

 

Comtesse de Brégy 

 

Stances

 

Ce qu'on sent pour une maîtresse

N'approche pas de la tendresse

que je sens pour vous chaque jour.

Ne craignez pourtant pas mes désirs, ni ma flamme,

Iris, ce que j'ai dedans l'âme

A plus de raison que l'amour.

 

Je n'aurais pas cru, je vous jure,

Que pour une amitié si pure,

L'on sentît une telle ardeur.

Je le pris pour l'amour, je m'y trompai moi-même,

Vous en pourriez faire de même;

Mais vous n'en aurez que la peur.

 

Pourtant une flamme discrète,

Pleine de respect et secrète

Mériterait quelque pitié.

L'amour a tant d'attraits que je ne me puis taire,

Sans la crainte de vous déplaire,

J'abandonnerais l'amitié.

 

Prenez toujours pour une fable,

Quand on dit "l'amour est blâmable",

Ceux qu'il blesse adorent ses coups.

Il sait remplir d'appas la peine la plus rude,

Et mêler à l'inquiétude

Certain je ne sais quoi de doux.

 

Tout le reconnaît, tout lui cède,

Et souvent du meilleur remède

Il fait le plus subtil poison.

Qui veut trop le guérir, le rend plus incurable,

Et l'on est toujours misérable

De se conduire par raison.

 

Je pourrais bien m'y laisser prendre,

Sous le nom de l'amitié tendre

L'on le reconnaît chaque jour.

Ne craignez pourtant pas mes désirs ni ma flamme,

Iris, ce que j'ai dedans l'âme

N'oserait vous paraître amour.

 

Les Lettres et les Poésies de la Comtesse de B. (Brégy), 1666

 

 

 

 

 Catherine Bédacier (Durand)

 

 

La vengeance contre soi-même

 

La fille d'un Seigneur vivait chez ses parents

Dans la splendeur et l'innocence,

Ses biens, ses charmes, sa naissance,

Lui firent en secret nombre de soupirants.

Déjà dans le pays, (c'était en italie)

On ne parlait que des naissants appas

De l'incomparable Idalie.

Elle seule semblait ne les connaître pas.

Aux oeuvres d'Arachné, souvent à la peinture,

Elle passait un quart du jour ;

La promenade avait son tour,

Le reste s'employait en pieuse lecture.

On ne parlait point là d'amour.

Il était là pourtant père de la nature ;

Tout l'univers est son séjour.

Le jeune Eraste né d'assez haut parentage,

Pauvre de biens, mais riche de courage,

Ayant vu par hasard cette jeune Beauté,

En demeura comme enchanté.

Irai-je offrir mes voeux, disait-il en lui-même,

Moi qui n'ai ni moyens, ni rang ?

C'es maintenant l'argent qu'on aime,

Que sert la noblesse du sang ?

N'importe, hasardons ; il dit, il part, il vole

Droit au château qu'Idalie habitait.

Insinuant, comme il était, il sait jouer son rôle,

Si bien que les parents l'arrêtent dans ces lieux.

Cet emploi n'est pas glorieux ;

Il n'est pas bas aussi. Puis quand l'amour décide,

Voir ce qu'on aime est le solide.

Voilà donc notre jeune amant

Qui, gaule à la main, dompte travail, dresse

L'indocile poulain, la légère jument

Fruit des haras du duc, père de sa maîtresse.

Il faisait beau le voir sur son coursier hautain,

Amasser une tête, enfiler une bague,

Darder une méduse, abattre le faquin,

Plus fier qu'un Amadis qui combat l'Audriague.

D'Adonis, au surplus, c'était le vrai portrait.

C'est dans ses yeux qu'Amour choisit un trait

Pour blesser la jeune Idalie.

Il asséna son coup, elle en eut pour sa vie.

Aussitôt regards de partir

Soupirs d'aller, coeur de se rendre

Sa raison, loin d'y consentir,

Fit mille efforts pour la défendre.

Un domestique, un gueux, disait-elle, tout bas,

Triomphera de mes appas ?

Non, non ... dans ces instants Eraste était loin d'elle.

Il parut, sa raison n'osa plus raisonner,

Elle baissa les yeux, feignit de badiner ;

C'était dans la saison nouvelle.

La scène était au fond d'un bois,

Son amant la trouva si belle,

Qu'il lui parla d'amour pour la première fois.

On accepta ses voeux; l'Amour n'est-il pas maître ?

Jeunes beautés, fuyez si vous voulez parer

Les amorces d'un petit traître

Qui ne flatte nos coeurs que pour les déchirer.

Nos deux amants croyaient s'aimer sans cesse.

Trouble charmant, transports, délicatesse

Assaisonnent toujours

Les nouvelles amours.

Les parents sans soupçon laissent parler la Belle

Au novel écuyer dont on vante le zèle.

Que de rapides jours dans ce bonheur passés !

On se voyait toujours, ce n'était pas assez,

A la fin ce fut trop, non pour Idalie,

Car chacun sait que, sous les lois d'Amour,

Tôt ou tard il arrive un jour

Que l'un serre sa chaîne et l'autre la délie.

Ce jour fatal venu, l'écuyer un matin

Va chercher un nouveau destin;

S'il m'en souvient, ce fut à parme,

Où d'un nouvel objet il se rend le captif.

Déjà pour notre fugitif

De ce nouvel objet la fierté le désarme.

Elle avait un époux, mais ce fripon d'Amour

Du chaste hymen aime à troubler la cour,

Eraste et Eleonor s'aimèrent, se le dirent,

L'hyment et l'époux en souffrirent.

Idalie en apprit jusqu'au fond de ses bois

La funeste nouvelle ;

Qui la lui dit ? Oh ! qui ? la déesse aux cent voix,

Par son moyen tout se révèle;

Les pleurs d'abord furent son seul recours.

Le dépit, la fierté, le désespoir, la honte

En augmentaient, ou suspendaient le cours,

Toutes les passions y trouvèrent leur compte.

La douleur enfin l'emporta,

Mais la douleur la plus amère,

La plus tendre, la plus sincère

Que jamais l'Amour excita.

Pour y chercher remède, on met tout en usage,

On suppose un pélerinage

Promis depuis longtemps à tel Saint, en tel lieu,

On part avec un oncle en pompeux équipage,

Le tout pour la gloire de Dieu.

Dès la première couchée

Idalie ouvre son coeur

A sa suivante touchée

De l'excès de sa langueur,

La cassette aux bijoux toujours nécessaire,

Servit à recouvrer habits d'hommes, chevaux.

On coupa des cheveux si beaux

Que ceux de Bérénice attentifs aux mystères,

Craignirent des astres nouveaux.

Au point qu'on voit briller l'Aurore,

La Belle se dérobe à son oncle en défaut,

Elle monte à cheval, et l'oncle dort encore,

Qu'elle est à Parme, ou peu s'en faut.

Suivons-la, car de l'oncle on a peu de nouvelle.

L'apprenti cavalier arrive à la Cité,

S'enquiert d'Eraste et de sa Belle.

Tout lui confirme, hélas ! la triste vérité,

Toutefois à l'espérance

Un coeur se livre aisément,

Elle allait voir son Amant ;

C'est un plaisir qui balance

Le plus horrible tourment.

Elle va demeurer où logeait l'infidèle.

Cherche à le voir, en fait les premiers pas.

Il prend de l'amitié pour elle,

Il ne la connaît pourtant pas ;

Mais dans ces habits d'homme, elle avait tant d'appas,

Qu'avec plus d'une belle

Elle eut à soutenir d'assez plaisants combats.

Voilà donc ces Amants dont l'amitié s'empresse

A réunir les coeurs qu'a séparé l'Amour ;

Notre héroïne en laisse amuser sa tendresse ;

Avec Eraste au moins elle passe le jour.

Il la mène chez sa Maîtresse,

Dont comparant le coeur et les attraits aux siens,

Il sortira de cette ivresse,

Dit-elle, il reviendra bientôt dans mes liens.

Qu'elle connaissait peu des hommes le caprice !

Esclaves d'une molle et fausse volupté,

Dans leur esprit un peu de vice

L'emporte sur le coeur, même sur la beauté.

D'Eraste cependant la prière importune

Obtint (notre Idalie en vain s'en défendit)

De coucher en sa chambre commune.

En même chambre ? Oui, de plus en même lit.

Ce ci sent la bonne fortune :

Censeur, auras-tu bientôt dit.

Ton jugement est trop subit,

Songe à plaindre une Amante sage.

 

A suivre

 

 

 

 

 

 Claude  de Bectoz

(Quand vous voyez...)

 

Quand vous voyez que l'étincelle

De chaste amour sous mon aisselle

Vient tous les jours à s'allumer,

Ne me devez-vous bien aimer?

 

Quand vous me voyez toujours celle

Qui pour vous souffre et son mal cèle,

Me laissant par lui consumer,

Ne me devez-vous bien aimer?

 

Quand vous voyez que pour moins belle

Je ne prends contre vous querelle,

Mais pour mien vous veux réclamer,

Ne me devez-vous bien aimer?

 

Quand pour quelque autre amour nouvelle

Jamais ne vous serai cruelle,

Sans aucune plainte former,

Ne me devez-vous bien aimer?

 

Quand vous verrez que sans cautelle

Toujours vous aurai été telle

Que le temps pourra affermer

Ne me devez-vous bien aimer?

 

 

Pernette du Guillet

 

 

Elégie (extrait)

 

Combien de fois ai-je en moi souhaité

Me rencontrer à la chaleur d'été

Tout au plus près de la claire fontaine

Où mon désir avec cil (celui) se promène

Qui exercite en sa philosophie

Son gent esprit duquel tant je me fie

Que ne craindrais, sans aucune maignie (escorte)

De me trouver seule en sa compagnie,

Que dis-je: seule? Mais bien accompagnée

D'honnêteté que vertu a gagnée

A Apollon, Muses et Nymphes maintes,

Ne s'adonnant qu'à toutes oeuvres saintes.

Là, quand j'aurais bien au long vu son cours,

Je le lairrais (laisserais) faire à part ses discours;

Puis peu à peu de lui m'écarterais

Et toute nue en l'eau me jetterais;

Mais je voudrais alors aussi avoir

Mon petit luth accordé au devoir

Duquel ayant connu et pris le son,

J'entonnerais sur lui une chanson

Pour un peu voir quels gestes il tiendroit.

Mais si vers moi il s'en venait tout droit,

Je le lairrais hardiment approcher;

Et s'il voulait, tant soit peu, me toucher,

Lui jetterais pour le moins ma main pleine

De la pure eau de la claire fontaine,

Lui jetant droit aux yeux ou à la face...

 

Rymes, 1545 (d'après Jeannine Moulin)

 



Louise Labé

 

Prédit me fut que devais fermement

Un jour aimer celui dont la figure

Me fut décrite ; et, sans autre peinture,

Le reconnus quand vis premièrement.

 

Puis, le voyant aimer fatalement,

Pitié je pris de sa triste aventure,

Et tellement je forcai ma nature,

Qu'autant que lui aimai ardentement.

 

Qui n'eût pensé qu'en faveur devait croître

Ce que le Ciel et destins firent naître ?

Mais, quand je vois si nubileux apprêts,

 

Vents si cruels, et tant horrible orage,

Je crois qu'(que c')étaient les infernaux arrêts

Qui de si loin ourdissaient ce naufrage.

 

(Dans l'anthologie de  Rosemonde Gérard)

 

 

 

 Jacqueline Pascal

 

Chanson

 

Sombres déserts, retraite de la nuit,

         Sacré refuge du silence,

Un malheureux Amant à qui le monde nuit

Ne vient pas par ses cris vous faire violence.

Son tourment est si doux qu'il n'en veut pas guérir.

Il ne vient pas se plaindre, il ne vient que mourir !

 

***

 

      Par son trépas dans les lieux fréquentés

             On saurait les maux de son âme,

      Mais, dans ces bois toujours inhabités,

Il vient cacher sa mort pour mieux couvrir sa flamme.

Ne craignez pas ses pleurs en le voyant périr :

Il ne vient pas se plaindre, il ne vient que mourir !

 

(Dans Rosemonde Gérard)

 



Madame de Villedieu

 

Sonnet

 

Impétueux transports d'une ardeur insensée,

Douces illusions qui réduisez nos sens,

Souvenirs qui rendez mes efforts languissants,

C'est trop longtemps régner dans ma triste pensée.

 

Malgré tous vos appas vous serez effacée,

Fatale impression de tant d'attraits puissants ;

Mouvements indiscrets, si doux et si puissants,

Je vous immole tous à ma gloire offensée.

 

Mais quel trouble secret s'oppose à mes desseins ?

Quel désordre imprévu rend ces mouvements vains ?

Que me demandes-tu, coeur ingrat et rebelle ?

 

Si l'honneur et la foi ne te peuvent guérir,

Pour éviter les noms de faible et d'infidèle,

Lâche, montre du moins que tu sais bien mourir.

 

(Dans Rosemonde Gérard)

 

 

Jouissance

 

Aujourd'hui dans tes bras, j'ai demeuré pâmé ;

Aujourd'hui, cher Tircis, ton amoureuse ardeur

Triomphe impunément de toute ma pudeur

Et je cède aux transports don mon âme est charmée.

 

Ta flamme et ton respect m'ont enfin désarmée ;

Dans nos embrassements je mets tout mon bonheur,

Et je connais plus de vertu ni d'honneur

Puisque j'aime Tircis et que j'en suis aimée.

 

O vous, faibles esprits, qui ne connaissez pas

Les plaisirs les plus doux que l'on goûte ici-bas,

Apprenez les transports dont mon âme est ravie.

 

Une douce langueur m'ôte le sentiment,

Je meurs entre les bras de mon fidèle amant

Et c'est dans cette mort que je trouve la vie !...

 

!Dans Emile Magne, Madame de Villedieu)

 

 

Jouissance.jpg

 

 

 

 



Antoinette Deshoulières

 

Stances

 

Hé ! que te sert, Amour, de me lancer des traits ?

N'ai-je pas reconnu ta fatale puissance ?

Ne te souvient-il plus des maux que tu m'as faits ?

          Laisse-moi dans l'indifférence,

A l'ombre des ormeaux, vivre et mourir en paix.

          Souvent, dans nos plaines fleuries,

Je mêle, avec plaisir, mes soupirs à mes pleurs.

Le chant des rossignols, les déserts enchanteurs,

Le murmure des eaux et l'émail des prairies,

         Mon chien, sensible à mes douleurs,

Mes troupeaux languissants, ces guirlandes de fleurs

Que le temps, mes soupirs et mes pleurs ont flétries,

Don cher et précieux du plus beau des pasteurs;

Tout nourrit avec soin mes tendres rêveries.

