Poétesses d'expression française (du Moyen-Age au XXème siècle)

Poétesses d'expression française (du Moyen-Age au XXème siècle)

Fourcade (Claude) 19..-1983

Claude Fourcade

 19..-1983

 

Publié dans le Divan (1929)

Fourcade 01.jpg
Fourcade 02.jpg

 

 Le Divan 1931

Fourcade 01.jpg
Fourcade 02.jpg

 

 *****

 

 Poème publié sur la page "Rienquedeschats"

 

Jasmins

 

Dans le cimetière où tu t'envolais,

Compagne d'exil, colombe innocente,

Dans le cimetière où les feux follets,

Ces âmes des morts que le vent tourmente,

Venaient nous surprendre au bord des chemins,

Dans le cimetière aux ombres heureuses

Je reconnaîtrai de loin ces jasmins

Dont vous parfumiez vos doigts, ô charmeuse,

Et je vous suivrai comme aux anciens jours

Au-delà du monde et de la pensée

Jusqu'à l'âpre autel où l'urne est dressée

Qui doit consacrer mes tristes amours.

 

 

Pavots

 

Visage de lumière à qui tout semblait dire:

"La vie est un chemin paisible et parfumé;

Au loin t'attend l'amour avec le bien-aimé

Dont nul autre avant toi n'aura vu le sourire."

 

Visage de lumière et de l'eau sombre aussi,

A quoi bon t'égarer parmi les lauriers-roses

Puisqu'au plus beau du rêve étrange où tu reposes,

Il n'est que pavot noir, anémone et souci?

 

 

 

Pensées

 

Prends cette rose claire et ces sombres pensées

La fleur du songe unie aux fleurs du souvenir;

C'est la seule rançon qui doit t'appartenir

Pour les larmes d'amour que je n'ai pas versées.

 

Jette au vent des jardins tous les bouquets reçus

Et qui ne t'ont parlé qu'un frivole langage,

Mais pose sur ton coeur celui-ci comme un gage

Des tendres repentirs que tu n'as jamais sus.

 

 

 

Iris

 

La lumière décline et la forêt s'endort;

Tous les parfums du soir vont te tendre leur piège,

Mais un visage ardent t'escorte et te protège

Jusqu'à l'étang jonché de calmes iris d'or.

 

Une barque enlisée est là, près du rivage;

Son banc sans avirons, n'attend plus de rameur,

Pourtant tu lui sais gré d'être le témoignage

Du mal mystérieux où s'épuise ton coeur.

 

 

Anémones sylvies

 

Pour cueillir les bouquets d'anémones sylvies,

Reviens au bois malgré ton courage hésitant;

Un miracle d'avril peut-être nous attend

Avec la solitude et l'ombre, tes amies.

 

Pour qui cherche vraiment trace de ses amours

Il n'est pas un parfum, pas un chant, pas une aile

Qui ne puisse empêcher l'écho resté fidèle,

Lorsqu'on dit: "Jamais plus" de répondre: "Toujours!"

 

 

Ancolies

 

Bouquet de nos amours, souples fleurs étoilées

Qui tremblez sur le bord des lointaines vallées

Dès que s'endort le bois par octobre jauni,

Bouquet de nos amours au bord de l'infini

Posé comme un témoin du rêve le plus tendre,

Un destin sans égal vous garde de la cendre

Où vont tous les bouquets respirés à vingt ans;

Un destin généreux pendant quelques instants

Préserve votre éclat si rare et votre grâce,

Magique souvenir que nul autre n'efface,

Lumière de nos coeurs hors de la nuit des temps!

 

.....................................

 

L'hallali

 

Il y avait les eaux dormantes sous les branches

Et les sentiers jaunis par l'arrière-saison;

Il y avait le ciel sans rêve et la maison

Du garde où se mourait la fille aux mains trop blanches;

 

Il y avait le chant d'un oiseau de forêt

Qui s'éloignait, là-bas, près des terres en friche;

Il y avait le sang répandu d'une biche

Et déjà, dans ton coeur, tout l'amour qui pleurait.

 

 

La curée

 

Un rayon de soleil s'attarde sur les chaumes,

Le pavot de la mort sous la croix refleurit,

Dans la chambre aux miroirs où sombra son esprit

Le prince désoeuvré convoque ses fantômes;

 

Et toi qui t'en vas seul, sans flèche ni carquois,

Comprimant des deux mains ton éternelle plais,

Lorsque tu sortiras de la pâle futaie

Tout le sang de ton coeur aura rougi les bois.

 

Les sombres vallées, 1957

 



 Sologne

 

Cette étrange forêt, ses ombres, ses mystères
Pourquoi les craindrais-tu, mon frère voyageur ?
Tu connais les parfums du sol et la rumeur
Du vent qui vient parfois des marais solitaires ;

Tu comprends le regard des bêtes à l'affût
Parmi le craquement des mourantes verdures,
Les coups de feu bruyants, les clameurs, les murmures,
Les derniers sons du cor, le retour, ce qu'il fut...

Ce qu'il fut au château pour la brillante escorte
Quand, avec ses cheveux si beaux, ses yeux si doux,
On découvrit dans le salon de Rendez-vous,
Au pied de son miroir, la jeune fille morte.

Pourquoi dans les taillis ne point perdre tes pas
Malgré l'heure tardive, ô voyageur mon frère ?
Cette étrange forêt, ses ombres, ses mystères,
Cachent mes souvenirs qui ne tarissent pas...

 

 

 

Article paru dans La Muse Française 1938

C Fourcade 01.jpg
C Fourcade 02.jpg
C Fourcade 03.jpg
C Fourcade 04.jpg
C Fourcade 05.jpg



19/03/2012
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 109 autres membres