Poétesses d'expression française (du Moyen-Age au XXème siècle)

Poétesses d'expression française (du Moyen-Age au XXème siècle)

Toussaint-Samson, Adèle (1826-1911)

Adèle Toussaint-Samson

1826-1911

 

 - Epaves, sourires et larmes, 1870

 

Ciel sans orage

Coeur sans amour

 

Voyez la belle jeune fille

Au doux souris, à l'oeil tendre et rêveur,

Elle admire au soleil qui brille

Un bouton qui se change en fleur.

De la beauté, la fleur est comme elle l'image,

Toutes deux ont aussi le bonheur en ce jour:

Jeune fleur un ciel sans orage,

Jeune fille un coeur sans amour.

 

Mais bientôt de la jeune fille

L'amour, hélas! vient agiter le coeur,

Et dans le ciel l'éclair qui brille

A desséché la pauvre fleur.

A peine au tiers toutes deux du voyage,

Fille et fleur ont perdu leur éclat dans un jour:

La fleur se courbe sous l'orage,

La jeune fille sous l'amour.

 

Chaque matin la jeune fille

Voit s'envoler u rêve de bonheur,

Et le vent qui souffle éparpille

Feuille à feuille la pauvre fleur;

Enfin le dernier brin s'envole sur la plage,

Et le dernier espoir a fui le même jour:

La fleur est morte d'un orage,

La jeune fille d'un amour!

 

                                                                                            (1843) 

 

 

De ce mal-là sauriez-vous pas le nom

 

Sur les lèvres un nom que l'on ne dit jamais,

Au fond du coeur toujours la même image,

L'ennui de tout, la pâleur au visage,

Bien loin de nous le repos et la paix;

La joue en feu parfois, et le coeur qui palpite,

Puis des nuits sans sommeil et des pleurs sans raison,

Une heure qui se traîne, une qui fuit trop vite:

De ce mal-là sauriez-vous le nom?

 

 

Lettres d'amour

 

Adieu, pauvres lettres d'amour!

Venez que je vous lise encore

Avant que le feu ne dévore

Vos douces lignes sans retour.

Venez, venez, ô mes lettres d'amour!

 

Vous, qui souvent la nuit entière

Avez reposé sur mon coeur,

Me promettant joie et bonheur;

Redevenez cendre et poussière.

 

Adieu, pauvres lettres d'amour!

Dans ma main je vous presse encore

Aant que le feu ne dévore

Vos douces lignes sans retour.

Las! il le faut. Adieu, lettres d'amour!

 

Brûlez, brûlez; qu'aucune trace

De vous ne reste dans ce jour.

Brûlez jeunesse, espoir, amour!

Que laissez-vous à votre place?

 

Adieu, pauvres lettres d'amour!

 

Je cherche à vous revoir encore

Tandis que la flamme dévore

Vos douces lignes sans retour.

Brûlez, brûlez, ô mes lettres d'amour!

 

Sous la cendre qui s'amoncelle,

Surtout, garde-toi de toucher:

Cette cendre pourrait cacher

peut-être encore une étincelle.

 

Adieu, pauvres lettres d'amour!

C'en est fait! et mon oeil encore

Suit cette flamme qui dévore

Vos douces lignes sans retour.

Plus rien!... Adieu, pauvres lettres d'amour! 

 

 

La jeune morte

A Mlle Agar

 

Ces vers ont été faits sur une jeune fille qui s'était suicidée pour cacher sa faute, qu'on repêcha morte, et dont le nom parut dans le journal le lendemain

 

Pauvre enfant! morte ici pour le crime d'un autre,

Tu pensais dans la mort cacher ton déshonneur;

Tu demandais l'oubli; mais tout scandale est nôtre;

Le monde vient fouiller et ta vie et ton coeur.

 

Pauvre enfant! ton seul crime ici-bas fut de croire,

De répondre à l'amour par l'amour; d'ignorer

Que c'était pour la femme une suprême gloire

Que de fermer son coeur et de ne rien aimer!