Eloigne-toi, cruel, de ces lieux fortunés ;

         La paix y règne en ton absence :

         Ne trouble plus, par ta présence,

Les funestes plaisirs qui me sont destinés.

Rassemble en d'autres lieux tes attraits et tes charmes ;

         Mon coeur ne sera pas jaloux.

Non! je n'envierai point ces secrètes alarmes

Dont tu rends, quand tu veux, le souvenir si doux.

Mon chien et mes moutons, chers témoins de mes larmes,

J'en atteste les dieux, je n'aimerai que vous !

 

(Dans Rosemonde Gérard)

 

 

 

 Louise de Lavallière

 

Sonnet

 

Tout se détruit, tout passe, et le coeur le plus tendre

Ne peut d'un même objet se contenter toujours,

Le passé n'a point eu d'éternelles amours,

Et les siècles suivants n'en doivent point attendre ;

 

La constance a des lois qu'on ne veut point entendre,

Des désirs d'un grand Roi rien n'arrête le cours,

Ce qui plaît aujourd'hui déplaît en peu de jours,

Son inégalité ne saurait se comprendre ;

 

Tous ces défauts, grand Roi, font tort à vos vertus ;

Vous m'aimiez autrefois, mais vous ne m'aimez plus,

Mes sentiments, hélas ! diffèrent bien des vôtres...

 

Amour à qui je dois et mon mal et mon bien,

Que ne lui donniez-vous un coeur comme le mien,

Ou que n'avez-vous fait le mien comme les autres !

 



Fragment

 

Deux grands Rois, pour m'avoir, firent un jour la guerre :

Le premier l'est du Ciel, l'autre l'est de la Terre,

le Roi du Ciel vainqueur m'a conduit en ce lieu...

O bonheur sans pareil sur la terre et sur l'Onde,

D'Amante que j'étais du plus grand Roi du monde

Je me vois aujourd'hui l'Epouse du grand Dieu !

 

(Dans Rosemonde Gérard)

 



Comtesse d'Houdetot

 

Madrigal

 

A rendre heureux l'objet de mes amours,

Dieux, employez votre pouvoir suprême :

       Pour son bonheur, faites qu'il m'aime ;

       Pour le mien, qu'il m'aime toujours !

 

 

Aimer

 

Jeune, j'aimai ;

le temps de mon bel âge,

Ce temps si court, l'amour seul le remplit ;

Quand j'atteignis la saison d'être sage,

Toujours j'aimai, la raison me le dit ;

Puis l'âge vient et le plaisir s'envole ;

Mais mon bonheur ne s'envole aujourd'hui ;

Car j'aime encore et l'amour me console...

Rien n'aurait pu me consoler de lui !

 

 

Chanson sur le départ de Saint-Lambert

 

L'amant que j'adore,

Prêt à me quitter,

D'un instant encore,

Voudrait profiter...

Félicité vaine

Qu'on ne peut saisir,

Trop près de la peine

Pour être un plaisir !

 

(Dans Rosemonde Gérard)

 

 

 

 Ninon de Lenclos 

 

(Tendre victime...)

 

Tendre victime, aimable Lavallière,

Qu'Amour en pleurs suit encore aujourd'hui

Sous le cyprès de ce bois solitaire,

Quels noirs chagrins ont troublé ta carrière !

Que ton éclat s'est vite évanoui !

Aussi pourquoi, trop douce et trop sincère,

T'avisais-tu d'aimer un roi pour lui ?

De cet abus tu vois quelle est la suite !

En y cédant on se voue à l'ennui ;

On vit en dupe, et l'on meurt carmélite.

 

(Dans le volume 5 de la Petite Encyclopédie poétique de Philipon de la Madelaine (1804)

 



Marquise de Travanet

 

Pauvre Jacques

 

Pauvre Jacques, quand j'étais près de toi,

Je ne sentais pas ma misère ;

Mais à présent que tu vis loin de moi,

Je manque de tout sur la terre.

 

Quand tu venais partager mes travaux,

Je trouvais ma tâche légère.

T'en souvient-il ? tous les jours étaient beaux...

Qui me rendra ce temps prospère ?

 

Quand le soleil brille sur nos guérets,

Je ne puis souffrir la lumière ;

Et, quand je suis à l'ombre des forêts,

J'accuse la nature entière...

 

Pauvre Jacques, quand j'étais près de toi,

Je ne sentais pas ma misère ;

Mais à présent que tu vis loin de moi,

Je manque de tout sur la terre !

 

(dans Rosemonde Gérard)

 

 

 Delphine Gay (Mme Emile de Girardin)

 

L'étranger

 

Il a passé comme un nuage,

Comme un flot rapide en son cours ;

Mais mon coeur garde son image

            Toujours.

 

Mais son regard, plein de tendresse,

A rencontré mes yeux ravis ;

Et, depuis ce moment d'ivresse,

             Je vis !

 

Et ma pensée aventureuse

D'un rêve se laisse charmer ;

Je l'aime... et je me sens heureuse

            D'aimer.

 

Mais parfois aussi je me livre,

Hélas ! au plus cruel ennui,

Quand je songe qu'il me faut vivre

           Sans lui !

 

Quoi ! cette âme que j'ai rêvée,

Que longtemps j'ai cherchée en vain,

Cette âme, je l'avais trouvée

            Enfin !

 

Je l'avais trouvée... ô martyre !

Affreux tourment que j'offre à Dieu !

Je la trouve !... et c'est pour lui dire :

           "Adieu !"

 

Pourtant, si le Ciel nous protège...

Il était si pur, notre amour !

Peut-être encor le reverrai-je

            Un jour.

 

Oh ! qu'un moment je le revoie,

Qu'un moment j'ose le chérir...

Oui, dussé-je de tant de joie

           Mourir !

 

(Dans Rosemonde Gérard)

 

 

 

 Louise Ackermann

 

L'amour et la mort

 

Regardez-les passer, ces couples éphémères !

Dans les bras l'un de l'autre enlacés un moment ,

Tous, avant de mêler à jamais leurs poussières,

               Font le même serment :

 

Toujours ! Un mot hardi que les cieux qui vieillissent

Avec étonnement entendent prononcer,

Et qu'osent répéter des lèvres qui pâlissent

              Et qui vont se glacer.

 

Vous qui vivez si peu, pourquoi cette promesse

Qu'un élan d'espérance arrache à votre coeur,

Vain défi qu'au néant vous jetez, dans l'ivresse

             D'un instant de bonheur ?

 

Amants, autour de vous une voix inflexible

Crie à tout ce qui naît : "Aime et meurs ici-bas !"

La mort est implacable et le ciel insensible ;

           Vous n'échapperez-pas.

 

Eh bien ! puisqu'il le faut, sans trouble et sans murmure,

Forts de ce même amour dont vous vous enivrez

Et perdus dans le sein de l'immense Nature,

           Aimez donc et mourez !

 

(Dans Rosemonde Gérard)

 

 

 Anne de la Vigne

 

La passion vaincue

 

La bergère Liris sur les bords de la Seine

Se plaignait l'autre jour d'un volage berger.

Après tant de serments peux-tu rompre ta chaîne

Perfide, disait-elle, ôses-tu bien changer?

 

Puisqu'au mépris des Dieux tu peux te dégager,

Que ta flamme est éteinte et ma honte certaine;

Sur moi-même de toi je saurai me venger.

Et ces flots finiront mon amour et ma peine.

 

A ces mots résolue à se précipiter,

Elle hâte ses pas et sans plus consulter.

Elle allait satisfaire une fatale envie.

 

Mais bientôt s'étonnant des horreurs de la mort;

Je suis folle, dit-elle, en s'éloignant du bord,

Il est tant de bergers, et je n'ai qu'une vie

 

(Publié dans SéchéPublié sous une autre forme dans le 1er volume de Joseph de la Porte (1769))

 

 



 

Chanson sur M. L'Abbé Testu

 

L'aventure est trop ridicule

Pour ne la pas faire savoir.

Il offrait à dame incrédule

Sa chandelle, et la faisait voir.

Sans s'émouvoir, sans s'émouvoir,

La follette tira sa mule,

Et la fit servir d'éteignoir.

 

Au lieu de venger cette injure,

Les Amours, à malice enclins,

Riaient entre'eux de l'aventure

Du doyen des abbés blondins.

Ces dieux badins, ces dieux badins,

Se disaient: Vois-tu la coiffure

Qu'on a mise au dieu des jardins?

 



Clotilde Bauguion-Cariou

 

Rêve

 

Je voudrais reposer ma tête

Sur tes épaules puissantes

Pour entendre le murmure

De ton être à mes oreilles

Complaisantes !

Je voudrais de ta main fiévreuse

Sentir le délicieux frisson

Sur le revers de ma chevelure

Afin que nos deux peines pareilles

Vibrent à l'unisson !

Je voudrais que l'heure trompeuse

Nous abîme en son ardeur.

Je voudrais que ta chaude caresse

A tout jamais éteigne la détresse

De nos coeurs !

 

Je voudrais surtout, dépassant le sexe

Dans la flamme qui nous embrase,

Atteindre de ton âme l'extase

Qui voluptueusement nous annexe

A l'ivresse universelle !

Et je voudrais bien qu'en mourant

Sur l'appui de tes épaules

J'entende tout doucement le chant

Des cyprès liturgiques et des saules

Accueillants à ma tête !

 

(Paru dans le recueil "Poésie")

 

 

 

 Doëtte Angliviel


Les gages

 

Lucinde aux yeux de fleurs, Armelle au col de cygne,

Qui fautèrent à pigeon-vole,

S'apprêtent à se rendre au devoir que désigne

Un destin qui paraît frivole.

 

Le bel enfant qui signe un éphébat gracile

Paraît sur la terrasse rose,

Et tend d'un geste adorablement malhabile

Sa joue au goût sucré de rose.

 

Lucinde y met sa bouche en coeur de vierge sage,

Et puis, cache sous son ombrelle,

D'un réflexe dicté par un décent usage,

Une rougeur de jouvencelle.

 

Mais le dieu qui sourit sur la pelouse verte

Parmi les sauges de l'automne,

D'Armelle ose guider les lèvres inexpertes

Vers un nouveau baiser dont son émoi s'étonne.

 

(Dans "Jeux aux jardins, 1927)

 

 

Berthe de Nyse

 Litanies de la chair


Je t'aime, ô mon amant
Ma chair émue garde le souvenir de ton baiser
Baiser doux et subtil, tendre et profond
J'ai la hantise de ta chair pénétrant ma chair
 

Tu m'as fait tienne
J'ai nié le pouvoir de la chair
Blasphème !...
Ô chair, divine chair
Sois bénie
Je me sens lasse
Délicieusement lasse
Je niais la volupté,
Ô crime, je t'avais reniée, ô volupté !
Je te célèbre aujourd'hui sur le mode majeur et sur le mode mineur
Ce soir je renais à l'amour
Vibration divine
Je me sens lasse, infiniment lasse
De la bonne fatigue,
De la fatigue sacrée
J'ai reçu le baiser de la communion
Et bu l'eau du baptême
Je suis ivre d'amour
Ton baiser savant et répété
A fait sourdre des profondeurs de mon être
Où il croyait pour toujours sommeiller,
Le Désir ancestral des faunesses,
Ah ! verse-moi, verse-moi l'ivresse
Prends-moi, prends-moi toute en ta caresse
 

De nos corps confondus s'élève une odeur de folie
Tes baisers ont fait chanter toutes les cordes
De mon corps tendues comme une harpe
Et je m'ouvre en un suprême appel
Pour recevoir l'offrande de ton amour.

 

Dans "Les Litanies de la chair" (1922)

 

 



Henriette Charasson

 

Permets-moi de dire tout bas

 

D'autres femmes chantent leur amant,

 

- Permets-moi de dire tout bas comme il est doux de bien s'aimer sous un manteau de cheminée, près du foyer à calme flamme.

 

D'autres femmes crient un peu trop fort,

 - Permets-moi de dire tout bas qu'on est heureux même lorsqu'on murmure.

 

D'autres femmes, sur le pas de leur porte, clament que nous seules savons aimer,

 - Permets-moi de dire tout bas qu'on est heureux à deux, confiants, sans frénésie, et sans ouvrir la porte toute grande.

 (Dans "La Revue hebdomadaire, septembre 1925)

 



Ida Faubert

 

Mon amour, attendez

 

Lorsque vous oublierez que vous m'avez tenue

Captive entre vos mains, comme une chose à vous,

Lorsque vous serez las de mon amour très doux,

Pour le dire, attendez que la nuit soit venue.

 

Vous ne pourrez pas voir mon visage défait,

Ni mes yeux désolés, ni ma bouche tremblante,

Car l'ombre voilera ma douleur accablante :

Attendez que le soir soit venu tout à fait.

 

Attendez que le vent fasse gémir les arbres,

Et pleurer dans leurs nids tous les oiseaux des bois,

Et vous n'entendrez pas les sanglots de ma voix,

Ni le cri de mon coeur plus glacé que les marbres.

 

Attendez que l'orage ait assombri les cieux,

Et qu'il pleuve très fort, près de nous, sur la route,

Et dans la nuit, vous confondrez sans doute,

Avec les pleurs du ciel, les larmes de mes yeux.

 

Un jour vous oublierez que vous m'avez tenue

Captive entre vos mains, comme une chose à vous,

Alors pour me le dire, ayez des mots très doux;

Attendez, mon amour, que la nuit soit venue.

 

(Dans l'Anthologie de Poésie haïtienne, de Louis Moreau, 1925)

 

 

 

 Marguerite Gillot

 

Veillée

 

Parmi tant d'heures différentes,

Si d'aucunes tu te souviens

Que ce ne soit de ces dolentes

Et lentes heures où Tou n'est Rien.

 

Mais garde bien dans ta pensée

Celles qui furent pleines d'instants,

Et que notre amour a bercées

Sur le hamac des coeurs contents.

 

Claires parmi tant d'autres heures,

Versées à l'oubli des demains,

Ne te souviens que des meilleures

Et comme en songe il en revient.

 

Mais que dis-je ?... Sais-tu que ces heures si belles

Ont emporté ma vie et ma joie avec elles ?

Vais-je te rappeler chaque jour bienheureux

Quand mon coeur les confond, les mêle tous entre eux,

Lorsqu'il ne connaît plus, tant il aima ces jours,

Comment les partageaient la tendresse et l'amour ?

 

(Dans Le Mercure de France du 1er décembre 1910)

 

 

 Nicolette Hennique

 

Jalousie

 

Quand nous sommes l'in près de l'autre,

Dans la chambre paisible, moi,

Douce ainsi qu'il faut l'être, et toi

Qu m'apprit tout comme un apôtre ;

 

Quand notre amour est le plus beau,

Lorsque, riant, tu me vois rire,

Contre mon coeur qu'elle déchire,

La révolte sort d'un tombeau.

