Poétesses d'expression française (du Moyen-Age au XXème siècle)

Poétesses d'expression française (du Moyen-Age au XXème siècle)

Deshoulières (Madame) : Réflexions diverses (en vers)

 

 

 

Madame Deshoulières

 

Réflexions diverses

publiées en 1824 dans les "Poésies de Madame Deshoulières"

 

1

Que l'homme connaît peu la mort qu'il appréhende

Quand il dit qu'elle le surprend !

Elle naît avec lui, sans cesse lui demande

Un tribut dont en vain son orgueil se défend.

Il commence à mourir longtemps avant qu'il meure :

Il périt en détail imperceptiblement.

Le nom de mort qu'on donne à notre dernière heure,

N'en est que l'accomplissement.

 

 

2

Etres inanimés, rebus de la nature,

Ah! que vous faites d'envieux !

Le temps, loin de vous faire injure,

Ne vous rend que plus précieux.

On cherche avec ardeur une médaille antique :

D'un buste, d'un tableau le temps hausse le prix :

Le voyageur s'arrête à voir l'affreux débris

D'un cirque, d'un tombeau, d'un temple magnifique ;

Et pour notre vieillesses on n'a que mépris.

 

 

3

De ce sublime esprit dont ton orgueil se pique,

Homme, quel usage fais-tu ?

Des plantes, des métaux tu connais la vertu ;

Des différents pays les moeurs, la politique ;

La cause des frimas, de la foudre, du vent ;

Des astres le pouvoir suprême :

Et, sur tant de choses savant,

Tu ne te connais pas toi-même.

 

 

4

La pauvreté fait peur ; mais elle ases plaisirs.

Je sais bien qu'elle éloigne, aussitôt qu'elle arrive,

La volupté, l'éclat, et cette foule oisive

Dont les jeux, les festins remplissent les désirs.

Cependant, quoi qu'elle ait de honteux et de rude

Pour ceux qu'à des revers la fortune a soumis,

Au moins dans leurs malheurs ont-ils la certitude

De n'avoir que de vrais amis.

 

 

5

Pourquoi s'applaudir d'être belle ?

Quelle erreur fait compter la beauté pour un bien ?

A l'examiner, il n'est rien

Qui cause tant de chagrin qu'elle.

Je sais que sur les coeurs ses droits sont absolus ;

Que tant qu'on est belle on fait naître

Des désirs, des transports, et des soins assidus :

Mais on a peu de temps à l'être,

Et longtemps à ne l'être plus.

 

 

6

Misérable jouet de l'aveugle fortune,

Victime des maux et des lois,

Homme, toi qui par mille endroits

Dois trouver la vie importune,

D'où vient que de la mort tu crains tant le pouvoir ?

Lâche, regarde-la sans changer de visage ;

Songe que si c'est un outrage

C'est le dernier à recevoir.

 

 

7

Que chacun parle bien de la reconnaissance !

Et que peu de gens en font voir !

D'un service attendu la flatteuse espérance

Fait porter dans l'excès les soins, la complaisance :

A peine est-il rendu qu'on cesse d'en avoir.

De qui nous a servi la vue est importune ;

On trouve honteux de devoir

Les secours que dans l'infortune

On n'avait point trouvé honteux de recevoir.

 

 

8

Quel poison pour l'esprit sont les fausses louanges!

Heureux qui ne croit point à de flatteurs discours !

Penser trop bien de soi fait tomber tous les jours

En des égarement étrangers.

L'amour-propre est, hélas ! le plus sot des amours ;

Cependant des erreurs il est la plus commune.

Quelque puissant qu'on soit en richesse, en crédit ;

Quelque mauvais succès qu'ait tout ce qu'on écrit ;

Nul n'est content de sa fortune,

Ni mécontent de son esprit.

 

 

9

On croit être devenu sage

Quand, après avoir vu plus de cinquante fois

Tomber le renaissant feuillage,

On quitte des plaisirs le dangereux usage :

On s'abuse. D'un libre choix

Un tel retour n'est point l'ouvrage ;

Et ce n'est que l'orgueil dont l'homme est revêtu

Qui, tirant de tout avantage,

Donne au secours de la vertu

Ce qu'on doit au secours de l'âge.

 

 

10

En grandeur de courage on ne se cpnnaît guère

Quand on élève ay rang des hommes généreux

Ces Grecs et ces Romains dont la mort volontaire

A rendu le nom si fameux.

Qu'ont-ils fait de si grand ? Ils sortaient de la vie

Lorsque de disgrâces suivie

Elle n'avait plus rien d'agréable pour eux.

Par une seule mort ils s'en épargnaient mille.

Qu'elle est douce à des coeurs lassés de soupirer !

Il est plus grand, plus difficile

De souffrir le malheur que de s'en délivrer.

 

 

11

L'encens qu'on donne à la prudence

Met mon esprit au désespoir.

A quoi donc nous sert-elle ? A faire voir d'avance

Les maux que nous devons avoir.

Est-ce un bonheur de les prévoir ?

Si la cruelle avait quelque règle certaine

Qui pût les écarter de nous,

Je trouverais les soins qu'elle donne assez doux :

Mais rien n'est si trompeur que la prudence humaine.

Hélas ) presque toujours le détour qu'elle prend

Pour nous faire éviter un malheur qu'elle attend

Est le chemin qui nous y mène.

 

 

12

Palais, nous durons moins que vous,

Quoique des éléments vous souteniez la guerre,

Et quoique du sein de la terre

Nous soyons tirés comme vous.

Frêles machines que nous sommes,

A peine passons-nous d'un siècle le milieu.

Un rien peut nous détruire ; et l'ouvrage d'un Dieu

Dure moins que celui des hommes.

