Poétesses d'expression française (du Moyen-Age au XXème siècle)

Poétesses d'expression française (du Moyen-Age au XXème siècle)

Desnoues (Lucienne) 1921 - 2004

Lucienne Desnoues

1921-2004

 

L'adolescente

 

Quelle table sous le tilleul! Les mets puissants,

Le boeuf, le coq au vin et le canard au sang,

Les gâteaux haut portés accourent des cuisines

En survolant le suppliant ballet des chiens.

L'alcool a délié la langue des cousines,

De l'oncle qui vit loin, des fils qui gagnent bien.

Déjà l'après-midi affaiblit la journée

Déjà la fin de Mai fatigue le printemps.

La pivoine a trente ans, les blés ont dix-sept ans.

La rose a devant soi toute sa destinée.

 

L'adolescente a devant soi le pré qui pense,

Les bois bleus retirés en eux-mêmes, les bois

Où circule la biche attentive qui boit,

A même le printemps, de l'eau et du silence.

Ils ont bu du Pommard, du marc et du cointreau

Le gendre qui voit grand, les brus qui ganent gros,

O Famille! Voyez la sombre adolescente,

Famille dont les cris entêtent le tilleul.

Elle écoute en son coeur une fête oppressante

Où pas un seul de vous n'est admis, pas un seul.

 

(poème publié dans "Récitals de Poésie, janvier  février 1967, Section de la Seine du Syndicat National des Instituteurs)


 

Le bois mort

 

La coupe sèche où je fagote

Craque au soleil comme un panier.

Craquent les glands de l'an dernier

Et les vieux ronciers en pelotes.

 

J'entasse chaudes et légères

Les reliques des grands sapins,

Et les précieux parchemins

Que les bouleaux abandonnèrent.

 

Craquent les branches évidées.

Je marche délicatemebnt

Sur les fragiles ossements

D'un passé de haute-volée.

 

Comme la mort est familière

Et comme elle est bonne au toucher

Sur l'humus à peine ébauché

Qu'agriffe déjà la bruyère.

 

Que je vous aime esquilles grises,

Fruits d'écailles, rameaux sans poids,

Bruit subtil des chabons de bois

Qui roulent sous la moindre brise!

 

Dites, lorsque m'auront ravie

Les fardiers de l'éternité,

Qui donc aimera fagoter

Sur l'emplacement de ma vie?

 

Les Racines

 

 

Les Amants

 

Et les amants s'en furent se cacher

Dans le bourru de la chaude garrigue,

Dans le touffu que nul soupçon n'irrigue,

Dans le griffu qui croque du rocher.

Que ce fut doux sous les broussins d'yeuses,Pour baldaquin les bâches du mistral,

Pour matelas le chaos minéral,

Que ce fut doux l'amour minutieuse!

Que ce fut doux, quand le soleil oppresse,

Tout excité d'insectes zélateurs,

Donner au Temps des leçons de lenteur,

Donner à Dieu des leçons de tendresse.

 

2 poésies publiées dans "Huit siècles de Poésie Féminine", 1963 (Jeanine Moulin)

 

 


 (J'aime à décoller...)

 

J'aime à décoller au couteau

L'âcre pissenlit qui s'incruste

Dans les prés reverdis trop tôt.

 

Je vais, balançant mon panier,

Sous de grands ciels que tarabustent

Les bourrasques de février.

 

Combien, sous le taïaut des nues,

Sans cor, sans meute et sans cheval,

Me plaît cette chasse menue ! (...)

 

Poème publié dans "La Poésie contemporaine de langue française depuis 1945", 1973, Serge Brindeau




19/03/2012
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 109 autres membres