 

La lampe, dont le jour livide

Semble étroit pour mieux rapprocher,

N'a pas le calme d'arracher

Le trouble infus en ma chair vide ;

 

Et la nuit ne m'apparaît point

Avec ses grandes bontés sombres,

Mais telle qu'un lieu de décombres

Sous lesquels de la haine point.

 

C'est que ton passé plein de fêtes

Brûle pour moi comme un affront,

Que la muraille de ton front

Mure trop d'heures satisfaites.

 

Tu ne m'as pas connu enfant,

Mais tu peux lire ma jeunesse :

Elle est bien écrite en sagesse

Sur mon visage triomphant.

 

Pareille à l'eau de la fontaine

Où les femmes puisent, le soir,

Limpide même dans le noir,

Mon âme n'est jamais lointaine.

 

Elle s'appuie à ton désir,

Te recherche, quoique contrainte,

Et ne profère nulle plaine,

A voix haute, sans déplaisir.

 

Jadis, avant que tu n'arrives,

Seule, ma mère m'embrassait,

Et ma pureté ne berçait

Que des allégresses naïves.

 

Tandis que, malgré nos amours,

Ma soif de repos, si j'écoute

L'écho de tes pas sur la route

Où tu vaguais, vagues toujours,

 

C'est un bruit de mots et de jupes

Que j'entends marcher avec toi,

C'est pire, c'est je ne sais quoi...

Tu l'évoques, tu t'en occupes !

 

Oh ! le désespoir fasciné,

L'horreur qui de mes yeux s'épanche,

D'avoir conduit ma robe blanche

Où tant de robes ont traîné.

 

(Du vent sur la plaine, 1909)

 

 



Sybil O'Santry ou Sybil O'Carrey

 

La guirlande

 

Entre les doigts de nos mains jointes

Un lys a fleuri sa blancheur,

Nous l'avons respiré, ma soeur,

Lorsque les lampes furent éteintes ;

 

Mais la clarté de tes prunelles

Et tes cheveux en incendie

Eclairaient la chambre assombrie.

 

A l'ombre de nos lèvres jointes

Un oeillet s'est épanoui,

Et tous deux nous avons cueilli

La rose éclose en nos étreintes...

 

La nuit tiède est tombée sur nous

Et, la tête sur tes genoux,

Je tresse nos fleurs en guirlande.

 

(signé Sybil O'Carrey, et publié dans le Mercure de France de Juillet 1901)

 

 



Catherine Pozzi

 

Ave


Très haut amour, s'il se peut que je meure
Sans avoir su d'où je vous possédais,
En quel soleil était votre demeure
En quel passé votre temps, en quelle heure
     Je vous aimais,

Très haut amour qui passez la mémoire,
Feu sans foyer dont j'ai fait tout mon jour,
En quel destin vous traciez mon histoire,
En quel sommeil se voyait votre gloire,
     O mon séjour...

Quand je serai pour moi-même perdue
Et divisée à l'abîme infini,
Infiniment, quand je serai rompue,
Quand le présent dont je suis revêtue
     Aura trahi,

Par l'univers en mille corps brisée,
De mille instants non rassemblés encor,
De cendre aux cieux jusqu'au néant vannée,
Vous referez pour une étrange année
     Un seul trésor

Vous referez mon nom et mon image
De mille corps emportés par le jour,
Vive unité sans nom et sans visage,
Cœur de l'esprit, ô centre du mirage
     Très haut amour.

 

(Très haut Amour,

 

 

Jeanne Sandelion

 


Pâle fruit...

 

Pâle fruit d'un verger qu'épuise l'abondance,

tu m'offris ? Amitié, ta pulpe douce et fade

mais sur le grenadier, j'ai cueilli la grenade,

toute sang, chair et miel, et l'ai bue en silence.

 

Amour, robuste Amour, grappe de violence,

source qui jaillissez d'un jet pur, vos saccades

de cristal étouffant la plaintive roulade

d'une qui, frêlement, s'égoutte et ne s'élance,

 

vin ruisselant du roc et des pressoirs sauvages

et qui nous versez l'aube ou troublez la raison,

divin Amour, bouquet de sucs et de breuvages,

 

ne verrai-je jamais vos coupes sur ma table

et votre eau vive, au coeur secret de ma maison,

m'encenser en secret de perles délectables. 

 

(Anthologie Marcel Béalu)

 

 



Cécile Sauvage

 

(Dans sa robe à fleurs...)

 

Dans sa robe à fleurs une aimée,

Dans son habit grave l'amant

Paraissent nus tant leur pensée

Sereine sur le vêtement

Flotte, tant l'habit sombre épouse

Le fin ramage de la blouse.

Ils sont nus ; leurs habits sont faits

D'un fluide suave et secret

Qui les porte sur les clochettes,

Légers dans la brise muette.

 

(Le Vallon, 1913)

 

 



X

(Et tu pleures...)

 

Et tu pleures avec moi, Mélanthis au pied double,

Le sort joyeux de nos mères, ô Mélanthis!

 

Hélas sur nous, qui n'avons point connu les gais cortèges,

Bacchus avec Silène et tous les grands satyres!

 

Nous contenterons-nous avec les boucs? Mais rien

N'habite plus, qui soit divin, le mari de la chèvre,

 

Et les cornus regagnent le soir leurs étables.

En vérité, la paresse des hommes a regagné les bêtes,

 

Et ton sang et le vin, ô Bacchus l'ont séché

En la grappe et dans les artères de la vie.

 

Alors Mélanthis, toutes deux filles de la même mère

Et habitées d'une même mélancolie,

 

Ivres du regret nous irons ensemble au long des montagnes

Faire entre les troncs des vieux arbres

 

Errer les dernières Faunesses...

Parfois, à l'heure de midi, trop douloureuses

 

D'appels inécoutés à l'Eros inconnu,

Nous recréerons l'une après l'une

 

Et l'une pour l'autre

Tous les jeux préférés de Silène et des Faunes.

 

 



Baronne de Baye

 

 

Silence

Nous nous taisions : c'était l'heure troublante et chaude 
Où le soleil frémit sur les rideaux croisés, 
L'heure lourde où l'amour, dans l'air assoupi, rôde... 
Une rose effeuillait ses parfums apaisés. 

Vous ne me disiez rien de vos tristes pensées, 
Je ne vous disais rien de mes amers chagrins, 
Mais le temps s'écoulait entre nos mains pressées, 
Comme un collier de deuil dont on compte les grains.

Nous nous taisions, penchés sur le silence tendre ; 
Une caresse errait en cette obscurité, 
Et je sentais mon âme éperdument se tendre 
Vers votre âme tremblante, éprise de clarté ! 

L'arôme de la fleur passait, tel un sourire ; 
La chambre s'emplissait d'espoir et de regret : 
Nous pensions les mots doux que nous n'osions pas dire 
Nous nous taisions, gardant chacun notre secret... 

silence ! c'était l'heure troublante et chaude 
Où le soleil frémit sur les rideaux croisés, 
L'heure lourde où l'amour, dans l'air assoupi, rôde... 
Une rose effeuillait ses parfums apaisés. 

 

L'âme brûlante (1905)

 

 

 Marguerite Burnat-Provins

1872-1852

 

Je t'aime (extrait)

 


III 


   Cette nuit tu as pris ma tête entre tes doigts impérieux et tu disais, les dents serrées : Ne bouge pas. 
   Et je me suis abandonnée, le front cerclé par la couronne ardente qui se rétrécissait. 
   Pourquoi n'as-tu pas enfoncé les ongles plus avant? Je n'aurais pas bougé et la douleur, venue de toi, serait entrée délicieusement dans ma chair. 
   Ton désir jeune et délirant peut rompre mes muscles, courber mes os, me faire râler d'angoisse, je suis ta chose, Sylvius, ne laisse rien de moi, puisque ma volonté 
s'en est allée à la dérive, dans l'eau attirante de tes yeux. 
   Et cette nuit, passive et nue, n'étais-je pas une reine sous la couronne vivante de tes doigts refermés. 

IV 

   Pendant cette minute inoubliable où nous nous sommes aimés plus loin que la terre, plus haut que le ciel, dans un monde resplendissant j'ai connu toutes les amours. 
   Un feu surnaturel les a fondues dans mon cœur, comme en un creuset dévorant. 
   J'ai été la mère, la sœur, l'amante; j'ai été ta chair, ton sang, ta pensée, ton âme emportée vers l'au delà, vaste et illuminé.
   Ton front s'appuyait au mien ; qu' est-il venu de ta vie vers ma vie dans cet éclair de radieuse pureté? 
   Dis-moi Sylvius, quel dieu puissant nous a prêté alors un moment de sa divinité. 

 

Cantique d'été (1910)

 

 

 

Jane Catulle-Mendès

1867-1955

 

Le Livre de Cynthia 

I

 

Sur la couche meurtrie où ton beau corps se dresse

Et se penche, crispé du mal d'interroger,

Ne cherche pas, après l'infini passager,

Quelles causes ont fait que je suis ta maîtresse.

 

N'as-tu pas eu ma voix, mon charme et ma caresse,

Ma volupté prodigue et mon rire léger,

L'aveu que rien n'efface ou ne saurait changer

Et qui marque en le temps notre heure enchanteresse?

 

Cher rêve grand et pur devenu mon amant,

Eteins ce dur regard. Aimons-nous sans nous plaindre.

Même lorsque deux coeurs n'ont qu'un seul battement

 

Est-on coupable si l'on ne peut pas s'atteindre,

O mon amour. Tais-toi. Sois mon frère en douceur

Et repose ton front contre mon bras berceur.

 

Le Livre de Cynthia (1912)

 

 



Violette Rieder-Chabrier

(?-?, recueils entre 1905 et 1960)

 

Amante

 

Le ciel brûle la terre, une antique lumière

Baise la chair heureuse et les fruits innocents,

Et la paix fleurissant au plus rouge du sang

Flambe, comme en l'azur une rose trémière.

 

Ah ! c'est toujours le feu, toujours l'aube première

Dont s'enivrait jadis ton coeur adolescent.

Rappelle-toi ces fleurs, ces flammes, cet encens,

Et ce désir jailli de l'humaine poussière.

 

Candeur des lys, des mousselines et des cierges,

Brûlure de l'hostie à des lèvres de vierges,

Ors ruisselants au seuil des édens interdits,

 

Et ce frémissement de tout l'être en attente,

O signe annonciateur de cette heure éclatante

Où les corps embrasés trouvent leur paradis.

 

(Le Mercure de France, 1er mai 1933)

 

 



Emilienne d'Alençon

1869-1946

 

Courtisane

 

 

Mes bras se sont ouverts et se sont refermés,

J'ai bu tous les poisons aux coupes exaltantes,

Et si c'est un péché d'avoir beaucoup aimé,

Je veux le premier rang parmi les pénitentes!

 

Les plaisirs de la chair, se sont sur moi, posés,

La lèvre m'a meurtrie et la dent m'a blessée,

Je porte avec orgueil la trace des baisers,

Je n'ai rien désiré que d'être caressée.

 

Je ne regrette pas les beaux soirs innocents,

La calme pureté des coeurs de jeunes filles,

Moi qui ne peux calmer la fièvre de mon sang,

Ni l'éclair de mes yeux, quand la volupté brille.

 

De l'amour prodigué le long des jours passés,

Des baisers pénétrants, sur les lèvres que j'aime,

De ces morceaux de fleurs, entre mes doigts froissés,

J'ai fait un pur collier de perles et de gemmes.

 

Je porte fièrement ce mystique joyau,

Dont l'éternel éclat me brûle jusqu'à l'âme:

Moi; que l'amour aura marquée à mon berceau,

J'entraîne vers sa loi, le cortège des femmes.

 

(Sous le masque, 1918)

 

 



Marie Dauguet

1860-1942

 


Ode à l'amant

Tu es la vigueur du soleil
Et ta sève embaume.
Elle est un ruisseau de mai sous l'aubépine,
Plus douce que la fleur du sureau.
Tu te dresses et tu es la force de la forêt!

Tes reins blessent mes mains nouées,
Tu es rude comme un chêne.
Je t'ai baisé comme un rouge-gorge dans ma main,
J'aime la tiédeur de ton corps dans ma main.

Je me rassasie de ton odeur sauvage;
Tu sens les bois et les marécages
Tu es beau comme un loup,
Tu jaillis comme un hêtre
Dont l'énergie gonfle l'écorce.
... Le nœud de tes épaules est dur sous les mains;
L'axe du monde est dans ta chair.
... Mais je louerai ton cri sauvage,
Mais je louerai ton corps qui embaume,
C'est un bois sauvage aux rudes fleurs.
Je louerai ta brutalité,
Le sanglot rauque de ta chair;

Je louerai ta sève immense
Où l'univers est en puissance.
Je louerai tes poings et comment ils se dénouent
Tout à coup quand tu retombes
Au creux d'une épaule,
Plus doux qu'un petit enfant
Et plus innocent qu'un ange.

(Extrait de Ce n'est rien, c'est la vie -  Ed. Chiberre, 1926)

 

 

 

Lucie - Delarue  Mardrus

1874-1945



La figure de proue

La figure de proue allongée à l'étrave. 
Vers les quatre infinis, le visage en avant 
S'élance, et, magnifique, enorgueilli de vent, 
La bateau tout entier la suit comme un esclave. 

Ses yeux ont la couleur du large doux-amer, 
Mille relents salins ont gonflé ses narines, 
Sa poitrine a humé mille brises marines, 
Et sa bouche entr'ouverte a bu toute la mer. 

Lors de son premier choc contre la vague ronde 
Quand, neuve, elle quitta le premier de ses ports 
Elle mit, pour voler, toutes voiles dehors. 
Et ses jeunes marins criaient : « Au nord du monde ! » 

Ce jour la mariait, vierge, avec l'Inconnu, 
Le hasard, désormais, la guette à chaque rive, 
Car, sur la proue aiguë où son destin la rive, 
Qui sait quels océans laveront son front nu ? 

Elle naviguera dans l'oubli des tempêtes 
Sur l'argent des minuits et sur l'or des midis. 
Et ses yeux pleureront les haures arrondis. 
Quand les lames l'attaqueront comme des bêtes. 

Elle saura tous les aspects, tous les climats, 
La chaleur et le froid, l'équateur et les pôles; 
Elle rapportera sur ses frêles épaules 
Le monde, et tous les ciels aux pointes de ses mâts.

Et toujours, face au large où neigent des mouettes, 
Dans la sécurité comme dans le péril ; 
Seule, elle mènera son vaisseau vers l'exil 
Où s'en vont à jamais les désirs des poètes; 

Seule, elle affrontera les assauts furibonds 
De l'ennemie énigmatique et ses grands calmes; 
Seule, à son front, elle ceindra, telles des palmes, 
Les souvenirs de tant de sommeils et de bonds. 

