Poétesses d'expression française (du Moyen-Age au XXème siècle)

Poétesses d'expression française (du Moyen-Age au XXème siècle)

Guibert (Elisabeth)... ...1725-1787

Elisabeth Guibert

1725-1787


 

 

Dramaturge
Poèsies dans "L'Almanach des Muses"
 
Madrigal

Heureux talent des vers, agréable manie,
Vous remplissez le vide de ma vie:
Je ne tiens rien, ni ne veux rien de vous:
Les dieux en vous bornant, ont su me satisafaire;
Vous me servez à plaire,
Et ne suffisez pas pour faire des jaloux.

 

L'homme heureux possible

 

La vie est un instant; il faut en profiter;

Rejeter avec soin tout préjugé nuisible,

Croire un Dieu bienfaisant, croire un ami possible,

Et connaître le prix du bonheur d'exister;

Caresser la folie, estimer la sagesse,

Aimer un seul objet, en être un peu jaloux,

Etre toujours fidèle, et jamais n'être époux,

Effleurer les talents, les aimer sans faiblesse,

Paraître indifférent sur le mépris des sots,

Avoir le coeur ouvert sur ses propres défauts,

Etre content de soi, mais sans trop le paraître;

Enfin se croire heureux, c'est le moyen de l'être.

 


 

Mon portrait

 

Vive jusqu'à l'étourderie,

Folle dans mes discours, mais sage en mes écrits,

Ils sont presque toujours remplis

Par des traits de philosophie.

Sensible pour l'instant, mais facile à changer,

J'oublie, et quelquefois on peut me croire ingrate;

Je cherche à m'éclairer; je crois ce qui me flatte;

Je fuis les envieux, sans vouloir m'en venger;

Mon esprit est solide, et mon coeur est léger.

Air gai, peau blanche, oeil noir, et grandeur ordinaire;

Mes traits sont chifonnés, ma taille est régulière.

 


 Autre autoportrait

 

En vain, trop tendre Iris, vous me peignez vos feux;

Je suis hors de cet âge, hélas! trop dangereux,

Où la raison n'a que de faibles armes

Contre l'enfant qu'on nomme Amour.

A présent, de sang-froid, je contemple ses charmes;

Et je me redis chaque jour:

J'ai trente ans; je ne dois plus plaire;

Adieu jeunesse, adieu beauté;

Quand mon amour propre est flatté,

Ma raison me dit le contraire.

Il est des plaisirs de tout temps;

Mais celui qu'on goûte au bel âge,

De ne trouver que des amants,

Approche-t-il de l'avantage

De ces aimables sentiments,

Dont l'amitié remplit notre âme?

Souvent de sincères amis,

Sur de légers soupçons, sans grâce sont bannis;

On craint une indifférente flamme;

Et leurs airs d'amants sont punis.

De la haine de mes semblables

J'éprouvais l'effet chaque jour,

Je les payais bien de retour.

Depuis un an, devant ma glace;

Je ne boucle plus mes cheveux.

Si je vous ai chéris, vains atours, danses, jeux,

C'est que, sans vous peut-être, Amour eût trouvé place

Dans un coeur qui n'était que trop fait pour aimer.

Cessez donc, jeune Itis, de vouloir me charmer;

Un instant de faiblesse empoisonne la vie;

A ma tranquillité porterierez-vous envie?

Laissez-moi jouir du bonheur

Que m'offre la Philosophie.

Je devrais m'offenser de votre vive ardeur;

Mais de votre destin je sens trop la rigueur:

Quand, avec l'heureux don de plaire,

Sans espérance on persévère,

Itis, et qu'on n'obtient qu'une tendre pitié,

C'est d'un sincère amour être trop peu payé...

 

 


 

 

 

 

A Monsieur de ***

 

Quoi! de l'amitié la plus tendre,

Vous me refusez le retour!

Ah! je n'y dois donc plus prétendre!

Vous ne m'offrez que de l'amour.

Un sentiment plus vif a pénétré votre âme:

Il passera ce sentiment!

Je vois déjà s'éteindre votre flamme.

Je voulais un ami: vous n'êtes qu'un amant



18/03/2011
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 109 autres membres