Poétesses d'expression française (du Moyen-Age au XXème siècle)

Poétesses d'expression française (du Moyen-Age au XXème siècle)

Sauret (Henriette): Elles (1916)

Henriette Sauret

 

Elles

 

Restent à la maison les faiseuses d'enfants,

Les femelles devant perpétuer la race.

Leur bonheur arraché part avec leurs amants.

Il leur faut demeurer soumises à leur place.

 

Leur combat, c'est garder le bon ordre au foyer.

L'armoire et le cellier, voilà leurs seules troupes,

Et leurs victoires sont la lessive et la soupe.

Leur rôle est de ranger, de coudre et d'engendrer.

 

Donc, c'est pour protéger leur toit et leur pâture

--Paradoxe ironique et dilemme jaloux--

C'est pour elles et pour leur neuve géniture

Que courent à la mort les grands fils, les époux!

 

C'est pour elles? Pourtant, dans la grave balance,

Leur volonté n'a pas de poids, ni leur désir;

Juste leur permet-on de craindre et de souffrir

Elles n'ont que les pleurs, l'attente et le silence.

 

Femmes, le désespoir sèche-t-il votre coeur?

Mort, votre fils, votre homme! Eh bien, nulle révolte!

Camille ou Niobé n'ont plus droit aux clameurs

Tout bas, et cachez-vous derrière votre porte.

 

Autrefois, vous étiez, à l'heure des tocsins,

Plus libres. Parmi vous, il y avait des lionnes

Qui savaient partager les périls masculins.

D'autres jugeaient les coups et tressaient des couronnes.

 

Aujourd'hui, on vous tient sur le strict de la loi;

Créatures de force, on vous mue en passives.

Chacune dans sa stalle, avec l'âme aux abois,

Et la parole éteinte et l'ardeur inactive.

 

(4 lignes censurées)

 

Et voilà. Femmes, vous restez là, mains ballantes,

Jouant Clémence Isaure ou dame Malborough.

Oh! vous avez toujours le droit d'être élégantes,

De lire les journaux qui sont si bons pour vous;

 

De tenir un rôle flatteur aux ambulances,

Une croix symbolique épinglée à vos fronts.

--Encor faut-il avoir certaines références,

Connaître quelque évéque et pouvoir quelque don.

 

Et voilà. On les fit en ruban, vos entraves.

Qui, d'entre vous, les sent? Dix mille compliments

Pleuvent chaque matin sur vos têtes d'esclaves.

Misère! on vous jugule, on vous pipe, on vous ment!

 

(15 lignes censurées)

 

Laissons les ornements, la clinquaille.. D'ailleurs

Même s'il était mort, le petit, sans horreur,

En attitude convenable,

La mère en serait-elle un peu moins misérable?

 

S'il a trépassé doucement,

Le sacrifié, l'innocent,

Si son front fut marqué d'une blessure nette,

Va, ce n'est pas cela qui peut la consoler:

Elle n'a pas tenu l'agonisante tête,

Elle n'était pas là, pour le dernier baiser.

                                                       1916



18/03/2014
2 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 137 autres membres