Et quand, ayant blessé les flots de son sillage. 
Le chef coiffé de goémons, sauvagement, 
Elle s'en reviendra comme vers un aimant 
A son port, le col ceint des perles du voyage,

Parmi toutes les mers qui baignent les pays, 
Le mirage profond de sa face effarée 
Aura divinement repeuplé la marée 
D'une ultime sirène aux regards inouïs. 

***

... J'ai voulu le destin des figures de proue 
Qui tôt quittent le port et qui reviennent tard. 
Je suis jalouse du retour et du départ 
Et des coraux mouillés dont leur gorge se noue. 

J'affronterai les mornes gris, les brûlants bleus 
De la mer figurée et de la mer réelle, 
Puisque, du fond du risque, on s'en revient plus belle, 
Rapportant un visage ardent et fabuleux. 
Je serai celle-là, de son vaisseau suivie. 
Qui lève haut un front des houles baptisé, 
Et dont le cœur, jusqu'à la mort inapaisé, 
Traverse bravement le voyage et la vie.

                                         La Figure de Proue.

 

 

 

Jean Dominique

1873-1952

 

Le don silencieux

(Mis en musique par Fauré)

 

Je mettrai mes deux mains sur ma bouche, pour taire

Ce que je voudrais tant vous dire, âme bien chère!

 

Je mettrai mes deux mains sur mes yeux, pour cacher

Ce que je voudrais tant que pourtant vous cherchiez.

 

Je mettrai mes deux mains sur mon coeur, chère vie,

Pour que vous ignoriez de quel coeur je vous prie!

 

Et puis je les mettrai doucement dans vos mains,

Ces deux mains-ci qui meurent d'un fatigant chagrin!...

 

Elles iront à vous pleines de leur faiblesse,

Tout silencieuses et même sans caresse.

 

Lasses d'avoir porté tout le poids d'un secret

Dont ma bouche et mes yeux et mon front parleraient.

 

Elles iront à vous, légères d'être vides,

Et lourdes d'être tristes, tristes d'être timides;

 

Malheureuses et douces et si découragées

Que peut-être, mon Dieu, vous les recueillerez!...

 

 



Yvonne Ferrand-Weyher

1873-1963

 

Combat singulier

 

Lorsqu'ils devaient se fuir, l'amour s'est abattu

Sur deux coeurs fiers qu'il met aux prises ;

Deux coeurs d'égal orgueil qui, devant la traîtrise,

Rassemblent leur dure vertu.

 

Chacun se dresse alors saisi d'uns ivre rage,

Et semble avoir pour mission,

Tout entier possédé d'un contraire démon,

De provoquer l'autre courage,

 

Hostiles jusqu'au bout, ces deux âpres vainqueurs

Serrent sans cesse la mesure.

Ils ne se lâchent pas qu'une rouge blessure

Ne soit ouverte en leurs deux coeurs?

 

Ils s'excitent ainsi, à des fiertés plus hautes

Et ne cèdent pas le combat ;

La victoire, demain, sera pour qui s'abat

Aujourd'hui même sous ses fautes.

 

Ces terribles lutteurs, ces étranges rivaux,

Que durement l'amour stimule,

Quand la nuit l'un à l'autre enfin les dissimule,

Ne refoulent plus leurs sanglots.

 

Mais l'oeil sec et brillant ils reprennent leurs armes

Au jour, et recroisent le fer ;

Pour saisir le défaut le regard est plus clair

Qui fut nettoyé par leurs larmes.

 

(Publié dans Le Divan, 1930)

 

 

 

Rosemonde Gérard

1866-1953

 

Il faut aimer

 

Il faut aimer le soir, l'aurore au talon rose,

Le manteau du mystère et le front du hasard,

Le sentier escarpé que monte un pied d'isard,

L'inaccessible fleur où la neige se pose.

 

Il faut aimer aussi le mur et le lézard,

Le banc familier et la plus simple chose;

Il faut aimer la brise, il faut aimer la rose,

Il faut aimer la rose et les vers de Ronsard.

 

Il faut aimer encor l'eau transparente et belle

Qui sur la berge vient aussitôt qu'on l'appelle,

Et l'arbre qui s'efface à la pointe des monts;

 

Il faut aimer le jour, le lendemain, la veille,

Le nid du rossignol, la ruche de l'abeille...

Il faut aimer surtout ceux-là que nous aimons!

 

 



Marie Krysinska

1864-1908

 

Les yeux d'amantes

     Comme des coupes de vin subtil,
     Comme des feux de lampes voilées,
Comme des étoiles au firmament d'avril
     Brillent les yeux énamourés.
                Aux noirs regards d'Espagne
                Passe un éclair de lame.
Passion qu'une colère jalouse enflamme.

     Pareilles aux sources étincelantes
     Sont les prunelles vertes des ardentes
                                               Amantes.

                           Les yeux bleus des blondes
Recèlent le charme fascinant de l'onde.
                           
                           De fines bagues d'or,
     Comme en des écrins de velours,
     Attendent aux yeux, vierges encor,
     Le regard promis à leur amour.

     Les triomphantes, les adorées,
     Portent sous leurs cils, qui rayonnent
     Des flambeaux et des couronnes

Les bonheurs reçus, les bonheurs donnés
Y laissent des brumes comme de rosée
                            Sur les fleurs posée.

     Dans l'eau limpide des yeux,
     Comme dans l'eau d'un lac heureux,
     Se mirent les ciels éblouis
                            Et les nuages
                            Lourds d'orages.

Mais une ombre funèbre volette,
Amantes veuves, sous vos paupières,
     Ils sont, vos yeux de tristesse,
     Comme d'éteintes lumières,
     Comme des tombes qu'on délaisse
     Où se fanent des violettes.

               Intermèdes, 1903

 

 

 



Marie Nizet

1859-1922

 

La bouche

Ni sa pensée, en vol vers moi par tant de lieues,
Ni le rayon qui court sur son front de lumière,
Ni sa beauté de jeune dieu qui la première 
Me tenta, ni ses yeux - ces deux caresses bleues ;

Ni son cou ni ses bras, ni rien de ce qu'on touche,
Ni rien de ce qu'on voit de lui ne vaut sa bouche
Où l'on meurt de plaisir et qui s'acharne à mordre,

Sa bouche de fraîcheur, de délices, de flamme,
Fleur de volupté, de luxure et de désordre,
Qui vous vide le coeur et vous boit jusqu'à l'âme...

 

Pour Axel de Missie, 1923

 

 



Jane Perdriel-Vaissière

1870-1951

 

Le baiser

 

Le vent qui court, lissant les lames déferlées,

Sur tes lèvres sécha leur haleine salée,

Et ton baiser, ce soir, a le goût de la mer ;

Il me plaît d'en garder l'âpre saveur intacte,

Car l'amour, dont il inscrivit l'image exacte,

Serait moins pénétrant s'il n'était point amer.

 

Ta bouche, en le scellant d'une empreinte brûlante,

Semble asservir plus fort celle qui le reçut,

Celle-là dont le coeur ne t'aura point déçu,

Qui garde, obstinément tenace et patiente,

L'ardent et douloureux bonheur qu'elle a choisi

Et librement t'a dit : "Je t'aime et me voici."

 

La complainte de celles qui ne seront pas épousées, 1908

 

 



Lydie de Ricard

1850-1878

 

Aubade

 


Mon amoureuse, éveillez-vous ! 
Venez aspirer, claire amie, 
Les alluchants parfums si doux 
Qui s'en vont par val et prairie ; 

Car voici né le mois d'amour. 
Le mois d'amour et d'allégresse I 

Déjà, le fauve archer du ciel 
Se dresse à la brumeuse arquière
De l'aube, et va d'un trait cruel 
Navrer l'étoile matinière ! 

Plus de frimas ! plus de grésils, 
De neige, — qu'au verger ! et d'ores 
Et déjà, buissons et courtils 
Se font verdelets et sonores. 

Car voici né le mois d'amour, 
Le mois d'amour et d'allégresse ! 

Plus de mandolents horizons : 
Le ciel d'or vibre d'alouettes ! 
Les prés ont de douillets gazons 
Et des corolles vermeillettes ; 

Comme becs d'oiselets naissants 
Les bourgeons brisent leurs coquilles 
Claires voix et vols bruissants 
Emeuvent les jeunes charmilles ! 

Mon amoureuse ! éveillez-vous ! 
Venez aspirer, claire amie, 
Ces alluchants parfums si doux 
Qui s'en vont par val et prairie ! 

Ne prenez souci d'afTaiter 
Ce gentil corps qui tant m'agrée ; 
Voit-on pas les lys nus fêter 
Chastement l'Aube diaprée ? 

Ni fin joyau! ni jaseran 
Tressé comme une chevelure ! 
Ni mantel ! ni soyeux bliant ! 
Les deux lys n'ont point de parure. 

Le voici né, le mois d'amour, 
Le mois d'amour et d'allégresse ! 

Rayons d'aurore atourneiont 
Vos grâces, des siennes jumelles, 
Et clairement les vêtiront : 
Vos joyaux seront fleurs d'amelles ; 

Et vous m'abèlirez tant mieux : 
Riche habit ne vaut ce qu'il cèle ; 
Bien plus qu'émail, est précieux 
L'éclat d'une pousse nouvelle I 

Mon amoureuse ! éveillez-vous ! 
Venez aspirer, claire amie, 
Les alluchants parfums si doux, 
Qui s'en vont par val et prairie : 

Le voici né, le mois d'amour, 
Le mois d'amour et d'allégresse ! 

 

Au bord du Lèze, 1891

 

 



Marie de Sormiou

1865-1956

 

L'Inconsumable

 

Flamme qui brûle au coeur tant qu'on vit, nuit et jour,

Sans jamais changer en de la cendre incolore

Un seul rouge tison ! un seul supplice! Amour

Qui ne consume rien du bûcher qu'il dévore!

 

 



Jane de la Vaudère

1857-1908

 

 

La couleur des baisers

Les mots ont leur couleur et les baisers aussi 
Les uns, du ton pâli des roses effeuillées, 
S'envolent tristement vers les cimes brouillées 
Où pleure le regret du souvenir transi.

D'autres, dernières fleurs, sur le chemin durci, 
Aux pétales de givre, aux corolles fouillées 
Dans des pleurs de cristal, sont aux âmes rouillées 
D'un blanc immaculé sous le ciel obscurci. 

Quelques-uns ont le ton discret des violettes; 
D'autres, presque effacés, doux et frêles squelettes, 
Me semblent un essaim de grands papillons gris. 

Le baiser noir du mal mord ainsi qu'une gouge, 
Mais le roi des baisers dont mon être est épris 
Est ton baiser de sang, ton ardent baiser rouge ! 
           
                                L'année des poètes,  et Évocation (1893)

 

 

 

Henriette Willette

1886-1976

 

Vers l'île d'or

 

Nous aurons une barque idéale, fleurie

De roses rouges qui saigneront sur la mer

De saphir, exhalant leur âme dans l'éther;

Et la mer brillera comme une pierrerie.

 

Nous irons mollement sur le flot calme et doux;

Notre esquif mené par de fougueux hippocampes;

Les étoiles là-haut, seront nos seules lampes,

Seuls les yeux de la nuit n'ont des regards jaloux.

 

Et nous aborderons à l'île de mystère,

A l'île d'or, où seul, règne en maître l'Amour.

Nous y aborderons sans songer au retour,

Ivres de ses parfums, ses fleurs et sa lumière.

 

(Les lys d'eau, 1922)

 

 



Louise Arbey

1ère moitié du XIXème

 

La novice

 

Oh! quel bonheur étrange,

Bien plus doux à mon coeur

Que le regard d'un ange

Ou le pain du Seigneur!

.................................

 

Fils du Dieu qui pardonne,

Toi qui lis en nos coeurs,

Regarde, à ma couronne,

Il manque bien des fleurs!

 

Je n'ai plus, ô mon maître,

Espérance ni foi,

Et tes traits seuls font naître

Une prière en moi!

 

Jamais mon coeur n'achève

Cette prière, hélas!

Et même dans mon rêve,

Ma voix ne la dit pas!

 

Car si je m'agenouille

A vos sacrés  genoux,

Mon regard qui vous souille

Voit un autre que vous!

 

Seigneur, pour me séduire,

Il a pris tous tes traits

Et ses yeux bleus font luire

Ton regard de paix.

 

Sa chevelure blonde,

Comme la tienne aussi,

De se flots d'or inonde

Un col qui penche ainsi.

 

Son front candide et lisse

Semble rêver le ciel;

On voit que du calice,

Il n'a bu que le miel!

 

Et c'est lui que j'implore

Quand je veux te prier,

Et c'est lui que j'adore

Quand je veux seul t'aimer!

 

Mon coeur, Dieu que j'offense!

Par cet amour humain

Trouve plus de constance

Que pour l'amour divin!

 

Rien ne peut le distraire

De son rêve charmant,

L'église solitaire

M'attire vainement.

 

Je m'assieds en silence,

Je baise les parvis,

Une image s'élance

A mes regards ravis!

 

Le soir, quand l'orgue chante

Ses doux et tristes chants,

Quand l'église vibrante

Se parfume d'encens:

 

Une indicible joie

Se répand dans mon coeur,

Autour de moi tournoie

Et la voûte et le choeur.

 

Des images frappantes

Frappent mes yeux charmés,

Les saints et les archanges

Se sont tous animés!

 

Ils tournent, et leur ronde

Me clament sans détour,

"Rien n'est si doux au monde

Que l'amour! que l'amour..."

 

"Donne vite, ô ma chère,

Pour un de ses souris,

Au vainqueur de la terre

Ta part de paradis!!"

 

Et mon âme interdite

A ces étranges voeux,

Comme déjà maudite,

Brûle de mille feux!

 

 

 

Par ta puissance efface

O Dieu de charité,

Celui qui tient ta place

Dans mon coeur révolté!

 

Quelle douleur étrange,

Plus amère à mon coeur

Que la chute d'un ange,

Ou la mort du Seigneur!

 

(Les Créoles, 1847)

 

 

 

 

 

Louise Bertin

1805-1877

 

L'amour

DOIGT 26.jpg

 

(Glanes, p. 304)

 

 



Julia Daudet

1844-1940

 

Femmes

 

Si celui qui t'aima, trahi par de plus belles,

Un jour doute de toi, c'est l'injuste retour ;

S'il s'en prend à ton coeur de leurs voeux infidèles,

S'il s'en prend à tes yeux tout éclairés d'amour

 

Et s'il les fait pleurer, laisse couler tes larmes,

Même tout en souffrant, car elles laveront

Au fond du souvenir les anciennes alarmes

Et l'ombre qu'il voyait aux pâleurs de ton front.

