Poétesses d'expression française (du Moyen-Age au XXème siècle)

Poétesses d'expression française (du Moyen-Age au XXème siècle)

Gaillarde (Jeanne) 16ème

Jeanne Gaillarde 

16ème siècle

 

 

Consulter  l'ouvrage de Michèle Clément et Janine Incardona 

 

 

 

 

 

A J. C. (Jacques Colin)

 

De ton ennui je prendrais déplaisir, 

Ne laisse donc de deuil ton coeur saisir:

Il est par trop à nature contraire.

Le meilleur est de bien tôt s'en retraire,

Et le chasser quand on a le loisir.

 

S(i) en amitié tu veux parti choisir,

Fais qu'il en est comme toi le désir,

Pour te vouloir la fatigue soustraire

De ton ennui.

 

De liberté ne me veuille désaisir.

Et trop plus cher voudrais morte gésir,

Que te vouloir en mon amour attraire

Pour faire honneur tant soit peu de moi traire.

 

Par quoi pourras ailleurs chercher plaisir

De ton ennui.


 

Réponse de Jeanne Gaillarde

à Clément Marot

 

De m'acquitter, je me trouve surprise

D'un faible esprit, car à toi n'ai savoir

Correspondant: tu le peux bien savoir,

Vu qu'en cet art, plus qu'autre l'on te prise.

Si fusse autant éloquente et apprise,

Comme tu dis, je ferais mon devoir

De m'acquitter.

Si veux prier la grâce en toi comprise,

Et les vertus, qui tant te font valoir,

De prendre en gré l'affectueux vouloir,

Dont ignorance a rompu l'entreprise

De m'acquitter.

 

 

 

 


A Clément Marot

A


 

Epigramme

de Jane Gaillarde, lyonnaise

 

C'est un grand cas voir le mont Pelyon

Ou d'avoir vu les ruines de Troye:

Mais qui ne voit la ville de Lyon

Aucun plaisir à ses yeux il n'octroie

Non qu'en Lyon si grand plaisir je croie,

Mais bien en une étant dedans sa garde:

Car de la voir d'esprit ainsi gaillarde,

C'est bien plus vu que de voir Lyon:

Et de ce siècle un miracle regarde,

Pource qu'elle est seule entre un million.



15/06/2011
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 101 autres membres