 

Peut-être, à tes genoux, il t'avait, tout en larmes,

Répété qu'il mourrait de ta longue rigueur;

Et tu crus, sous le poids de mortelles alarmes,

Trop peu payer sa vie au prix de ton honneur!

 

On ne t'avait pas dit que l'homme n'est sur terre

Que pour tromper la femme et rire de ses pleurs;

Que, lorsque, palpitante, il la tient sous sa serre,

Triomphant il sourit, l'étreint, et lui dit: meurs!

 

"Meurs! le monde le veut. Il t'a, dans sa justice,

D'un stigmate marquée un jour au front;

De mon crime c'est toi qu'il veut que l'on punisse:

Meurs! si tu ne veux pas te courber sous l'affront!

 

Sur ton visage, enfant, lorsque la rougeur monte,

J'ai le droit d'être fier et de m'enorgueillir.

Le monde m'applaudit; et ma gloire est ta honte:

Aimer pour moi, c'est vaincre; et pour toi, c'est mourir!"

 

On ne t'avait pas dit tout cela, pauvre fille!

Mais lorsque ton enfant tressaillit en ton sein,

Tu vis surgir debout l'honneur et la famille;

Tu compris tout alors, car tu pâlis soudain;

 

Et, bientôt, t'élançant dans l'abîme au flot sombre,

Tu crus engloutir là le secret de ton coeur;

Mais le monde était là qui te guettait dans l'ombre;

C'était peu que ta vie, il voulait ton honneur!

 

(1863)

 

 

 

Saudades

(souvenirs mêlés de regrets)

 

A Madame de B... et de P... B...

 

Je vous revois toujours, forêts de l'Amérique,

Rivières serpentant sous des dômes ombreux,

Et vous, monts de granit, au profil fantastique,

Toujours vous êtes là quand je ferme les yeux.

 

Nature splendide et sauvage,

Au soleil éclatant,

Brésil! qu'un éternel feuillage

Couronne incessamment,

J'entends encor de tes cascades

Le bruit harmonieux

Et les étranges sérénades

Qu'offre la terre aux cieux;

 

Je vois tes palmiers qui balancent

Leurs verts rameaux au vent,

Les pics de tes monts qui s'élancent

Jusques au firmament,

Tes orangers aux fruits sans nombre,

Tes grands magnolias,

Tes bambous où, cachés dans l'ombre,

Chantent les Sabias.

 

Ton ciel si bleu, ta mer immense,

Où le pêcheur, la nuit,

Agite sa torche en silence

Sur le flot qui frémit;

Jusqu'a ta fleur mystérieuse,

Au parfum enivrant,

Bouquet de bal, pour la danseuse

A minuit fleurissant.

Je revois tout, tes paysages,

Tes nègres qui, pieds nus,

Vont dansant leurs danses sauvages

Aux rhythmes inconnus.

 

Terre enchanteresse et perfide

Où rampe le serpent,

Dont l'arbre au poison homicide

Offre un fruit succulent,

Où le danger qui nous attire

Est là toujours, partout,

Caché sous la fleur qu'on respire,

Sous le soleil surtout,

Sous la rosée ou sous la brise

Dont on boît la fraîcheur,

Quel charme as-tu qui nous séduise

Brésil?... c'est ta grandeur!

 

On se sent si petit là, qu'il faut qu'on adore,

Quand muet de stupeur, on contemple en ce lieu

Cette nature inculte, ardente et vierge encore,

Qui semble devant nous sortir des mains de Dieu!

 

1870


 

Article publié dans 

La Sylphide, 1846, 2ème série, tome 3

La femme auteur 

Femme-auteur 01.jpg

Femme auteur 02.jpg

Femme auteur 03.jpg

Femme auteur 04.jpg

Femme auteur 05.jpg

 

Deux autres portraits dans le même ouvrage:

- La femme comme il faut, p. 10

- De la femme incomprise, p. 47

 



10/10/2013
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 137 autres membres