 

Dans la chaîne des temps, depuis la chute d'Eve,

Toute rose en l'Eden que dorait le matin,

La femme a supporté sans pitié ni trêve

Tous les ressentiments de son premier destin ;

 

Victime de la faute, elle en eut l'esclavage,

Garda l'enlacement du mensonge en ses bras.

Lianes et buissons dans le jardin sauvage

On limité toujours sa raison et ses pas !

 

De la mère à la fille, et des unes aux autres,

Transmettons le fardeau, l'hommage et la douleur,

Et femmes, faisons-nous, pour les femmes, apôtres

Et mesurons leur vie aux peines de leur coeur ;

 

Puisque le même crime a rendu solidaires

Marthe qui vit le Christ, Psyché qu'Eros aima,

Celles qui n'ont aux doigts que les grains de rosaires

Ou les brillants anneaux que l'amour enflamma ;

 

Les recluses en Dieu, saintes désenchantées

Glissant au petit jour en l'ombre des arceaux ;

Les mères s'endormant au rebord des berceaux,

Les folles que leur lampe éteinte a déroutées !

 

Au bord des terrasses (1906)

 

 



 Zoé Fleurentin

1815-1863

 

Les trois couronnes

 

Mary, la blonde enfant, la languissante étoile,

Près du ruisseau d'azur, rêve et choisit des fleurs ;

Lorsqu'elle en a cueilli plein sa robe de toile,

Elle revient s'asseoir à côté de ses soeurs.

 

Et là, rêveuse encore, elle fait trois guirlandes,

De doux myosotis au symbole charmant,

De chèvrefeuille aimé par les chèvres friandes,

De frêles boutons d'or penchés nonchalamment.

 

A sa chère compagnes elle offre la première,

La seconde est pour elle et décore son front ;

Mais sur le bleu ruisseau déposant la dernière,

Elle sait que plus loin les flots l'emporteront.

 

Puis, se penchant alors sur le tiède rivage :

"O couronne d'amour, toi qui soutiens mon coeur,

Vole sans t'arrêter, avec le flot qui nagz,

Jusqu'à la maison verte, où sourit le bonheur !

 

Et là, te reposant sur la berge du fleuve,

Oh ! dis bien doucement à la mère d'Arthur

Qu'à son fils, pour épouse, il faut, non un veuve,

Mais une jeune fille au regard tendre et pur !"

 

Poésies élégiaques (1861) 

 



Aline de M. 

dates inconnues

 

 

Elégie III

 

Il n'est pas bon, quand on porte un coeur tendre,

Quand tous les feux qu'on respire à vingt ans

Dans un oeil noir se font assez comprendre,

Il n'est pas bon de demeurer aux champs.

Là tout jouit, tout aime, tout soupire:

C'est pour l'amour que chantent les oiseaux,

C'est de l'amour  que souffle ce zéphyre,

Et c'est l'amour qui créa ces berceaux!

Je ne sais, mais alors, au trouble qui m'oppresse,

Aux pleurs de volupté que répandent mes yeux,

Je pressens trop d'aimer la redoutable ivresse,

Je pressens un bonheur qui n'appartient qu'aux cieux!

Amour, amour, garde-toi de paraître,

Laisse mon coeur te rêver à loisir;

Et de ce coeur quand tu te rendras maître,

Ne choisis pas pour guide le plaisir!

 

Poésies diverses, 1828

 

 

 

 Marie Pape-Carpantier

1815-1878

 

A une jeune femme

 

Quoi ! jamais sur tes jours d’astre qui les éclaire ! 

Quoi ! toujours dans ton cœur la fatigue et l’ennui !… 

Jamais, jamais d’enfant qui t’appelle sa mère !… 

Et savoir qu’il faudra demain, la vie entière, 

Souffrir comme aujourd’hui !… 

 

Ne pleure pas ; tes pleurs éveilleraient le blâme : 

Le monde ?…ah ! comprend-il tous les maux qu’il nous fait ? 

Cache-lui, cache à tous les douleurs de ton âme ; 

Chante et ris, si tu peux, mais surtout, pauvre femme, 

Garde bien ton secret ! 

 

Car si, leur découvrant le trait quoi te déchire, 

Tu leur disais : << Eh bien ! ce mal que je ressens, 

C’est le besoin d’amour, d’ineffable délire !… >> 

Ils se diraient entre eux avec un froid sourire : 

<< Elle a lu des romans…>> 

 

Honte et mépris sur vous, blasphémateurs impies 

Du culte grand et saint qu’on professe à genoux ! 

Par l’égoïsme ardent vos âmes sont flétries ; 

Vous reniez l’amour, les nobles sympathies… 

Honte à jamais sur vous ! 

 

Enghien, 183… 

Préludes, 1841 

 

 

 

Lucie Pigache

1805-1887

 

 Je ne suis pas belle

 

A Eveline

 

Regarde cette rose éblouissante et belle,

Que le zéphyr, charmé de sa fraîcheur nouvelle,

Caresse avec amour.

Pour plaire, pour aimer, elle est épanouie;

Ah! je voudrais changer mon destin pour sa vie

Et sa beauté d'un jour.

 

Quoi! tu veux la cueillir pour former ma parure!

Non laisse-la briller sous son dais de verdure,

Tes soins sont superflu;

Tu ne me verras plus, aux fêtes bocagères,

Mêler mes pas joyeux aux danses des bergères;

Tu ne m'y verras plus.

 

Mais toi, pare ton front. Nommant sa bien-aimée,

Bientôt l'heureux amant dont ton âme est charmée,

Viendra pour te chercher.

Tous deux vous marcherez dans une pure ivresse;

Moi, je n'ai point ces traits qui donnent la tendresse,

Et je veux me cacher.

 

Je l'ignorai longtemps ce mystère pénible;

Sans y songer jamais, mon coeur était paisible;

Mais un jour je l'appris.

J'entendis mon arrêt de celui que j'adore:

L'heure, ses traits, sa voix, hélas! tout est encore

Présent à mes esprits.

 

"Oui, dit-il, la beauté seule obtient mon hommage."

Je l'écoutais; soudain un funeste présage

M'annonça les douleurs.

Je courus vers le fleuve, inquiète et tremblante;

J'y contemplai longtemps mon image flottante,

Et je versai des pleurs.

 

Depuis ce jour fatal je ne sais plus sourire;

D'un mal mystérieux, d'un funeste délire

Mon coeur est consumé.

Je sais trop qu'il n'est pas de fin à ma souffrance;

De lui plaire jamais je n'ai plus l'espérance

Et je l'ai tant aimé!

 

Adieu! j'entends au loin les doux bruits de la fête;

Vole, vole à ces jeux que le plaisir t'apprête:

Bientôt tu l'y verras.

Ah! s'il te demandait ta compagne fidèle,

Tu lui dirais.... mais, non, non, je ne suis pas belle,

Il n'y songera pas.

 

Mars 1824

 

Poésies, 1847

 

 

 

 

 Adine Riom

1818-1899

 


Présence aimée 

Oui, quand vous êtes là... tout me semble adorable 
Tout est beau, tout est grand, tout est délicieux, 
Ravissant !... Je respire un charme inexprimable 
Et je sens tout mon être éclairé par vos yeux !... 
Puis, je baisse les miens, craignant que ma paupière, 
En laissant échapper les rayons do mon coeur. 
Profane cet amour !.., Je tremble, heureuse et fière... 
J'ai peur qu'autour de nous on vole mon bonheur ! 
...................................................................


J'entends battre mon sein... Il bondit, je m'enivre ; 
La vie afflue en moi comme dans le réveil ! 
Oh ! qu'il est doux d'aimer! Oh! qu'il est doux de vivre ! 
Quand le coeur brûle ainsi ! Ne pourrais-tu, soleil, 

Donner plus de rayons ? Oh ! ne pourriez- vous, roses, 
Livrer tous vos parfums plus suaves, plus doux ? 
Et moi-même, ne puis-je animer toutes choses. 
Et créer pour lui seul un ciel autour de nous ? 

Il m'aime, Dieu puissant! N'appelle pas mon âme ! 
Comment veux-tu qu'on meure en ce rêve d'amour ? 
Non, si tu m'appelais, ma faible voix de femme 
Dirait : c'est impossible ! attends la fin du jour ! 

Seigneur., de l'inconnu vous soulevez les voiles 
Quand vous voulez encore être plus adoré. 
Et les regards de feu de toutes vos étoiles 
Se fixent aussitôt sur votre front sacré... 

Pour vous aimer toujours, n'avez-vous pas des anges ? 
Des astres qui peut-être avant nos cieux ont lui ? 
Des purs esprits créés les divines phalanges ? 
Vous avez tout. Seigneur, laissez-moi donc à lui ! ! ! 

 

 



Louisa Siefert

1845-1877

 

Pourquoi?

 

Pour la première fois, quittant votre air morose, 
Vous m'avez, hier soir, donné le bras. Tandis 
Que j'allais près de vous ainsi, comme jadis, 
J'ai senti contre moi palpiter quelque chose.

 

Mon visage soudain est devenu tout rose ; 
Vous m'avez demandé ce que j'avais, je dis 
N'importe quoi… : Mon Dieu ! c'était mon paradis, 
Dont la porte s'ouvrait quand je la croyais close.

 

J'écoutais, j'écoutais (hélas ! le saviez-vous ?) 
Votre cœur, sous ma main, qui battait à grands coups, 
Et je vous regardais, disant : Il ressuscite !

 

Mais l'effroi s'abattit alors sur moi, plus vite 
Qu'une pierre qui tombe en un lac… Oh ! pourquoi 
Ton cœur bat-il si fort s'il ne bat pas pour moi ?

 

26 Juin 18…  Rayons perdus

 

 

 

 

 

 Daniel Stern (Marie d'Agoult)

1805-1876

 

  L'Adieu

 

Non, tu n'entendras pas, de sa lèvre trop fière,

Dans l'adieu déchirant un reproche, un regret.

Nul trouble, nul remords pour ton âme légère

En cet adieu muet.

 

Tu croiras qu'elle aussi, d'un vain bruit enivrée,

Et des larmes d'hier oublieuse demain,

Ella a d'un ris moqueur rompu la foi jurée

Et passé son chemin.

 

Et tu ne sauras pas qu'implacable et fidèle,

Pour un sombre voyage elle part sans retour;

Et qu'en fuyant l'amant dans la nuit éternelle

Elle emporte l'amour.

 

 

 

 

Adèle Toussaint-Samson

1826-1911

 

La jeune morte

A Mlle Agar

 

Ces vers ont été faits sur une jeune fille qui s'était suicidée pour cacher sa faute, qu'on repêcha morte, et dont le nom parut dans le journal le lendemain.

 

Pauvre enfant! morte ici pour le crime d'un autre,

Tu pensais dans la mort cacher ton déshonneur;

Tu demandais l'oubli; mais tout scandale est nôtre;

Le monde vient fouiller et ta vie et ton coeur.

 

Pauvre enfant! ton seul crime ici-bas fut de croire,

De répondre à l'amour par l'amour; d'ignorer

Que c'était pour la femme une suprême gloire

Que de fermer son coeur et de ne rien aimer!

 

Peut-être, à tes genoux, il t'avait, tout en larmes,

Répété qu'il mourrait de ta longue rigueur;

Et tu crus, sous le poids de mortelles alarmes,

Trop peu payer sa vie au prix de ton honneur!

 

On ne t'avait pas dit que l'homme n'est sur terre

Que pour tromper la femme et rire de ses pleurs;

Que, lorsque, palpitante, il la tient sous sa serre,

Triomphant il sourit, l'étreint, et lui dit: meurs!

 

"Meurs! le monde le veut. Il t'a, dans sa justice,

D'un stigmate marquée un jour au front;

De mon crime c'est toi qu'il veut que l'on punisse:

Meurs! si tu ne veux pas te courber sous l'affront!

 

Sur ton visage, enfant, lorsque la rougeur monte,

J'ai le droit d'être fier et de m'enorgueillir.

Le monde m'applaudit; et ma gloire est ta honte:

Aimer pour moi, c'est vaincre; et pour toi, c'est mourir!"

 

On ne t'avait pas dit tout cela, pauvre fille!

Mais lorsque ton enfant tressaillit en ton sein,

Tu vis surgir debout l'honneur et la famille;

Tu compris tout alors, car tu pâlis soudain;

 

Et, bientôt, t'élançant dans l'abîme au flot sombre,

Tu crus engloutir là le secret de ton coeur;

Mais le monde était là qui te guettait dans l'ombre;

C'était peu que ta vie, il voulait ton honneur!

 

(1863)

 

 



Nina de Villard

1843-1884

 

Deux sonnets

 

 


 

 

ISEULT

O timide héros oublieux de mon rang,

Vous n'avez pas daigné saluer votre dame !

Vos yeux bleus sont restés attachés sur la rame.

Osez voir sur mon front la fureur d'un beau sang.

 

TRISTAN

J'observe le pilote assoupi sur son banc,

Afin que le navire où vient neiger la lame

Nous conduise tout droit devant l'épithalame.

Je suis le blanc gardien de votre honneur tout blanc.

 

ISEULT

 Qu'éclate sans pitié ma tendresse étouffée !

Buvez, Tristan. Je suis la fille d'une fée ;

Ce breuvage innocent ne contient que la mort.

 

TRISTAN

Je bois, faisant pour vous ce dont je suis capable.

O charme, enchantement, joie, ivresse, remord !

Je renferme l'amour, ce breuvage coupable.

 

 

 

 

 LA JALOUSIE DU JEUNE DIEU

 

Un savant visitait l'Egypte ; ayant osé

Pénétrer dans l'horreur des chambres violettes,

Où les vieux rois Thébains, en de saintes toilettes,

Se couchaient sous le roc, profondément creusé,

 

Il vit un pied de femme, et le trouva brisé

Par des Bédouins voleurs de riches amulettes.

Le baume avait saigné le long des bandelettes,

Le henné ravivait les doigts d'un ton rosé.

 

Car le pied conservait dans ses nuits infernales

Le charme doux et froid des choses virginales :

L'amour d'un jeune dieu l'avait pris enfantin.

 

Ayant baisé ce pied posé dans l'autre monde,

Le savant fut saisi d'une terreur profonde

Et mourut furieux, le lendemain matin.

 

 

 Feuillets parisiens, 1885

 

 

 

 

 

Judith Walter

1845-1917

 

La pivoine

 

Elle riait, collant son front lisse au treillage,

De voir trembler dans l'or aux sept toits de métal

Et de compter sur l'eau les perles d'un sillage.

 

Près d'une porcelaine où seule et sans feuillage,

Une pivoine rêve à son jardin natal,

Elle faisait chanter la flûte de santal,

Ou peignait d'oiseaux fins le dos d'un coquillage.

