Poétesses d'expression française (du Moyen-Age au XXème siècle)

Poétesses d'expression française (du Moyen-Age au XXème siècle)

Bendahan (Blanche) 1903-1975

Blanche Bendahan

1903-1975

 

Voir biographie, bibliographie et poème sur la page qui lui est consacrée 

dans le Dictionnaire des femmes juives

 


Née à Oran

- La voile sur l'eau (1926)

- Mazeltob (roman, 1930)

- Poèmes du Mzab

- Poèmes en short, (1948)

- Sous les soleils qui ne brillent plus, (1970)



 Plein air

 Deux longs rameaux ont joint leur flexibilité 
 Et de leur ogive mouvante 
 Sertissent mollement un coin d'immensité. 
 Un village-jouet dégringole une pente.  
 Là-bas, très loin, dans la clarté, 
 La rivière poursuit sa route étincelante. 
 Des fleurs, en étoiles d'azur,  
 Commentent la tristesse exquise d'un vieux mur.  
 Des gouttes de rayons dorment au pied des haies.  
 Et sur le plain-chant du feuillage obscur  
 Eclate l'Allégro pimpant des rouges baies. 

 

Publié dans "Cahiers Mensuels Illustrés", 1922

 


 

 

Poème extrait de la revue "Poésie. Cahiers Mensuels Illustrés", 1925, Tome 5, p.45 (Gallica)  

 

Tlemcen


La prairie - un ciel vert aux étoiles de fleurs-

Le petit bruit d'une eau qui glisse sur la pierre,

Les feuillages avec leurs frissons de lumière,

Les amandiers, les cerisiers envahisseurs,

 

 

Cet amical parfum qui partout vous devance,

La respiration sonore des moulins

Et là-haut ce manteau de Vierge bleu de lin

N'est-ce pas la douceur et le charme de France?... 

 

Pourtant dans les sentiers qu'étreint le printemps doux

Des "salams" un instant voltigent et se posent.

Et l'on voit tout là-bas, sous un arceau de roses

Eclater la blancheur lisse d'un marabout.

 

Des haillons somptueux pendent sous des chamilles.

Un moment le benjoin subjugue des lilas

Et quand les femmes vont aux fontaines, voilà

Qu'on entend tinter clair les anneaux de cheville.

 

..........................................................................

 

Tlemcen, ville d'Islam à l'horizon normand,

Tlemcen, ville-bazar, Tlemcen ville-mosquée,

O ville d'Evangile et ville de Coran,

Ton âme est à la fois très tendre et très musquée.

 

Nulle n'a comme toi la grâce et la splendeur!

Salut, belle Tlemcen à la fois brune et blonde!

S'il te voit par un jour d'avril, de par le monde,

Le poète te chante et te donne son coeur.

 

 


Poème publié dans  la reue "L'auvergne littéraire et artistique de janvier 19024 (n°1) 

Plein air 

 

Deux longs rameaux ont joint leur flexibilité

Et de leur ogive mouvante

Sertissent mollement un coin d'immensité.

Un village-jouet dégringole une pente.

Là-bas, très loin, dans la clarté,

La rivière poursuit sa route étincelante.

 

Des fleurs, en étoiles d'azur,

Commentent la tristesse exquise d'un vieux mur.

Des gouttes de rayon dorment au pied des haies.

Et sur le plain-chant du feuillage obscur

Eclate l'Allegro pimpant des baies rouges.

 

 

 



21/01/2012
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 109 autres membres