Poétesses d'expression française (du Moyen-Age au XXème siècle)

Poétesses d'expression française (du Moyen-Age au XXème siècle)

Lévêque ou Levesque (Louise) 1703-1745

Madame l'Evêque

1703-1745

 

dans "Les Amusements du Coeur et de l'esprit", 1741, Tome 9

 

Sur la mort de ma chatte (p. 382)

 

Je sens le désespoir affreux

Dont Apollon eut l'âme atteinte,

Lorsqu'il fut assez malheureux

Pour blesser son Hiacinte.

 

Ma Chatte expire: ô destin rigoureux!

Je viens de l'étouffer en fermant une porte:

Quoi ma main a commis ce forfait odieux!

Et sans crier ma chatte est morte.

 

Descendez de vos toits, accourez gros Matoux,

Venez m'égratigner, vengez ma Chatte aimable.

Mais non, modérez-vous, je ne suis point coupable,

Et j'ai de son malheur plus de chagrin que vous.

 

Quelle mauvaise humeur de mon esprit s'empare?

Je ne veux plus de porte à mon appartement;

Oui, je persisterai dans ce dessein bizarre;

Je veux, pour me punir, être exposée au vent.

 

Qu'on ôte de ces lieux mon Luth et cette Harpe,

Ces doux amusements ne sont plus faits pour moi:

J'aurai dorénavant les bras en écharpe,

Pour être aux maladroits un exemple d'effroi.

 

 


Epigrammes

 

A un mauvais auteur

qui datait ses pièces des Champs Elysées

 

 

André, plagiaire ignorant,

Peut dater des Champs-Elysées,

Puisque jamais homme vivant

Ne rendit si mal ses pensées.

 

A Monsieur de V**

 

Vous demandez qu'une franchise extrême

Me fasse convenir moi-même

Que j'ai le coeur assez méchant:

Le dire serait peu de chose,

La suite que je vous oppose

Le prouvera dorénavant.

 

Pour un mauvais critique

du poëme de Job

 

Faut-il avec tant de fureur

Déchirer mon pauvre Poëme?

Il vous est bien aisé d'être un parfait Auteur,

Chez les Rimeurs, avec un soin extrême,

Vous choisissez ce qui semble meilleur;

Et moi, petit esprit, je donne dans l'erreur

De faire mes Pièces moi-même.

 

A Monsieur de***

 

Vos vouliez l'autre jour exciter ma satire;

Il faut, pour me venger, vous en lancer un trait:

Je sais qu'à mon destin les Muses vont souscrire;

Mais quoi, pour me braver, paraître satisfait,

Et ne me réplique que par un fin sourire!

Ah! c'en est trop: je dis, vous voyant si parfait,

Qu'il est fâcheux pour moi de n'avoir rien à dire.

 

 


Madrigal

 

A Madame la Duchesse de Melfort

 

D'une Déesse avoir le port,

Parler de tout avec justesse,

Avoir l'esprit pieux et fort,

Le goût plein de délicatesse,

Du savoir et de la sagesse,

Composer un parfait trésor,

C'est le portrait d'une Duchesse

Que l'on reconnaîtra d'abord.

 

 




04/07/2012
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 109 autres membres