 

Pourquoi, oubliant les soirs de cuivre roux,

Les jonques et le son du santal à huit trous,

Mordille-t-elle un ongle étroit, teint d'antimoine?

 

C'est qu'elle a vu passer, doux en la regardant,

Un poète. Son front n'a plus qu'un rêve ardent,

Comme une porcelaine où trempe une pivoine.

 

      Poésies, 1911 

 

 

 Marceline Desbordes-Valmore

1786-1859

 

Le réveil créole

N'a plus pouvoir dormir tout prêt toi dans cabane,
Sentir l'air parfumé courir sur bouche à toi,
Gagner plaisir qui doux passé mangé banane,
Parfum là semblé feu qui brûler coeur à moi,
               Moi vlé z'éveiller toi.

Baï moi baiser si doux, n'oser prend'li moi-même,
Guetter réveil à toi...longtemps trop moi languir.
Tourné côté coeur moi, rend-li bonheur suprême,
Mirez l'Aurore aller près toi va pâlir.
          Longtemps trop moi languir!

Veni sous bananiers nous va trouvé z'ombrage;
Petits oiseaux chanter pendant nous fait l'amour,
Soleil est jaloiux moi, li caché sous nuage,
Mais trouvé dans yeux toi l'éclat qui passé jour.
          Veni faire l'amour.

Non, non, toi plus dormir, partager vive flamme,
Baiser toi semblé miel cueilli sur bouquets fleurs,
Coeur à toi soupirer, veni chercher mon âme;
Prends-li sur bouche à moi, li courir dans mes pleurs,
          Moi mourir sous des fleurs.

                       Elégies, Marie et romances, 1819

 

 

 



Elisabeth Guibert

1725-1787

 

 

A Monsieur de ***

 

Quoi! de l'amitié la plus tendre,

Vous me refusez le retour!

Ah! je n'y dois donc plus prétendre!

Vous ne m'offrez que de l'amour.

Un sentiment plus vif a pénétré votre âme:

Il passera ce sentiment!

Je vois déjà s'éteindre votre flamme.

Je voulais un ami: vous n'êtes qu'un amant.

 

 Dans l'Almanach des Muses

 

 

 



 Sophie d'Houdetot

1730-1813

 

Pour un jeune homme

A qui une jeune femme avait écrit sous le nom d'une vieille.

 

Du bon Robert vous connaissez l'histoire:

Ferme en amour et jamais rebuté,

Vous le savez, il servit avec gloire

Et la vieillesse et la difformité.

Des chevaliers en tous sens le modèle,

Soumis au sexe et toujours amoureux,

Il obéit, il fut heureux,

Et la beauté récompensa son zèle.

Ne pourrai-je espérer un jour

Le prix de son obéissance?

J'ai comme lui servi l'Amour;

N'aurai-je pas sa récompense?

 

 

 Publié dans les oeuvres de Robert de Crèvecoeur, son amant

 

 

 

 

Marie-Emilie-Marion de Montanclos

1736-1812

 

Chant d'un pêcheur 

Le plaisir,

Et non la constance,

Le désir

Sans persévérance,

Voilà ma seule volupté,

Je lui dois toute ma gaîeté.

 

Mon état peut offrir l'image

Des ruses qu'inspire l'amour;

Et voici, sur le rivage,

Ce que je fais tour à tour:

 

Dans l'onde agitée ou tranquille,

Je jette en riant mes filets,

Et dans ma nacelle mobile,

Avec art j'ai l'oeil aux aguets.

D'abord le poisson fuit l'amorce,

Je le vois sans m'en irriter;

Il court, revient, s'agite et perd sa force;

L'appât est sûr, il ne peut l'éviter.

En amour, je prévois de même :

Beauté que trouble le désir,

Quand la nature veut qu'elle aime,

Lutte en vain contre le plaisir.

Le plaisir,

Oui, le plaisir,

Et non la constance,

Le désir

Sans persévérance,

Voilà ma seule volupté;

Je lui dois toute ma gaîté.

 

                                               (Almanach des Muses, 1812)

 

 



Madame de Liencourt

Début 18ème

 

(En quel état)

 

En quel état me trouvai-je réduite,

Pour obéir à mon devoir !

Je fuis Tircis ; mais que me sert ma fuite,

Qu'à m'ôter le plaisir de le voir.

Que me sert-il de ne le pas entendre ?

Je devine tous ses discours :

Et mon coeur redit mille fois tous les jours,

Ce qu'une fois il m'aurait dit de tendre.

Je m'imagine à tous moments,

L'entendre m'exprimer ses plus doux sentiments,

Et peut-être, hélas ! qu'à ma honte,

Quand de son entretien j'évite les appas,

Je m'engage à lui tenir compte

De cent mille douceurs qu'il ne me dirait pas.

 

(Dans l'Histoire littéraire des femmes françaises de Joseph de la Porte), vol. 3

 

 

 

Catherine Durand

16..-1736

 

Le chat amoureux

 

Un jeune chat vivait dans le sein du repos,

Mollement élevé par des mains bienfaisantes ;

Pour ménager ses quenottes naissantes,

On lui donnait du lait, du mou, de tendres os.

Il était doux, flatteur, son corps de blanche hermine

Etait noblement habillé,

Ses yeux étaient sereins, on voyait à sa mine,

Que d'aucun crime encor son coeur n'était souillé.

Le printemps vint, saison fatale !

A toute gent qui forme des désirs ;

En est-il d'autre en l'âge des plaisirs ?

Sur ce point-là toute gent est égale,

Novice encor l'adolescent

Est averti par la nature

Que sur les toits, tant que la saison dure,

Il trouvera pratique, et d'abord bondissant

Il s'échappe de son asile :

Il court, il vole aux cris d'une troupe indocile,

Choisit une maîtresse, en approche en tremblant.

Comme il possède le talent

De la société civile,

Qu'Amour y mit ce qu'il y a de galant

que son Iris est vive et brune,

Qu'il est beau, gras et parfumé,

Bientôt leur ardeur est commune !

Possesseur aussitôt qu'aimé ;

Rien n'est égal à la fortune.

Notre Amant en jeune entêté

S'enivre des transports de sa première flamme.

Manger lui paraîtrait une grossièreté.

Qu'a-t-il  fait jusqu'alors, qui satisfît son âme ?

Il était bien couché, bien nourri, bien flatté,

Belle comparaison de telle volupté

A ce qu'il sent près de sa Dame ;

Voilà le beau, le laid suivra de près.

La dame était du siècle, elle agissait d'exemple,

Et du Dieu qui lance des traits

Elle avait visité le Temple

Avec d'autres amants moins polis et moins frais.

Leur malheur les réconcilie,

Sensible à l'infidélité,

La troupe bruyante et trahie

A punir la témérité

Par un affreux serment se lie.

Il n'en fallait pas tant ; le pauvret endormi,

A force de plaisirs languissait près sa belle

Ses rivaux irrités d'une rage cruelle, ne voulant se venger à demi;

L'un le prend par les pieds, l'autre saisit la tête,

D'un troisième la patte à l'immoler s'apprête.

"Vous ne savez point vous venger",

Dit un vieux scélérat blanchi sous la malice,

Lissez-moi choisir le supplice.

Aussitôt il le va plonger

Dans un abîme affreux plein de sang et de fange,

"C'est un bain d'eau de fleur d'orange",

Ajoute-t-il, notre jeune Amoureux,

Vous voilà propre à faire des conquêtes,

Et nos Maîtresses seront prêtes

En sortant de ce bain à recevoir vos voeux",

Il dit ; et ce trait d'ironie

Attire de longs cris l'importune harmonie,

Le pauvre infortuné n'ôse lever les yeux,

Délicat dès son plus bas âge,

Ses sens sont engloutis dans ce gouffre odieux,

Il voudrait en perdre l'usage :

Mais eux-mêmes ont fait le mal,

Il faut qu'ils soient punis ; fidèle à ses Pénates

S'il n'eût point quitter ses foyers,

Il eût de sa vertu reçu de doux loyers,

Il marcherait sur quatre pattes.

Voici le dénouement. La pitié, ce matin,

La tiré de son antre sombre,

Mais sanglant, las, estropié, malsain,

De lui-même ce n'est que l'ombre

Dont se joue encor le destin.

O fol Amour ! grossière incontinence !

De vos amis voilà la récompense.

 

Fin

 

La Vengeance contre soi-même, et le chat amoureux, contes en vers, 1712

 

 

 

Catherine Descartes

1637-1706

 

Impromptu

 

Coulange, le matin et le soir,

Je crois vous entendre et vous voir,

Mais, ne vous voyant qu'en idée,

Heureuse, dis-je à tout moment,

Qui de même amour possédée

Peut vous voir effectivement.

 

Déjà sur l'écorce des bois

J'ai gravé le nom mille fois

De ce beau berger que j'adore;

J'ai prié les jeunes Zéphirs

D'oublier pour quelque temps Flore,

Et de lui porter mes soupirs.

 

Ainsi, de mes tendres propos

Je fais résonner les échos,

Et, quand je prononce Coulange,

Ils prennent plaisir tour à tour

De répéter tant de fois ange,

Qu'ils en augmentent mon amour.

 

 

 

Jeanne Guyon

1648-1717

 

Merveilleuses contrariétés qu'on expérimente dans l'amour

 

 

Vaste désert, rochers, forêt obscure

Où le soleil ne pénètre jamais,

Lieux qui sont terribles à la nature,

En vous je trouve tout ce qui me plaît.

 

... Soleil, je me dérobe à ta lumière,

Je m'éloigne avec soin de ta clarté:

La sombre nuit en fermant ma paupière

M'éclaire bien plus sur la vérité.

 

Lieux de tous temps consacrés au silence,

Bois dont le front semble approcher les cieux,

Je puis avec vous en toute assurance

Plaindre un tourment qui m'est délicieux.

 

...Qui peut faire des effets si contraires?

Ah! qui les fait, Amour, si ce n'est vous?

Mon coeur content, qui peut le satisfaire?

Est-ce le rien ? Serait-ce mon Epoux?...

 

 

 

Mademoiselle  L. D. P. P.

17ème siècle

 

La Nouvellette
Chanson

Il est certain qu’un jour de l’autre mois,
M’est advenu très merveilleuse chose:
Toute seulette étais au fond du bois,
Vint mon ami, plus beau que n’est la rose.
Il me baisa d’un baiser sage et doux,
Et puis après il me fit chose amère,
Si que je dis, avec un grand courroux:
Tenez-vous coi, j’appellerai ma mère.

Il certain qu’il devint tout transi,
Voyant courir larmes sur mon visage.
A jointes mains il me cria merci, (pitié)
Et cela fit que je fus moins sauvage.
Alors qu’il vit que je parlais si doux,
L’ami s’y prit de tant belle manière,
Que je lui dis, sans avoir de courroux:
Tenez-vous coi, j’appellerai ma mère.

Il est certain que lors il m’arriva
Chose nouvelle, à quoi n’étais pas faite,
Et quasi morte, un baiser m’acheva,
Qui me rendit les yeux clos et muette;
Puis m’éveillai, mais d’un réveil si doux,
Que remourus, tant il me fit grand’chère.
Enfin, besoin ne fut d’être en courroux,
Il devint coi, sans qu’appellai ma mère.

 

Dans le Parnasse des Dames 

 

 

 

 Madame de Lauvergne

fin 17ème

 

Stances

 

Amour qui m'as fait voir Timandre si charmant,

Fais lorsqu'il me verra qu'il me trouve de même,

Qu'il brûle de l'ardeur qui me va consumant,

Et qu'il me puisse aimer autant comme je l'aime.

 

Fais si bien toutefois qu'il ne découvre rien,

N'épargne en ce dessein, ni ruse ni souplesse,

Qu'il me donne son coeur sans espérer le mien,

De peur qu'il ne triomphe enfin de ma faiblesse.

 

Le temps me presse, amour, va faire ton devoir,

Va m'ouvrir dans son coeur un glorieux passage,

Et s'il veut résister à ton divin pouvoir,

Mets pour le surmonter tous tes traits en usage.

 

Je sens que la pudeur, la crainte et la raison

S'unissent dans mon âme afin de te détruire;

Mais tous leurs vains efforts ne sont plus de saison;

Comment les écouter quant ils veulent te nuire.

 

Je m'abandonne, amour, ma raison y consent,

Que dis-je, ma raison; hélas! tout au contraire,

Ce que tu me prescris, elle me le défend;

Je n'oserais parler et je ne puis me taire.

 

Mon esprit se confond dans ce raisonnement,

D'un et d'autre côté le péril est extrême,

Si je ne parle point, je perdrai mon Amant,

Et si j'ose parler, je me perdrai moi-même.

 

Pudeur, crainte, raison qui blâmes mes soupirs

Cédez à mon amour, il est temps de se rendre,

Cessez de condamner mes innocents désirs,

Et pour être écoutés, parlez-moi de Timandre.

 

C'est par là seulement, crainte, raison, pudeur,

Que vous pouvez avoir empire sur mon âme;

Je ne vous défends pas le séjour de mon coeur,

Mais gardez-vous au moins d'attenter à ma flamme.

 

Recueil de poésies, 1680

 

 

 

 Mlle Masquière

17ème

 

(Importun souvenir...)

 

Importun souvenir d'un aimable infidèle,

Pourquoi faut-il encor que mon coeur te rappelle ?

Et toi, cher inconstant, qui vient de me trahir,

Pour t'avoir trop aimé, ne puis-je te haïr ?

Qu'ai-je dit ! De quel nom appellé-je un parjure,

Qui fait à mon amour la plus cruelle injure ?

Ah ! puisque de mon coeur je ne puis le bannir,

C'est pour le détester qu'il faut m'en souvenir.

Prenons dans ce dessein, l'amour même pour guide ;

Autant que je l'aimai, haïssons le perfide ;

Mon coeur à ce seul prix peut être assez vengé ;

Transformons en fureur mon amour outragé ;

Et que de mes bontés l'éternelle mémoire

Me fasse de son crime une image plus noire.

Rappelons, s'il le faut, ces trop heureux moments,

Où mon coeur répondait à ses empressements.

Hélas ! je me faisais mille tendres alarmes ;

Au gré de mon amour, j'avais trop peu de charmes ;

Je ne croyais jamais combler tous ses désirs ;

Et j'étais malheureuse au milieu des plaisirs.

Je pressentais déjà sa fatele inconstance :

Du plus parfait amour injuste récompense !

Ingrat, pour m'attirer un si cruel tourment,

Qu'avais-je fait. Hélas ! j'aimais trop tendrement.

Quoi ! faut-il qu'aujourd'hui trop d'amour nous sépare !

De quoi me punis-tu ? Va, cruel ; va, barbare,

Cours chercher ma rivale ; apprends-lui mes douleurs ;

Donne à tes trahisons les plus vives couleurs.

