Poétesses d'expression française (du Moyen-Age au XXème siècle)

Poétesses d'expression française (du Moyen-Age au XXème siècle)

Tremelat-Legay (Odette) Années 1920-1940

Odette Tremelat-Legay

(Années 1920-1950)

 

- Algérie

 


 

Poème paru sur le site "Oran, mémoire du temps jadis"

 

url: http://www.oran-memoire.fr/poesie.html

 

 Les odeurs de là-bas


Sens-tu le frais parfum de la blanche anisette
Dans le verre embué ? Et celui des brochettes
Aux portes des cafés ? De là bas c'est l'odeur.
Me voici transportée sous l'oranger en fleurs
Des souvenirs, soudain, s'ouvre tout grand le livre
Quand toutes ces senteurs se mettent à revivre,
C'est un ciel éclatant d'azur et de vermeil
Une mer d'émail bleu ondulant au soleil
C'est la vigne naissant au sein des terres rouges
C'est midi si brûlant que l'ombre seule bouge
C'est l'ardente clarté courbant les floraisons
C'est la chaleur, la plage; c'est notre maison.
Respire à pleins poumons cette odeur généreuse
Et vois le bourricot sur la route poudreuse
Qui trotte résigné, chargé de lourds paniers
Qui lui battent les flancs. Retrouve les palmiers
Aux écailles brunies dont la houppe balance
Dans les cieux en fusion la verte nonchalance
Qui, respire bien fort les parfums de là bas
Et tu verras alors, emplissant les cabas
En tunique de sang, la tomate pulpeuse
L'orange ensoleillée et la grappe juteuse
Tu sentiras l'odeur des couscous épicés,
Des paëllas fumantes, des piments grillés,
Et l'arôme fruité de notre huile d'olive
La fragrance salée du rouget, de la vive
De la dorade rose au bout de l'hameçon
Dont on se mijotait des soupes de poissons
Vois les figues sucrées emplissant la corbeille
Près desquelles tournoient les friandes abeilles
Délaissant le jasmin langoureux, obsédant.
Nous mordions dans la vie, ensemble, à pleines dents
C'était la joie, le rire, c'était le bonheur !
Le passé contenu dans ces fortes senteurs
C'était les temps heureux, c'était notre richesse...
Car l'odeur de là bas, c'était notre jeunesse !
Odette TREMELAT LEGAY


Poème publié sur le site "La Seybouse, la petite gazette de Bône la coquette"

 

avec la précision suivante:"paru sur "Les Grands Hommes Bônois"

url:http://www.seybouse.info/seybouse/infos_diverses/mise_a_jour/maj25.html

 

Je ne sais pas prier


Même le front courbé dans vos pieux sanctuaires,
Je vous le dis, mon Dieu, je ne sais pas prier ;
Mes pensées indomptées s'échappent du rosaire
Pour suivre le vol fou de trop païens ramiers.

Les mots coulent toujours de ma lèvre docile,
Mais ce sont des mots creux vidés de tout leur sang.
Loin de leur flux léger, monotone et facile,
Mon cœur s'est esquivé d'un air très innocent.

Je vous le dis, mon Dieu, distraite est ma prière
Et pourtant, sans trembler, je contemple la Croix,
Je souris à Jésus, priant à ma manière.
Ecoutez-moi, mon Dieu, voici ce que je crois :

je crois qu'il est encor, sous nos cieux catholiques,
Trop de cœurs sans pitié et trop de pharisiens ;
Je crois que chaque jour votre doux Fils unique
Continue à saigner sous les coups des chrétiens ;

Je crois que vous aimez les humbles qui cheminent
Sans blesser le prochain plus que les oraisons
Et que, pour exalter notre essence divine,
Avant que d'être pieux, nous devons être bons.

Etre bon ! Oui, c'est là la suprême prière :
Plus d'amour, moins de mots ! Etre un cœur tendre et doux
C'est l'Evangile entier, vous le savez, mon Père,
Et vous êtes trop grand pour vous mettre en courroux.

Quand j'accorde un soupir à la mort d'une rose,
Un pleur au corps raidi et charriant d'un oiseau,
Une larme à l'agneau dont le couteau dispose,
Votre Esprit est en moi, tel le chant au roseau.

Quand je niche ma joue au creux d'une corolle
En vous disant merci pour son subtil parfum,
Quand j'entends dans le vent votre auguste parole,
Quand je donne mon front au baiser des embruns,

C'est vous, Dieu, que j'admire et c'est vous que j'honore
Car c'est vous qui tissez la moire bleue du flot,
Qui mettez aux monts noirs l'écho rude et sonore
Et qui donnez à l'Homme un cœur et des sanglots.

C'est ainsi que je prie . en aimant la nature
Que vous avez sculptée de vos divines mains,
En donnant ma pitié aux humbles créatures
Qui peuplent les bosquets et l'herbe des chemins,

En évitant les larmes aux humains, mes frères,
En ayant l'âme douce et le cœur indulgent...
Je ne sais pas prier sur les grains d'un rosaire.
Mon cantique est plus beau. Moi, je prie en aimant.

 

 LES ODEURS DE LA-BAS
Sens-tu le frais parfum de la blanche anisette
Dans le verre embué ? Et celui des brochettes
Aux portes des cafés ? De là bas c'est l'odeur.
Me voici transportée sous l'oranger en fleurs
Des souvenirs, soudain, s'ouvre tout grand le livre
Quand toutes ces senteurs se mettent à revivre,
C'est un ciel éclatant d'azur et de vermeil
Une mer d'émail bleu ondulant au soleil
C'est la vigne naissant au sein des terres rouges
C'est midi si brûlant que l'ombre seule bouge
C'est l'ardente clarté courbant les floraisons
C'est la chaleur, la plage; c'est notre maison.
Respire à pleins poumons cette odeur généreuse
Et vois le bourricot sur la route poudreuse
Qui trotte résigné, chargé de lourds paniers
Qui lui battent les flancs. Retrouve les palmiers
Aux écailles brunies dont la houppe balance
Dans les cieux en fusion la verte nonchalance
Qui, respire bien fort les parfums de là bas
Et tu verras alors, emplissant les cabas
En tunique de sang, la tomate pulpeuse
L'orange ensoleillée et la grappe juteuse
Tu sentiras l'odeur des couscous épicés,
Des paëllas fumantes, des piments grillés,
Et l'arôme fruité de notre huile d'olive
La fragrance salée du rouget, de la vive
De la dorade rose au bout de l'hameçon
Dont on se mijotait des soupes de poissons
Vois les figues sucrées emplissant la corbeille
Près desquelles tournoient les friandes abeilles
Délaissant le jasmin langoureux, obsédant.
Nous mordions dans la vie, ensemble, à pleines dents
C'était la joie, le rire, c'était le bonheur !
Le passé contenu dans ces fortes senteurs
C'était les temps heureux, c'était notre richesse...
Car l'odeur de là bas, c'était notre jeunesse !
Odette TREMELAT LEGAY

 

 

 Poème emprunté au site

www.seybouse.info

Tre.jpg

 

 



26/01/2012
1 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 109 autres membres