 

 

13

Homme, vante moins ta raison;

Vois l'inutilité de ce présent céleste

Pour qui tu dois, dit-on, mépriser tout le reste.

Aussi faible que toi, dans ta jeune saison,

Elle est chancelante, imbécile ;

Dans l'âge où tout appelle à des plaisirs divers,

Vile esclave des sens, elle t'est inutile ;

Quand le sort t'a laissé compter cinquante hivers

Elle n'est qu'en chagrins fertile ;

Et quand tu vieillis tu la perds.

 

 

14

Les plaisirs sont amers d'abord qu'on en abuse :

Il est bon de jouer un peu,

Mais il faut seulement que le jeu nous amuse.

Un joueur, d'un commun aveu,

N'a rien d'humain que l'apparence ;

Et d'ailleurs il n'est pas si facile qu'on pense

D'être fort honnête homme et de jouer gros jeu.

Le désir de gagner, qui nuit et jour occupe,

Est un dangereux aiguillon.

Souvent, quoique l'esprit, quoique le coeur soit bon,

On commence par être dupe,

On finit par être fripon.

 

 

15

Souvent c'est moins bon goût que pure vanité

Qui fait qu'on ne veut voir que des gens de mérite ;

On croirait faire tort à sa capacité

Si du monde vulgaire on recevait visite.

Cependant un esprit solide, éclairé, droit,

Du commerce des sots sait faire un long usage ;

Il les examine, il les voit,

Comme on fait un mauvais ouvrage.

Des défauts qu'il y trouve il cherche à profiter :

Il n'est guère moins nécessaire

De voir ce qu'il faut éviter

Que de savoir ce qu'il faut faire.

 

 

 

16

Qui dans son cabinet a passé ses beaux jours

A pâlir sur Pindare, Homère, Horace, Plaute,

Devrait y demeurer toujours.

S'il entre dans le monde avec un tel secours,

Il y ferafaute sur faute ;

Il portera partout l'ennui.

Un ignorant qui n'a pour lui

Qu'un certain savoir vivre, un esprit agréable,

A la honte du grec et du latin, fait voir

Combien doit être préférable

L'usage du monde au savoir.

 

 

17

 

Que l'esprit de l'homme est borné !

Quelque temps qu'il donne à l'étude,

Quelque pénétrant qu'il soit né,

Il ne sait rien à fond, rien avec certitude.

De ténèbres pour lui tout est environné.

La lumière qui vient du savoir le plus rare

N'est qu'un fatal éclair, qu'une ardeur qui l'égare :

Bien plus que l'ignorance elle est à redouter.

Longues erreurs qu'elle a fait naître,

Vous ne prouvez que trop que chercher à connaître

N'est souvent qu'apprendre à douter.

 

 

Autres réflexions

 

1

Homme, contre la mort quoique l'art te promette,

Il ne saurait te secourir.

Prépares-y ton coeur. Dis-toi : C'est une dette

Qu'en recevant le jour j'ai faite :

Nous ne naissons que pour mourir.

 

 

2

Esclaves que rien ne rebute,

Vous qui, pour arriver au comble des honneurs,

Aux caprices des grands êtes toujours en butte ;

Vous de tous leurs défauts lâches adorateurs,

Savez-vous le succès de tant de sacrifices ?

Quand par les grands emplois on aura satisfait

A vos soins, à vos longs services,

Hélas ! pour vous qu'aura-ton fait

Que vous ouvrir des précipices ?

 

 

3

Est-ce vivre ? et peut-on, sans que l'esprit murmure,

Se donner tout entière aux soins de sa parure ?

Se peut-il qu'on arrive à cet instant fatal

Qui termine les jours que le destin nous prête,

Sans avoir jamais eu d'autres soucis en tête

Que ce qui sied bien ou mal ?

Faire de sa beauté sa principale affaire

Est le plus indigne des soins.

Le dessein général de plaire

Fait que nous plaisons beaucoup moins.

 

 

4

Lorsque la mort moissonne à la fleur de son âge

L'homme pleinement convaincu

Que la faiblesse est son partage,

En qui contre ses sens a mille fois vaincu,

On ne doit point gémir du coup qui le délivre.

Quelque jeune qu'on soit, quand on a su bien vivre,

On a toujours assez vécu.

 

 

5

Que les ridicules efforts

Qu'on fait pour cacher la vieillesse

Sous l'éclat d'un jeune dehors

Marquent dans un esprit d'erreur et de faiblesse !

Pourquoi faut-il rougir d'avoir vécu longtemps ?

Si nos discours, si nos ajustements,

Si nos plaisirs conviennent à notre âge,

Nous ne blesserons point les yeux.

Les mesures qu'on prend pour paraître moins vieux

Font qu'on le paraît davantage.

 

 

6

Non, de quelques côtés qu'on porte ses désirs,

On ne saurait goûter de plaisirs véritables ;

Mais tout faux que sont les plaisirs,

Encore s'ils étaient durables !

On plaindrait un peu moins ces coeurs inortunés

Qui, par leur penchant entraînés,

Sont en quelque sorte excusables.

Quel bonheur quand du ciel les aspects favorables

Font qu'il n'en coûte rien pour être vertueux !

Et qu'il faut de raison, de force,

Quand on est né voluptueux,

Pour faire avec les sens un éternel divorce !

 

 

7

De quel aveuglement sont frappés les humains !

Contre les malheurs incertains,

Tels que la perte d'une femme,

D'un enfant, d'un ami, des trésors des grandeurs,

On croit faire beaucoup de préparer son âme,

Et l'on n'aura peut-être aucun de ces malheurs.

Mais sans doute on mourra. Cent et cent précipices

Sont ouverts sous nos pas pour nous faire périr :

Cependant au milieu des vices

Nous mourons sans songer que nous devons mourir.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



26/04/2015
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 81 autres membres