Son coeur est à ce prix. Plus tu seras coupable,

Plus à ses yeux charmés tu paraîtras aimable.

Mais ne te flatte pas d'être longtemps heureux :

D'une infidélité l'exemple est dangereux.

Tu vas au changement lui servir de modèle ;

Pour punir un perfide, il faut une infidèle.

Sur ma sincère ardeur alors ouvrant les yeux,

Peut-être, mais trop tard, tu me connaîtras mieux ;

Et peut-être honteux de ta lâche inconstance ;

Tu viendras à mes pieds expier ton offense.

O Ciel ! s'il revenait encore à mes genoux !...

Mais que fais-je. Je sens affaiblir mon courroux.

Tu soupires ! mon coeur, n'en dis pas davantage ;

Je ne t'entends que trop, sans ce honteux langage.

Hélas ! à me trahir tout conspire en ce jour ;

Et ma haine est plus tendre encor que mon amour.

 

Dans l'Histoire littéraire des Femmes françaises de de La Porte, 1769, tome 3 (Gallica)

 

 

 

Françoise Pascal

1632-1698 ?

 

Les réflexions de la Magdeleine dans le temps de sa pénitence, 1674

 

 Chapitre premier

 de ses vanité passées, et de sa conversion

 

Qu’espères-tu de moi? malheureux souvenir,

Qui viens toujours m’entretenir 

De mes félicité mondaines;

Va, souvenir persécutant,

Mon coeur contrit et pénitent

N’a plus que du mépris pour les choses humaines,

En vain tu viens toujours me les représenter,

Par quelque endroit que tu t’exprimes,

J’y vois l’image de mes crimes,

Et je ne les vois plus que pour les détester.

 

Eloignez-vous de moi, profanes courtisans,

Vous qui de l’erreur vaine et folle,

Vous fit me regarder comme l’unique idole,

A qui vous deviez de l’encens;

Mes yeux où vous trouviez des charmes,

Et dont vous éprouviez les dangereux attraits,

Pour se punir de leurs forfaits,

Ne sont plus occupés qu’à l’usage des larmes;

L’amour Divin a triomphé,

Et mon coeur n’est plus échauffé

Que de l’ardeur qu’il y fit renaître

J’ai plus de plaisir mille fois,

D’être réduite aux pieds de mon Souverain Maître,

Que je n’en avais eu de vous donner des Loix.

 

Lorsque je faisais mes délices 

De vos amoureux Sacrifices,

Que j’abandonnais tout à mes sens révoltés,

Et que mon coeur nageait parmi les voluptés,

Par une force de la Grâce,

Par un secret désir qu’elle vint m’inspirer, 

Je repris tout d’un coup la trace 

Dont un démon trompeur m’avait fait égarer;

Je fus entendre ce Prophète,

Dont la sainte Doctrine enlevait les esprits,

Et qui des plus obscurs, et plus profonds écrits,

Etait le savant interprète.

 

A son divin abord mon âme se troubla,

Le redoutable aspect de sa vertu suprême

Me mit dans un désordre extrême,

Et l’amour profane en trembla;

La honte qu’il eut de paraître,

Plein de vice, et d’impureté,

En présence d’un si grand Maître,

Le fit aussitôt disparaître,

Et me laisser en liberté.

Mais quel pouvoir n’eut point cette Bouche divine?

En nous expliquant sa Doctrine;

Et quel charme n’a point la parole d’un Dieu?

Elle perça mon coeur de mille traits de flamme:

Je fus vaincue avant qu’il sortit de ce lieu,

Et quand il en sortit, il emporta mon âme.

 

 

 

 Madame de Platbuisson

Fin 17ème - Début 18ème

 

 Quatrain épigrammatique

 

Où peut-on trouver des amants

Qui nous soient à jamais fidèles?

Je n'en sais que dans les romans,

Ou dans les nids des tourterelles.

 

Le Parnasse des Dames, 1773

 

 

 



Madeleine de Scudéry

1607-1701

 

Madrigal


Tircis vous apprend des chansons

Où le coeur s'intéresse;

On dit qu'il y joint des leçons

Qui parlent de tendresse:

Fuyez ce charme séducteur,

C'est un plaisir funeste;

L'oreille est le chemin du coeur,

Et le coeur l'est du reste.

 

 

 

 Pauline de Grignan Simiane

1676-1737

 

 Madrigal

 

Vous me baisez comme une soeur:

Ces baisers sont pleins de douceur;

Mais souffrez que je les condamne.

Je ne suis qu'un mortel, ô nouvelle Diane,

Pourquoi me traitez-vous ainsi qu'un Apollon?

Je serai trop heureux du sort d'Endimion.

 

1715

 

 



 Pauline de Grignan Simiane

1676-1737

 

La pescheuse

 

Une jeune pescheuse, avec une ligne à la main,

Sur le bord d'un étang parut avant l'aurore;

L'étang de poissons était plein.

L'avidité qui la dévore

Fait qu'à peine à l'appât un poisson mord encore,

Qu'elle détourne et la ligne et la main

Pour un autre poisson qu'elle quitte soudain.

Le soir venu, cette pescheuse enfin,

Ne prit rien pour vouloir trop prendre.

Belles qui ménagez tant d'amours à la fois,

Quand vous multipliez chaque instant votre choix,

A pareil sort vous devez vous attendre.

 

 

 

 

 Madame Vatry

1682-1752

 

Parodie de la fable de La Fontaine, "Le Corbeau et le Renard"

 

 

Joli tendron sur l'herbette couché,

Laissait voir un charmant corsage.

Un jeune amant par ses yeux alléché,

Lui tint à peu près ce langage.

Eh, bonjour, charmante Isabeau;

Que vous avez d'appas! que votre corps est beau!

Avec ce parfait assemblage,

Si votre humeur n'est point sauvage,

Vous êtes le Phénix des belles de ces Bois.

A ces mots Isabeau ne se sent pas de joie;

Et soit par faiblesse, ou par choix,

Elle devient du jeune Amant la proie.

Le galant refroidi lui dit: mon petit coeur,

Sachez que tout conteur

Vit aux dépens de celle qui l'écoute.

Cette leçon déplait beaucoup sans doute.

Le tendron honteux et confus,

Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

 

Source: De La Porte: Histoire littéraire des femmes françaises, volume 3

 

 

 



Madame Vatry

1682-1752

 

Réponse  (à l'un de ses amis au sujet de la mort de Quine, la chienne de madame Vatry) 

 

Quine peut nous donner une leçon fidèle

De ce que fait l'Amour quand il est écouté.

Si Quine eût à ce Dieu toujours été rebelle,

Elle serait encor en parfaite santé.

 

 

 

 

 Jeanne l'Héritier de Villandon

1664-1734

 

Impromptu à Madame de ...

 

Je n'en crois rien, charmante Séraphine,

Tircis en vain vient me nommer divine,

Tons languissants, enjoués, sérieux

Toujours par moi sont pris pour fabuleux,

Contre tels dits la raison se mutine.

 

En vain par Vers qui souvent me chagrine,

Par grands soupirs, et languissante mine

Me veut prouver la force de ses feux,

Je n'en crois rien.

 

Avouerai bien sans en faire la fine,

Que ce Tircis en science raffine,

Qu'il chante juste, et qu'il écrit des mieux :

Mais que jamais je réponde à ses voeux,

Malgré ses vers, sa voix et sa doctrine,

Je n'en crois rien.

 

 

 Marie-Catherine-Hortense de Villedieu (ou Desjardins)

1632-1683

 

Poésies paillardes

Dans sa biographie de "Madame de Villedieu" (le Mercure de France, 1907, Emile Magne a montré que les poèmes qui suivent ont été insérés dans ses oeuvres complètes par Gabriel Quinet, libraire et  éditeur perfide, sans doute pour rendre hommage à une réputation déjà bien établie... Ils sont extraits des "Vers du Balet du Mail de l'Arsenal". Ils avaient déjà été publiés sans nom de libraire et d'auteur en 1948, dans in 4° de 4 pages. Hortense des Jardins n'avait alors que 6 ans (Voir Emile Magne : Madame de Villedieu, p.  88)

 

 

Le batelier aux Dames

 

Belles que je conduis sur l'eau,

De crainte de faire naufrage,

En vous passant en ce bocage,

Il faut boucher les trous qui sont dans mon bateau.

 

Le laquais aux Dames

 

Je suis des laquais le plus sage,

Pour faire un amoureux message,

Mesdames c'est moi nuit et jour

Qui porte le paquet d'amour.

 

Deux joueurs du mail

 

Belles voyez notre attirail,

Nous sommes des joueurs du Mail,

Dont l'humeur est joyeuse et franche,

Nous venons nous offrir à vous,

Pourvu que nous jouiions du manche,

Nous ferons toujours de bons coups.

 

Le patissier

 

J'ai des pâtes, des darioles,

Des tartelettes, des rissoles,

Des gâteaux et des petits choux,

J'ai bien quelque autre friandise,

Dessous ma houpelande grise

Hé, mesdames, en voulez-vous.

 

Le Busc, 1664

 

 



Madeleine de l'Aubépine

1546-1596

 

(Pour le plus doux ébat...)

 

Pour le plus doux ébat que je puisse choisir,

Souvent, après dîner, craignant qu'il ne m'ennuie,

Je prends le manche en main, je le tâte et manie,

Tant qu'il soit en état de me donner plaisir.

 

Sur mon lit je me jette, et, sans m'en dessaisir,

Je l'étreins de mes bras et sur moi je l'appuie,

Et, remuant bien fort, d'aise toute ravie,

Entre mille douceurs j'accomplis mon désir.

 

S'il advient, par malheur, quelquefois qu'il se lâche,

De la main je le dresse, et, derechef, je tâche

A jouir du plaisir d'un si doux mouvement:

 

Ainsi, mon bien-aimé, tant que le nerf lui tire,

Me contemple et me plaît que de lui, doucement,

Lasse et non assouvie, enfin je me retire.

 

Le luth

 

 



Madeleine de l'Aubépine

1546-1596 

 

Sonnet des tourterelles 

 

Rêvant parmi ces bois, je vois s'entrebaiser

Deux tourtres que d'amour l'Amour même convie,

De leurs mignards baisers la source est infinie.

Et sans fin leurs plaisirs je vois recommencer:

 

O bienheureux oiseaux, qui d'un même penser

Contentez vos esprits francs de la tyrannie

Qu'apporte le respect, l'honneur, la jalousie,

Et mille autres soucis qui me font trépasser.

 

Vou voletez sans soin, joyeux, de branche en branche,

Eprouvant le bonheur d'une liberté franche,

Et les suaves douceurs d'une égale amitié.

 

Ha! je puisse mourir si je ne voudrois être,

Avec vous, chers oyseaux, tourterelle champêtre,

Pourveu que, comme vous, j'eusse aussi ma moitié!

 

Les chansons de Callianthe

 

 

 

 

Marie-Aimée de Kermorvan

1904-1985

 

Sonnet à l'amour

 

Eclate dans mon vers comme un soleil, Amour !

Amour, ainsi qu'un vin répands-toi dans ma veine !

Fleuve qui rafraîchis et brûles tour à tour,

Inonde tout mon sang de ta flamme sereine.

 

O vous, ô vous que livre à des transports charmants

La fraîche volupté de vos saisons nouvelles,

Accourez, et, riant à l'afflux de vos ans,

Ceignez vos jeunes fronts de ces roses mortelles.

 

Amour, soleil antique et nouveau, lève-toi !

Vois : la terre s'éveille à ton divin émoi.

L'arbre s'enfle de sève ; et déjà, rougissante,

 

De son voile à demi couvrant sa joue en fleur,

Et contenant son âme en son sein frémissante,

La vierge tremble au bras d'un époux ravisseur.

 

Le Jeu de Balance

 

 

 



 Jaqueline de Stuard

16ème siècle

 

Envoi

(à Bonaventure des Périers)

 

O quel effort cruel, et dangereux,

Quand contre Amour, Amour fait résistance!

O que celui est vraiment malheureux,

Qui contre soi a soi-même en défense!

Je sens en moi cette grande violence

Etant contrainte à autre m'adresser:

Mais qui pourrait de cela me presser,

Vu que changer n'est point à mon usage?

Amour lui-même, il le me fait laisser

Pour me venger de son tort, et outrage.

 

 

 

 

 Catherine des Roches

1542-1587

 

L'Amour

 

Sur un laurier triomphant

Amour regarde la belle,

Puis, fermant l'une et l'autre aile,

Il la suit comme un enfant.

Il repose dans son sein

Et joue en sa tresse blonde,

Frisotée comme l'onde,

Qui coule du petit Clain;

Il regarde par ses yeux,

Parle et répond par sa bouche,

Par ses mains les mains il touche,

N'épargnant hommes ni dieux.

Quand il s'en vient entre nous,

Un souris lui sert d'escorte;

Mais qui n'ouvrirait sa porte,

Le voyant humble et si doux?

Hà, Dieu! quelle trahison,

Sous une fraude tant douce!

Je crains beaucoup qu'il me pousse

Hors de ma propre maison.

 

 

 

 

 Mlle de Salètes 

fin 16ème siècle

 

Réponse au Sieur de Bertaut (1597)

 

 

 

 

 

Héliette de Vivonne

Demoiselle d'honneur de la reine Elisabeth

fin 16ème

 

Sonnet adressé à  Desportes 

 

Vous, qui savez que c'est, mieux que moi, que l'amour,

Pensez-vous qu'elle puisse être sans jalousie,

Et qu'un coeur bien atteint, une âme bien saisie

Veuille à son corrival faire quelque bon tour ?

 

Ha ! Vous vous trompez fort, de me faire la cour,

Pour recevoir d'une qui est ma vie,

D'une qui est mon coeur, ma maîtresse et ma mie,

Qui recèle en ses yeux ma clarté et mon jour.

 

Si quelque point me manque à lui faire servie,

Je ne veux pour cela lui quitter mon office ;

Toutefois (s'il lui plaît), l'accord je vous présente

 

Qui nous rendra tous deux d'accord, à mon avis :

Je servirai les jours, vous servirez les nuits.

Ha ! Vous ne voulez pas ? Eh bien ! j'en suis contente.

 

Publié dans la Muse française du 15 janvier 1935

 

 

 

 

 Marguerite d'Autriche

1480-1530

 

(Belles paroles...)

 

Belles paroles en paiement

A ces mignons présomptueux

Qui contrefont les amoureux

Par beau semblant et autrement.

 

Sans nul credo, mais promptement

Donnez pour récompense à eux

Belles paroles.

 

Mot pour mot, c'est fait justement,

Un pour un, aussi deux pour deux.

 

Si devis ils font gracieux,

Répondez gracieusement

Belles paroles.

 

 

 Poème repris de l'ouvrage de Francisque Thibaut,

"Marguerite d'Autriche et Jehan Lemaire des Belges"

Paris, Ernest Leroux, 1888 (p. 41-53)

 

 

 

 Marguerite de Navarre

1492-1549

 

Un ami vif vint à la dame morte

 

Un ami vif vint à la dame morte,

Et par prière il la cuida tenter

De le vouloir aimer de même sorte,

Puis la pressa jusqu'à la tourmenter ;

Mais mot ne dit, donc, pour se contenter,

Il essaya de l'embrasser au corps.

Contrainte fut la Dame dire alors :

" Je vous requiers, ô Ami importun,

Laissez les morts ensevelir les morts,

Car morte suis pour tous, sinon pour un. "

 

 



 

 Béatrice de Die

1140-1175

 

Chanson

 

Grande peine m'est advenue

Pour un chevalier que j'ai eu,

Je veux qu'en tous les temps l'on sache

Comment moi, je l'ai tant aimé;

 

Et maintenant je suis trahie,

Car je lui refusais l'amour.

J'étais pourtant en grand'folie

Au lit comme toute vêtue.

 

Combien voudrais mon chevalier

Tenir un soir dans mes bras nus,

Pour lui seul, il serait comblé,

Je ferais coussin de mes hanches;

Car je m'en suis bien plus éprise

Que ne fut Flore de Blanchefleur.

Mon amour et mon coeur lui donne,

Mon âme, mes yeux, et ma vie.

 

Bel ami, si plaisant et bon,

Si vous retrouve en mon pouvoir

Et me couche avec vous un soir

Et d'amour vous donne un baiser,

Nul plaisir ne sera meilleur

Que vous en place de mari,

Sachez-le, si vous promettez

De faire tout ce que je voudrai.

 

(Traduction: Pierre Seghers, 1961)

 

 

 

 

 Agnès de Navarre

vers 1330

 

Chanson royale

 

Ami, je t'ai tant aimé et chéri

Qu'n toi aimant me cuidoie sauver.

Lasse, dolente, et je ne puis en ti,

N'en ton dur coeur telle douceur trouver.

Pour ce de moi veil hors jois bouter (je veux de moi ôter le joie)

Et renoier amours d'or en avant (et renier amour dorénavant),

Sa loi, son fait et son faux convenant;

Quand tu portes son visage de fée:

Coeur de marbre, couronné d'aimant (pour diamant),

Ourlé de fer, à la pointe acérée.

 

Quand ta beauté mon coeur en toi ravi.

Amour voulut si fort m'énamourer

De ton gent corps, coint (coquet), appert (en évidence), et joli,

Que ne puis-je autre que toi aimer.

Or ne me veux ouïr et regarder.

Si n'aimerais jamais en mon vivant,

Ni fiance (fiançailes) n'aurai, si bien suis avisée,

Coeur de marbre, couronné d'aimant,

Ourlé de fer, à la pointe acérée.

 

Si je me plains et dis souvent: Aimmi! (Malheur à moi)

Qu'en puis-je mais? Ne dois-je bien pleurer;

Car je n'ai pas la peine desservi (mérité)

Qu'il me convient souffrir et endurer.

Elle me fait trembler et tresseuer (suer)

Feindre, pâlir, frémir en tressaillant,

Quand pour ma mort vois en corps si vaillant,

Ouvertement, de fait et de pensée,

Coeur de marbre, couronné d'aimant,

Ourlé de fer, à la pointe acérée.

 

Honteuse suis quand je parole ainsi,

Et laidure est seulement d'y penser,

Qu'il n'appartient que dame à son ami

Doive merci ni grâces demander;

Car dame doit en riant refuser,

Et ami doit prier en soupirant,

Et je prié souvent en pleurant.

Mais en toi truis (trouve), quand je suis éplorée.

Coeur de marbre, couronné d'aimant,

Ourlé de fer, à la pointe acérée.

..........................................

 

Envoi

 

Princes, onques ne vi fors que maintenant (Jamais ne vis excepté maintenant)

Amant à coeur plus dur qu'un diamant

Ourlé de fer, à la pointe acérée.

 

(Dans l'anthologie d'Alphonse Séché)

 

 

 

 Marie de France

12ème siècle

 

Extrait du lai d'Eliduc

 

Déjà marié, Eliduc, un vaillant chevalier de la Petite-Bretagne,  va chercher en Angleterre de quoi occuper son courage. Il se met au service du vieux Roi d'Exeter, en guerre avec ses voisins. Le Roi lui demandera de rester à sa solde pendant un an.

 

Guilladon, la fille du Roi tombe amoureuse de lui...

 

"j'aime le nouveau soudoyer,

Eliduc, le bon chevalier;

Ne puis la nuit trouver repos,

Et n'ai pu dormir, les yeux clos.

Si par amour il veut m'aimer,

Et de son corps bien m'assurer,

Je ferai tout pour son plaisir;

Lui en peut grands biens advenir:

De cette terre, il sera roi.

Il est si sage et si courtois,

Que, s'il m'aime avec douceur

Mourir me faut à grand douleur."

 

 

 



 Sophie d'Arbouville

1810-1850

 

Ne m'aimez pas

En réponse à une lettre de Sainte-Beuve


Ne m'aimez pas !... je veux pouvoir prier pour vous,
Comme pour les amis dont le soir, à genoux,
Je me souviens, afin qu'éloignant la tempête, 
Dieu leur donne un ciel pur pour abriter leur tête. 
Je veux de vos bonheurs prendre tout haut une part, 
Le front calme et serein, sans craindre aucun regard ; 
Je veux, quand vous entrez, vous donner un sourire, 
Trouver doux de vous voir, en osant vous le dire. 
Je veux, si vous souffrez, partageant vos destins, 
Vous dire : Qu'avez-vous ? et vous tendre les mains. 
Je veux si, par hasard, votre raison chancelle, 
Vous réserver l'appui de l'amitié fidèle, 
Et qu'entraîné par moi dans le sentier du bien, 
Votre pas soit guidé par la trace du mien, 
Je veux, si je me blesse aux buissons de la route, 
Vous chercher du regard, et sans crainte, sans doute, 
Murmurer à voix basse : ami, protégez-moi ! 
Et prenant votre bras, m'y pencher sans effroi.
Je veux qu'en nos vieux jours, au déclin de la vie,
Nous détournant pour voir la route… alors finie,
Nos yeux en parcourant le long sillon tracé,
Ne trouvent nul remords dans les champs du passé.
Laissez les sentiments qu'on brise et qu'on oublie ;
Gardons notre amitié, que ce soit pour la vie !
Votre soeur, chaque jour, vous suivra pas à pas...
Oh ! je vous en conjure, ami, ne m'aimez pas !...

 

 



Comtesse de Murat 1670-1716

 

 La Discrétion

 

Si quelqu'un, bien traité des belles,

Fait, des faveurs qu'il obtient d'elles,

Un trophée à sa vanité,

Qu'il soit partout si mal traité,

Qu'il ne trouve que des cruelles.

Aimer à publier les grâces qu'on reçoit

Marque, ordinairement, qu'on les sent comme on doit.

En amour, c'est une autre affaire,

C'est les bien ressentir que de les bien celer,

Et, si l'ingratitude est ailleurs à se taire,

En amour, elle est à parler!

 

 



 

 Pauline de Grignan Simiane 1676-1737

 

 

La pescheuse

 

Une jeune pescheuse, avec une ligne à la main,

Sur le bord d'un étang parut avant l'aurore;

L'étang de poissons était plein.

L'avidité qui la dévore

Fait qu'à peine à l'appât un poisson mord encore,

Qu'elle détourne et la ligne et la main

Pour un autre poisson qu'elle quitte soudain.

Le soir venu, cette pescheuse enfin,

Ne prit rien pour vouloir trop prendre.

Belles qui ménagez tant d'amours à la fois,

Quand vous multipliez chaque instant votre choix,

A pareil sort vous devez vous attendre.

 

 



 

 Pernette du Guillet

 

(Quand vous voyez...)

 

Quand vous voyez que l'étincelle

De chaste amour sous mon aisselle

Vient tous les jours à s'allumer,

Ne me devez-vous bien aimer ?

 

Quand vous me voyez toujours celle,

Qui pour vous souffre et son mal cèle,

Me laissant par lui consumer,

Ne me devez-vous bien aimer ?

 

Quand vous voyez que pour moins belle

Je ne prends contre vous querelle,

Mais pour mien vous veux réclamer,

Ne me devez-vous bien aimer ?

 

Quand pour quelque autre amour nouvelle

Jamais ne vous serai cruelle,

Sans aucune plainte former,

Ne me devez-vous bien aimer ?

 

Quand vous verrez que sans cautelle

Toujours vous serai été telle,

Que le temps pourra affe(i)rmer,

Ne me devez-vous bien aimer ?

 

(Anthologie Busoni, 1841)

 

 



Madame Deshoulières

1633-1694

 "Parmi les peines qui affligèrent mademoiselle Deshoulières, la plus sensible fut la mort d'un jeune officier plein de mérite qu'elle devait épouser et qui fut tué à l'armée." (Busoni)

 

 Stances

 

Agréables transports qu'un tendre amour inspire,

Désirs impatients, qu'êtes-vous devenus ?

Dans le coeur du berger pour qui le mien soupire,

         Je vous cherche, je vous désire,

         Et je ne vous retrouve plus.

 

Son rival est absent, et la nuit qui s'avance

Pour la troisième fois a triomphé du jour,

Sans qu'il ait triomphé de cette heureuse absence ;

         Avec si peu d'impatience,

         Hélas ! on n'a guère d'amour !

 

Il ne sent plus pour moi ce qu'on sent quand on aime,

L'infidèle a passé sous de nouvelles lois.

Il me dit bien que son mal est extrême ;

         Mais il ne le dit plus de même

         Qu'il me le disait autrefois.

 

Revenez dans mon coeur, paisible indifférence,

Quel l'amour a changée en de cruels soucis.

Je ne reconnais plus sa fatale puissance,

         Et, grâce à tant de négligence,

        Je ne veux plus aimer Tircis.

 

Je ne veux plus l'aimer ;ah! discours téméraire !

Voudrais-je éteindre un feu qui fait tout mon bonheur ?

Amour, redonnez-lui le dessein de me plaire ;

        Mais quoi que l'ingrat puisse faire,

        Ne sortez jamais de mon coeur !

 

 Anthologie Busoni, 1841

 

 

 



Antoinette-Thérèse Deshoulières, fille de Thérèse Deshoulières

1662-1718

 

Stances

 

Quel sort au mien est comparable ?

Tous mes jours sont marqués par de nouveaux malheurs ;

De quels crimes suis-je coupable ?

Ciel ! ne suis-je ici-bas que pour verser des pleurs ?

A tes ordres sans cesse et soumise et fidèle,

J'ai toujours de tes lois respecté le pouvoir ;

L'excès de ma douleur mortelle

Livrera-t-il mon coeur à l'affreux désespoir ?

 

D'un torrent de malheurs ma vie est traversée ;

On dirait, en voyant dans cet heureux séjour

Les peines, les ennuis où je suis exposées,

Et le funeste sort de mon fidèle amour,

Sue du ciel, contre moi, la bonté courroucée

Me partage à regret la lumière de jour.

 

Cependant cet amour, si fidèle et si tendre,

Toujours sur mon devoir a réglé ses désirs ;

Hélas ! à d'autres innocents plaisirs

Quel coeur, plus que le mien, eut plus droit de prétendre ?

Quel coeur sentit jamais plus de vives frayeurs,

Lorsque la tendre Philomèle

Annonça, par ses chants, le retour des horreurs

Que Bellone, en courroux, traîne en foule après elle ?

 

Arbres, ruisseaux, charmantes fleurs,

Quel coeur brûla jamais d'une flamme plus belle ?

Et vous, vastes forêts, témoins de mes douleurs,

Et dont tout ici renouvelle

De mon funeste sort les constantes fureurs ;

Quelle aventure plus cruelle,

Quelle mort, quel amant mérita mieux mes pleurs ?

 

Je ne viens point rappeler sous vos ombres

Ce que Tircis eut de charmant.

L'horreur qui suit la mort de mon amant

M'attire et me retient dans vos demeures sombres.

Seule dans ces forêts, loin du monde et du bruit,

J'abandonne mon coeur à sa douleur mortelle ;

Et je goûte à longs traits les maux qu'elle produit

Dans un coeur accablé, malheureux et fidèle.

 

 

Anthologie Busoni, 1841

 

 

 

 

Marie-Emilie de Montanclos (1736-1812)

 

Sur un baiser ravi la veille de mon mariage avec M. de M.....

 

De vos larcins mon coeur toujours complice

Finit enfin par vous donner :

Il faut bien que je m'enhardisse,

Pour n'avoir pas sans cesse à pardonner.

Je trouve si fâcheux de gronder ce qu'on aime ;

De bouder le plaisir, lorsqu'il nous rend heureux !

Prenez donc ces baisers, mais bornez-y vos voeux ;

Car (Amour me l'a dit) c'est le plaisir suprême.

 

 

Sur un baiser trois jours après mon mariage

 

Dernier baiser de mon amant

Enivrez mon âme attendrie !

Je vous reçus du sentiment,

Reprenez pour lui seul une nouvelle vie ;

Je sens déjà le plus tendre désir

Vous rappeler sur mes lèvres brûlantes ;

Ramenez-y le doux plaisir ;

Fixez-y, s'il se peut, des grâces séduisantes ;

Qu'aux yeux d'un amant adoré

Ma bouche soit toujours plus belle :

Et qu'un baiser, à longs traits savouré,

Soit un charme de plus qui le rende fidèle.

 

 

 

 Catherine Bernard (1662-1712)

 

La passion vaincue

 

Sonnet

 

La bergère Liris, sur le bord de la Seine,

Se plaignait l'autre jour d'un volage berger.

Après tant de serments, peux-tu rompre ta chaîne ;

Perfide, disait-elle, oses-tu bien changer ?

 

Puisqu'au mépris des dieux tu peux te dégager,

Que ta flamme est éteinte et ma honte certaine ;

Sur moi-même, de toi je saurai me venger,

Et ces flots finiront mon amour et ma peine.

 

A ces mots, résolue à se précipiter,

Elle hâta ses pas, et, sans plus consulter,

Elle allait satisfaire une fatale envie ;

 

Mais bientôt, s'effrayant des horreurs de la mort :

Je suis folle, dit-elle, en s'éloignant du bord :

Il est tant de bergers, et je n'ai qu'une vie !

 

 

 

 

 

 

13/02/2011 902 visites 0 Poster un commentaire

 

 

 

 

Commentaires

Poster un commentaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



30/04/2015
1 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 81 autres membres